Talor Gooch dit qu’il est assez fort pour gérer la pression.

ST. SIMONS ISLAND, Ga. – Talor Gooch est à 18 trous de réaliser le rêve de toute une vie : gagner sur le PGA Tour. Il a réalisé un score de 67, 3 sous la normale, samedi, pour se constituer une avance de trois coups avant le dernier tour du RSM Classic au Sea Island Golf Club. La question demeure : Sera-t-il capable de gérer la pression ?

À entendre Gooch, il s’épanouit dans des moments comme celui-ci. Dimanche, s’il se trouve dans une situation difficile, il se remémorera la deuxième étape de la Q-School du PGA Tour en 2016. Jouant au TPC Craig Ranch, son troisième voyage dans l’exténuant processus en plusieurs étapes pour obtenir des privilèges de jeu, Gooch, dont le compte en banque était presque épuisé, a entamé le troisième tour sur le numéro.

« J’étais à 3 sur 4 en sortant du par 3 et je me suis dit, je ne sais pas pourquoi c’est arrivé, mais Best Buy, ‘je vais devoir aller travailler chez Best Buy, je vais devoir faire quelque chose pour gagner quelques dollars à moins que vous ne vous repreniez' », se souvient Gooch. « Je pense qu’en tant que sportif, si vous n’avez pas ce petit cran pour prouver que les gens ont tort, vous ne réussirez pas. »

Gooch a montré beaucoup de cran samedi. C’était une journée fraîche et venteuse, mieux adaptée pour siroter une tasse de chocolat chaud, ou quelque chose de plus fort, et se blottir avec un livre autour d’un feu de bois. Lorsque l’on a demandé à Tom Hoge, qui a réalisé un score de 3 sous 67 samedi, ce dont il était le plus satisfait de sa journée, il a répondu : « Nous avons terminé et nous sommes dans un bâtiment chaud ici. »

Gooch a réalisé deux birdies sur le premier neuf et a mené par trois coups, mais Sebastian Munoz l’a rejoint en tête grâce à des birdies aux numéros 7 et 9 et un bogey au numéro 10 par Gooch. Un trois-putt de 19 pieds au par-3 12th a ralenti l’élan de Munoz – son deuxième bogey consécutif – mais il a fait un birdidi 15 pour terminer à 13 sous et est à égalité avec le deuxième.

« Au 12, Talor m’a donné une bonne ligne et je voulais juste l’enterrer devant lui, mais j’ai été un peu gourmand, je me suis retrouvé avec un six pieds en arrière et je l’ai manqué, » a dit Munoz.

L’Irlandais Seamus Power, qui connaît une chose ou deux sur le jeu dans le vent, a également partagé brièvement la tête avec Gooch sur les neuf derniers trous. Il a réussi un eagle sur le par-5 du 15e trou.th et a signé pour un 3-under 67 pour partager la deuxième place avec Munoz.

« C’était un coup assez simple, mais évidemment avec le vent, rien n’est facile », a déclaré Power à propos de son eagle. Power a fait remarquer qu’il vit aux États-Unis depuis 15 ans et a donné l’impression d’être devenu un Irlandais de plus qui a cherché des climats plus chauds et dont le sang s’est fluidifié.

« Je suis devenu un peu sélectif avec mon temps », a-t-il dit.

Chaque fois que quelqu’un montait une charge pour rattraper Gooch, il avait une réponse. Gooch a réalisé des birdies sur deux des quatre derniers trous pour s’offrir sa première avance au 54e trou. Pour la semaine, il est en tête du classement des coups gagnés : Around the Green et se classe cinquième en Strokes Gained : Du tee au green. Il s’agit de la poursuite d’un jeu solide pour Gooch, qui a montré une progression constante depuis qu’il est devenu professionnel et qui a frappé à la porte tout l’automne pour obtenir son premier titre du PGA Tour.

« Au cours des deux derniers mois, j’ai du mal à penser que quelqu’un puisse frapper la balle mieux que lui », a déclaré l’instructeur de swing de Gooch, Boyd Summerhays.

Le stinger drive de Gooch, un produit de son éducation en Oklahoma, a été une arme dans le vent. Le dimanche, alias jour de paie, est un jour différent, et Gooch a toujours été le poursuivant plutôt que le poursuivi dans la chasse au trophée. Power a finalement brisé le sceau de la victoire il y a quelques mois au Barbasol Championship et a déjà réservé son billet pour le Sentry Tournament of Champions, tandis que Sebastian Munoz a gagné pour la dernière fois au Sanderson Farms Championship en 2018. Gooch a déclaré qu’il est prêt à faire face à la pression d’essayer de conclure sa première victoire dans sa 104e édition.e Début de la tournée.

« Si vous n’aimez pas la pression, vous êtes dans le mauvais sport, vous savez », a-t-il déclaré. « J’ai eu la chance depuis l’âge de cinq ans d’avoir un groupe de copains qui, lorsque nous sommes ensemble, nous sommes toujours en compétition pour quelque chose, nous faisons toujours quelque chose pour mettre de la pression et essayer de nous briser mutuellement, en gros. Donc, c’est juste ce que j’ai toujours su, c’est d’essayer d’apprécier la pression et d’essayer de prouver aux gens qu’ils ont tort. »

Gooch s’attend à entendre ses cinq copains ce soir, sous une forme ou une autre. De quoi vont-ils parler ? Probablement de leur voyage entre copains de golf, qui est toujours prévu la première semaine de janvier à Scottsdale, en Arizona. Il se trouve que c’est la même semaine que le prochain tournoi du PGA Tour à Kapalua, à Maui, et qu’il est réservé aux gagnants.

« J’ai bon espoir que nous devrons ajuster cela », a-t-il dit. « C’est donc de cela qu’il sera question ».

Source link