Viktor Hovland parle des frasques de Danny Lee et de la défense du titre à Mayakoba – New Zealand Golf Digest

&#13 ;
&#13 ;

L’étoile montante norvégienne Viktor Hovland a remporté sa troisième victoire sur le PGA Tour après avoir défendu avec succès son titre au World Wide Technology Championship de Mayakoba au Mexique au début du mois. Grâce à une carte de 62 au troisième tour, le jeune homme de 24 ans a réussi à s’imposer avec style en utilisant un driver emprunté à un autre professionnel du circuit, James Hahn, la veille du tournoi, après que son propre driver se soit brisé en morceaux suite à une mésaventure amicale.

C’est génial. J’avais l’impression que mon jeu était en bonne position au début de la semaine et je sais que le parcours correspond bien à mon jeu, mais il y a eu des choses qui ne se sont pas passées comme je le voulais au début de la semaine. C’était bien de surmonter ces difficultés !

Danny Lee faisait une séance de vitesse derrière moi (le mercredi du tournoi) et il m’a demandé si je pouvais en frapper sur son quad. J’ai frappé quelques drives aussi fort que possible, puis il est retourné frapper le sien et j’étais juste curieux de savoir s’il pouvait augmenter la vitesse de sa balle avec mon driver qui était un peu plus long.

Et puis le reste est de l’histoire. Je ne sais pas où elle s’est cassée ou comment il l’a cassée, mais j’ai levé les yeux après qu’il ait frappé le coup et elle était en morceaux. J’avais une tête de secours, mais pas de manche de secours. James Hahn était devant et il a été assez gentil pour me prêter une de ses têtes de secours, qui était un peu plus courte et dont le manche était différent. Mais honnêtement, ça m’a presque aidé parce qu’il est un peu plus court, il fait probablement 10 mètres de moins, mais j’ai senti que je pouvais vraiment frapper un peu plus bas et un peu plus droit. Il a été très gentil de me prêter son back-up, alors je lui dois bien ça. Je n’ai pas eu l’impression de céder quoi que ce soit au reste du peloton et j’ai pu tracer mon chemin. Je savais que ce parcours me convenait très bien, alors j’avais de grandes attentes.

Évidemment, en tant que championne en titre, les gens s’attendaient à ce que je fasse bien, et je savais que le parcours me convenait, donc j’étais assez confiante. Je savais que le parcours me convenait, j’étais donc assez confiant. Je sentais que mon jeu était dans une bonne position, mais évidemment, pour que ça se termine comme ça et que je gagne par quatre coups, ça a été une semaine cool. Je ne pouvais pas espérer que ça se passe autrement.

Chaque fois que je suis dans un flux où j’ai mes numéros et que je fais un bon swing, c’est juste un peu comme pointer et tirer. Avec la vitesse de ces greens et le fait qu’ils ne soient pas si ondulés, et généralement quand il y a une cassure, elle a tendance à aller dans une seule direction, et donc pour moi, cela me permet d’être assez agressif sur les putts et de faire confiance à mes lectures.

Cette victoire était un peu différente. J’ai bien dormi, mais je me suis réveillé très tôt dimanche matin et j’étais assez nerveux et excité de commencer. J’étais nerveuse et excitée à l’idée de commencer. J’ai pu dormir en tête et sortir dans des conditions difficiles au début, car il y avait beaucoup de vent sur les neuf premiers trous. Franchement, je n’ai pas du tout bien joué sur les neuf premiers trous, mais j’ai pu m’accrocher et faire beaucoup de bons putts. Je suis vraiment heureux d’avoir pu réaliser ce parcours sans être au mieux de ma forme.

J’ai probablement mieux putté tout au long de la semaine cette année. J’ai l’impression d’avoir encore très bien frappé la balle l’année dernière, mais mon jeu court n’était pas aussi précis. J’ai raté un peu trop de putts les deux premiers jours, mais pendant le week-end, j’ai vraiment eu chaud.

C’était cool d’avoir le peuple norvégien qui est très patriotique et c’est cool de voir que je peux avoir autant de soutien même au Mexique, qui est assez loin de la Norvège. Ils ont été formidables. Ils étaient très respectueux envers les autres joueurs avec lesquels je jouais. Ils ont applaudi les bons coups et ont évidemment applaudi un peu plus quand j’ai fait un putt. C’était vraiment agréable. Je tiens à les remercier chaleureusement.

Je n’aimais pas me dire ça, Oh, mec, je joue le meilleur golf de ma vie, mais c’est juste le fait de tout mettre ensemble en quatre tours et de faire très peu d’erreurs, ça fait du bien. Je pense que je dirais que j’ai certainement eu de meilleures semaines de frappe de balle, mais combiner une bonne semaine de frappe de balle avec un bon jeu court et un bon putting est quelque chose que je n’ai pas fait très souvent.

Note : Ancien champion amateur des États-Unis, Viktor Hovland a l’honneur d’être le premier Norvégien à gagner sur le PGA Tour et le European Tour. Les fans peuvent voir Hovland et les stars du PGA Tour en action sur GOLFTV powered by PGA Tour.

&#13 ;

Source link