Pourquoi Bittrex a perdu son avance, les erreurs critiques des ventes de jetons et comment être répertorié (entretien)

Bittrex Global est la branche internationale de la bourse américaine Bittrex basée à Seattle, Washington. Elle est basée à Lichtenstein, et elle est enregistrée et supervisée par l’autorité locale des marchés financiers. Pendant les premières années du trading de crypto et jusqu’à la course haussière de 2017, Bittrex était considéré comme l’un des principaux échanges, et les fondateurs étaient impatients d’inscrire leurs jetons sur l’échange basé aux États-Unis.

Chris Sinkey est directeur commercial et directeur de la liste pour Bittrex Global pour les utilisateurs non américains.

Lors de la conférence Paris Blockchain Week en avril, CryptoPotato s’est assis avec Sinkey pour une conversation éclairante sur l’histoire de Bittrex, l’état actuel des échanges cryptographiques en ce qui concerne la sécurité et la réglementation, et l’avenir des ventes de jetons.

Sinkey nous a dit qu’«il est devenu clair qu’en raison de la clarté de la réglementation, il était très logique sur le plan commercial de séparer notre base d’utilisateurs entre les États-Unis et les non-États-Unis.

Bittrex et Bittrex Global : quelle est la différence ?

Sinkey a révélé avoir créé la nouvelle entité internationale appelée Bittrex Global à la recherche de clarté réglementaire et l’avoir basée au Lichtenstein, où la société est enregistrée et également supervisée.

Les deux sociétés (Bittrex et Bittrex Global) continuent d’avoir « une relation à ce jour du point de vue de l’ingénierie ». En d’autres termes, Bittrex prend en charge le backend d’ingénierie, l’infrastructure de trading, le moteur de correspondance, le portefeuille, les intégrations et le développement de nouveaux produits de Bittrex Global.

De plus, le niveau d’intégration entre les deux sociétés, ainsi qu’une conformité réglementaire stricte en matière de lutte contre le blanchiment d’argent, permettent un pool de liquidité partagé contrairement à ce que font d’autres bourses telles que Binance :

« D’autres échanges, comme Binance, font l’inverse de cela. Ils sont venus aux États-Unis en utilisant la même infrastructure, mais ils ont créé une bourse américaine.

La différence est que nos carnets de commandes sont partagés avec Bittrex US. […] Ainsi, dans un carnet de commandes Bitcoin, parce que les deux marchés sont disponibles pour le commerce, un client américain peut être la contrepartie pour négocier avec un client européen. C’est parce que tous les clients de notre plateforme sont KYC et que nous suivons un processus AMPL très strict et conforme.

Chris Sinkey
Chris Sinkey, Bittrex Global CBO. Source : Gazouillement

Bittrex : du meilleur échange en 2017 à la traîne

Bittrex était l’une des principales bourses d’échange au monde en termes de volume de transactions en 2017, mais c’est également au cours de cette année qu’elle a commencé à prendre du retard.

Sinkey a expliqué cela et se souvient que l’industrie à l’époque était très différente de celle d’aujourd’hui. Il nous a dit que c’était « fou » quand il a rejoint Bittrex en 2017, au milieu de la course haussière légendaire et insatiable de cette année-là.

« Peu de temps après avoir rejoint Bittrex, c’était la plus grande bourse au monde en termes de volume de transactions et de nombre de marchés. Et il y avait tellement de demandes de comptes à cette époque que le prix de Bitcoin est passé de deux à trois mille, puis jusqu’à 17 000 $, 18 000 $ et 19 000 $.

L’un de nos serveurs qui prenait en charge les nouvelles inscriptions de compte avait du mal à gérer la charge. Nous avons dû étrangler nos nouveaux utilisateurs.

C’est en fait l’une des raisons pour lesquelles Binance a pu se développer. Parce que les utilisateurs qui ne pouvaient pas accéder à Bittrex devaient aller quelque part. Binance était le nouvel échange à cette époque. Ils venaient de faire leur ICO l’été précédent et ils commençaient vraiment à gagner en popularité.

Sinkey a déclaré que la raison pour laquelle d’autres bourses ont pris autant de parts de marché au cours des années suivantes est le montant des capitaux qu’elles ont levés et investis dans le marketing.

Il nous a dit que Bittrex avait pris la décision consciente de rester entièrement privé et autofinancé. L’échange crypto n’a jamais levé de capitaux extérieurs ni lancé de campagnes de marketing massives financées par VC. Au lieu de cela, il dit que la société s’est concentrée sur sa stratégie à long terme sur une conformité réglementaire stricte et des pratiques de garde fiables.

« Nous sommes très heureux d’être au Lichtenstein et aux Bermudes. Nous avons donc également Bittrex Global Bermuda et nous avons une licence Digital Assets Business Act – une licence DBA des Bermudes. Nous avons trouvé qu’il était fantastique de travailler avec les régulateurs. »

En ce qui concerne la garde, Bittrex possède l’une des meilleures sécurités de l’industrie des échanges cryptographiques. Les trois fondateurs de la société sont des experts en cybersécurité issus de Microsoft, Amazon et Blackberry.

logo-bittrex
Bittrex Global, logo

Quels jetons sont répertoriés (et supprimés)

Les politiques de listage des pièces sont un point de friction majeur au sein de la communauté des crypto-monnaies, et nous voulions en savoir plus sur l’approche de Bittrex.

Sinkey nous a dit qu’ils avaient adopté «l’approche consistant à soutenir la longue traîne des actifs cryptographiques plutôt que d’essayer d’être sélectif et d’essayer de choisir quel projet va être gagnant ou non. Nous aimons laisser le marché décider.

Cependant, il a également précisé qu’ils avaient un processus rigoureux de conformité et de diligence raisonnable et un processus d’examen technique.

« Nous décomposons notre processus d’inscription en trois piliers : juridique, conformité et technique. Un projet légitime avec le désir de proposer une nouvelle cryptographie, nous allons l’examiner et l’exécuter tout au long de notre processus. S’ils réussissent ces trois phases de diligence raisonnable, nous les répertorierons.

En ce qui concerne la radiation, le CBO nous a dit qu’elle « est presque toujours liée à la liquidité – elle est presque toujours liée à un marché qui ne montre pas de demande de notre base d’utilisateurs sur une longue période de temps. Ou il n’y a pas de liquidité fournie par aucun type de teneur de marché institutionnel ou de soutien de la liquidité pour ce marché.

La plus grande erreur des ventes de jetons

Au cours de notre conversation, M. Sinkey a offert des conseils aux nouvelles startups de cryptographie essayant de collecter des fonds en émettant des jetons. Son MBA de la London Business School brille dans cette partie de notre entretien.

Il estime que l’erreur numéro un des équipes lorsqu’elles lèvent des fonds est « qu’elles ne comprennent pas la différence entre les actions et les matières premières.

« 99,9 % des listes que nous réalisons sont des jetons utilitaires. Ce sont des marchandises. Lorsqu’une équipe se rend sur le marché pour collecter des fonds, elle structure sa prévente et se rend sur le marché avec une vente publique avec plus l’intention de collecter des fonds que de distribuer son jeton aux détenteurs de jetons, aux fins de permettant aux utilisateurs d’utiliser le jeton dans leur écosystème qu’ils construisent. »

Ceci, à son tour, se traduit par la raison numéro un pour laquelle la plupart des projets échouent. Il pense que les équipes devraient lever de la bonne manière et vendre des actions à des investisseurs accrédités. Plus tard, ils devraient distribuer leur jeton « de manière à permettre l’utilité dans un écosystème ».

« C’est probablement la plus grosse erreur que je pense que beaucoup d’équipes plus petites et plus jeunes ne comprennent pas vraiment les différences là-bas. Ni pourquoi et quand choisir quel chemin pour quoi. Ils finissent par survendre le jeton.

Cela crée beaucoup trop d’offre et beaucoup trop de vendeurs. Parce que la plupart des gens ont acheté à des fins d’investissement plutôt qu’à des fins utilitaires. Ensuite, le prix symbolique s’effondre et le projet meurt.

Son conseil est de structurer le droit de prévente. Pour que cela se produise, l’équipe doit vraiment comprendre ce qu’elle essaie d’accomplir et « obtenir un marché avec une prévente pour votre jeton uniquement si vous en avez besoin ».

Sinkey a fait valoir que les équipes ne devraient vendre que ce dont elles ont besoin et aux bons acheteurs. Cela l’a amené à son autre point:

« Choisissez judicieusement vos acheteurs. Si vous faites une prévente et que vous avez un jeton de nature B2B, pourquoi le vendez-vous à des détaillants qui ne peuvent jamais l’utiliser à des fins utilitaires ?

Si votre entreprise est de nature B2B, allez voir les clients et vendez-leur le jeton, ou faites une preuve de concept avec eux et mettez-le entre leurs mains et voyez si votre plateforme a une utilité.

OFFRE SPÉCIALE (Sponsorisé)

Binance Free 100 $ (Exclusif) : Utilisez ce lien pour vous inscrire et recevoir 100 $ gratuits et 10 % de réduction sur les frais de Binance Futures le premier mois (termes).

Offre spéciale PrimeXBT : utilisez ce lien pour vous inscrire et entrez le code POTATO50 pour recevoir jusqu’à 7 000 $ sur vos dépôts.