Morikawa a remporté la finale du European Tour – New Zealand Golf Digest

&#13 ;
&#13 ;

Les bâtons, ainsi que leurs homologues en pierre, sont depuis longtemps réputés pour leur capacité à fracturer les os. Mais ils peuvent aussi briser les cœurs.

Et, comme les choses se sont passées lors de ce DP World Tour Championship, elles influencent fortement la destination finale du titre, le chèque de 3 millions de dollars pour la première place et le bonus d’un million de dollars versé à l’homme qui termine premier de la course à Dubaï du European Tour.

Le livre des records montrera que Collin Morikawa, deux jours après que sa balle ait rebondi en sécurité sur un piquet jaune marquant la limite de l’obstacle d’eau protégeant le 17e green par-3 du Earth Course conçu par Greg Norman, a remporté les deux prix. Affichant le genre d’efficacité impitoyable qui est déjà devenue sa marque de fabrique professionnelle, le Californien de 24 ans – qui devient le premier Américain à remporter ce qu’on appelait autrefois l’Ordre du mérite – a joué ses 41 derniers trous sans bogey. Plus important encore, il a réalisé cinq birdies sur les sept derniers trous pour terminer à 17-under-par 271, trois coups devant les seconds, Matt Fitzpatrick et Alexander Bjork.

Pourtant, cette histoire ne serait pas complète sans la mention de Rory McIlroy. A égalité avec le futur champion en tête du classement, avec 15 sous le par, à quatre trous de la fin, l’Irlandais du Nord a frappé son pitch sur le 15e green de 371 yards en plein sur le pin. Littéralement. La balle a frappé le bâton (vous vous en souvenez ?) et s’est retrouvée dans le bunker avant, d’où l’Irlandais du Nord a mis trois minutes à redescendre. Tout cela a été suivi d’un bogey en trois coups au 16e et d’un autre coup raté au dernier. Au final, McIlroy, qui a quitté les lieux sans mot dire avec sa chemise déchirée et pendue à son torse, a terminé à T-6, à cinq coups de Morikawa, l’homme de l’heure, du jour, de la semaine, du mois et de l’année.

« Dès le premier trou jeudi, j’étais prêt à jouer au golf », a déclaré Morikawa, qui a commencé par un solide quatre sous 68. « Et c’est une chose importante, prendre un bon départ. Jouer bien au premier tour est quelque chose que je ne fais pas nécessairement. Donc c’était important pour moi cette semaine ».

Ce qui ne veut pas dire que le dernier tour de 66 de Morikawa a été marqué par une fluidité sans faille. D’une part, il était à trois coups de la tête sur le 10e tee lorsque le plus improbable des scénarios possibles pour le dimanche s’est brièvement présenté.

Fitzpatrick, qui devait remporter le tournoi et voir Morikawa terminer plus bas que la neuvième place pour remporter le titre de la course à Dubaï, a réalisé le genre de départ rapide qui a attiré l’attention des leaders. Partant T-13, l’ancien champion amateur américain a réalisé six birdies sur ses 10 premiers trous pour atteindre 14 under. C’est bien, mais ce n’est pas le genre de chiffre qui effraierait nécessairement ses poursuivants. Et, en fin de compte, Fitzpatrick n’a pas été en mesure de progresser davantage. Un finish birdie-bogey-bogey-birdie contenait des regrets évidents et a finalement mis fin à ses chances de remporter le titre RtB et une troisième victoire dans cet événement.

« Je ne pensais qu’au tournoi, vraiment », a-t-il déclaré. « J’ai parlé à un journaliste hier, et il m’a demandé ce que je devais tirer. J’ai pensé que si je jouais huit sous la normale, j’aurais peut-être une chance. Et si j’avais tiré cela, je pense que j’aurais réussi. »

Cette éventualité apparemment lointaine a été encouragée lorsque, après des pars sur les six premiers trous (après en avoir terminé 12 d’affilée samedi), Morikawa avait un air apaisé, un sentiment qu’il partageait clairement.

« Tout ce dont j’avais besoin, c’était d’attraper une étincelle », a déclaré le champion de l’Open, qui a remporté son troisième titre en carrière sur le circuit européen. « Commencer si lentement n’était pas amusant. Je sentais que je frappais de bons coups, mais je n’obtenais pas les breaks dont j’avais besoin. Les putts ne tombaient pas. Après avoir fait les parings 10 et 11 [both birdie chances]je me suis dit, « tu n’aurais pas dû faire ça ». Donc je savais que quelque chose devait changer. Et sur le 12, j’ai eu un super break. J’ai amoindri mon deuxième coup mais j’ai réussi le putt. C’est comme ça que j’ai commencé à prendre de l’élan. »

Tout cela s’est avéré excellent, bien sûr. Les victoires en tournoi, où que ce soit sur la planète et sur n’importe quel circuit, doivent être savourées. Mais gagner la course de Dubaï signifie clairement autant, sinon plus, pour Morikawa. Entrer un peu dans l’histoire fait clairement appel à son sens de l’autonomie. Mais il est loin d’être satisfait.

Morikawa, qui n’a pas fait de bogey pendant le week-end à Dubaï, a fait cinq birdies sur les neuf derniers dimanche pour sortir grand vainqueur.

« C’est spécial », a-t-il déclaré. « C’est un tel honneur d’être le premier Américain à faire cela sur le Tour européen et de mettre mon nom en regard de beaucoup, beaucoup de grands Hall of Famers. Rien que d’en parler, j’en suis tout ému. Comme je l’ai dit il y a deux ans, je ne pensais pas à ça. Je me disais : « Oui, allons jouer dans le monde entier ». Mais nous ne savions pas quelles cartes allaient être distribuées.

« Avoir cette chance et la conclure par une victoire, et pas seulement par un top 10 ou autre, est, comme je l’ai dit, spécial. Mais je ne vais pas arrêter de me fixer des objectifs élevés. Je l’ai toujours fait. Je vais mettre la barre aussi haut que possible et continuer à avancer. Je ne suis toujours pas numéro 1 au monde. J’ai encore beaucoup de choses à travailler dans mon jeu. Il y a une tonne de choses à travailler. De la façon dont ma tête est câblée, je suis toujours à la recherche de la prochaine étape, mais je vais essayer de profiter de celle-ci. »

On pourrait même dire que le souvenir restera gravé dans sa mémoire.

Les gains de la course de Dubaï :

Gagner : Collin Morikawa, -17, €2,640,975

T-2 : Alexander Bjork, -14, €776,886.81

T-2 : Matt Fitzpatrick, -14, €776,886.81

T-4 : Nicolai Hojgaard, -13, €314,716.19

T-4 : Robert MacIntyre, -13, €314,716.19

T-6 : Dean Burmester, -12, €199,246.89

T-6 : Rory McIlroy, -12, €199,246.89

T-6 : Ian Poulter, -12, €199,246.89

T-9 : Adri Arnaus, -11, €110,554.15

T-9 : Paul Casey, -11, €110,554.15

T-9 : John Catlin, -11, €110,554.15

T-9 : Joachim B. Hansen, -11, €110,554.15

T-9 : Sam Horsfield, -11, €110,554.15

T-9 : Shane Lowry, -11, €110,554.15

15 : Thomas Pieters, -10, €84,951.36

T-16 : Marcus Armitage, -9, 75 355,82 €.

T-16 : Grant Forrest, -9, 75 355,82 €.

T-16 : Sergio Garcia, -9, €75,355.82

T-16 : Tyrrell Hatton, -9, 75 355,82 €.

T-16 : Min Woo Lee, -9, €75,355.82

T-21 : Thomas Detry, -8, 61 769,47 €.

T-21 : Lucas Herbert, -8, 61 769,47 €.

T-21 : Garrick Higgo, -8, 61 769,47 €.

T-21 : Jason Scrivener, -8, 61 769,47 €.

T-21 : Johannes, Veerman, -8, 61 769,47 €.

T-21 : Jeff Winther, -8, 61 769,47 €.

T-27 : Abraham Ancer, -7, 51 939,17 €.

T-27 : Laurie Canter, -7, 51 939,17 €.

T-27 : Tommy Fleetwood, -7, 51 939,17 €.

T-27 : Rasmus Hojgaard, -7, 51 939,17 €.

T-27 : Joakim Lagergren, -7, 51 939,17 €.

T-32 : Christiaan Bezuidenhout, -6, 44 016,25 €.

T-32 : Billy Horschel, -6, 44 016,25 €.

T-32 : Martin Kaymer, -6, €44,016.25

T-32 : Adrian Meronk, -6, 44 016,25 €.

T-32 : Patrick Reed, -6, 44 016,25 €.

T-37 : Guido Migliozzi, -5, 39 394,54 €.

T-37 : Will Zalatoris, -5, 39 394,54 €.

T-39 : Rafa Cabrera Bello, -4, €34,772.84

T-39 : Sean Crocker, -4, €34,772.84

T-39 : Jamie Donaldson, -4, €34,772.84

T-39 : Antoine Rozner, -4, €34,772.84

T-39 : Danny Willett, -4, €34,772.84

44 : Maximilian Kieffer, -3, €30,811.37

45 : Richard Bland, -2, 29 931,05 €.

T-46 : Francesco Laporta, -1, 28 610,56 €.

T-46 : Victor Perez, -1, €28,610.56

48 : Masahiro Kawamura, E, €27,290.07

49 : Bernd Wiesberger, +2, €26,409.75

50 : Justin Harding, +3, €25,969.59

51 : James Morrison, +4, 25 529,42 €.

52 : Tapio Pulkkanen, +5, €25,089.26

WD : Calum Hill, €24,649.10

&#13 ;

Source link