Les conseils du parieur : Le Championnat mondial de technologie de Mayakoba, qui se déroule cette semaine, est très relevé.

Lorsqu’il est apparu pour la première fois sur le calendrier du PGA Tour, El Camaleon a accueilli un événement à champ opposé en début d’année, face au WGC Match Play.

Cela signifiait que le terrain était nécessairement faible.

Cependant, il est également apparu rapidement qu’il s’agissait d’une belle piste qui faisait appel à des compétences permettant aux parieurs de penser qu’ils avaient une bonne idée du gagnant probable.

C’est un endroit venteux, qui demande des décisions et une exécution intelligentes du tee au green, et les greens granuleux nécessitent un œil avisé et une technique solide.

Il est rapidement apparu que les golfeurs qui ont prospéré à Harbour Town et Waialae apprécieraient également El Camaleon.

Il n’a pas fallu longtemps pour que l’événement soit placé dans la section d’automne du nouveau calendrier, ce qui lui a conféré un certain prestige.

Mais le plateau de cette semaine est sans aucun doute le plus beau qu’il ait pu compter.

Justin Thomas, Tony Finau, Brooks Koepka, Scottie Scheffler et Patrick Reed sont tous de première classe.

Abraham Ancer mène la charge des locaux.

Et Tyrrell Hatton, Viktor Hovland, Justin Rose, Sergio Garcia, Shane Lowry et Ian Poulter ajoutent une véritable force européenne.

Cela donne une perspective intrigante. Ce qui était un événement pour les spécialistes – aidé par le manque de puissance de feu de première classe – pourrait maintenant être vulnérable aux gros canons.

Ou se laisseront-ils surprendre par les mangroves, les grottes et la jungle qui bordent les fairways d’El Camaleon ?

Regardons de plus près.

Points de repère du haut du marché

Tant de ces vedettes de haut niveau doivent encore être testées à El Camaleon – ou, du moins, ont une expérience limitée du test.

Dans cette dernière catégorie, Hovland est le champion en titre (après deux cuts manqués), Thomas a joué deux fois (tous deux dans le top 25), Koepka est à 0 pour 2, Reed et Poulter ont manqué le cut lors de leur seul départ, Scheffler a atterri T18ème lors de sa seule apparition, Finau a deux top 10 en cinq visites, et Ancer a terminé dans le top 25 lors de ses quatre derniers départs avec deux top 10.

Reed a fait la course la semaine dernière pour être deuxième ex aequo – c’est de bon augure.

Mais qu’en est-il des nouveaux venus à El Camaleon ? Leurs registres de Waialae/Harbour Town sont-ils utiles ?

Rose a un solide palmarès sur les deux parcours et était deuxième la dernière fois qu’il a joué à Waialae, Garcia a un palmarès inégal sur les deux parcours, Hatton a été leader sur 54 trous à Harbour Town en terminant troisième, et Lowry a été leader à mi-parcours sur le même parcours en 2019, terminant également troisième, et il était également neuvième sur ce parcours plus tôt cette année.

Lowry pourrait avoir de bons souvenirs en tête cette semaine également, car l’European Tour joue le Portugal Masters, un événement qu’il a remporté en 2012.

Le facteur Paspalum

Les greens d’El Camaleon sont composés d’un gazon spécial qui peut être irrigué avec de l’eau de mer. D’une part, cette technique est respectueuse de l’environnement (il est prouvé que l’utilisation de pesticides et d’eau douce sur les terrains de golf en bord de mer est dévastatrice pour la nature locale).

D’autre part, il constitue un test distinct pour les golfeurs. Vaughn Taylor en a dit : « L’herbe est différente. Elle est granuleuse. Si vous n’avez jamais été sur ce terrain, vous pouvez être un peu perdu. »

C’est une des raisons pour lesquelles la forme du parcours tend à être un facteur important cette semaine. Il faut également tenir compte des résultats obtenus à Corales Puntacana et aussi à Kiawah Island lors du championnat de la PGA de cette année – les deux parcours ont du Paspalum sur les greens.

html) */?&gt ;

Billy Horschel a terminé à la 23e place à Kiawah, se classant au septième rang pour les coups gagnés au putting et il a également un excellent dossier à El Camaleon.

Il a passé le cut lors de cinq de ses six visites, a toujours terminé dans le top 30 lorsqu’il a participé au week-end, était huitième lors de son avant-dernier départ et cinquième l’année dernière lorsqu’il a terminé avec des tours de 65-64.

Il a connu une belle année 2021 avec une première et une deuxième place au Championnat du monde de golf, a été le septième plus mauvais score au Tour Championship de fin de saison 2020/21, puis a remporté le BMW PGA Championship de l’European Tour.

Pensez également à Joel Dahmen. Il a terminé trois fois dans le top 15 à Corales avant l’événement de cette année, qu’il a remporté.

Il a été vu pour la dernière fois au Shriners Children’s Open où il a terminé avec un 64.

Et il n’a jamais manqué un cut en quatre voyages à El Camaleon, dont une sixième place en 2019 et un T20e l’année dernière lorsqu’il était cinquième à mi-parcours.

L’amorce parfaite ?

L’événement de la semaine dernière aux Bermudes a été remporté par Lucas Herbert. L’Australien est un golfeur différent des deux précédents vainqueurs à Port Royal – il est plus jeune et plus dynamique dans son approche – mais il est aussi un autre spécialiste du vent (il a réalisé de bonnes performances sur le linksland et a remporté le Dubai Desert Classic dans un coup de vent).

Ces deux premiers vainqueurs, Brendon Todd et Brian Gay, ont tous deux gagné à El Camaleon et cela est logique étant donné que des compétences similaires sont requises : précision du tee au green, capacité à jouer dans le vent, putting puissant sur des greens granuleux.

Todd a même gagné à Port Royal et à El Camaleon lors de deux départs consécutifs.

Herbert tentera de l’imiter cette semaine, mais quelqu’un d’autre peut-il s’épanouir dans l’amorce des Bermudes ?

Danny Lee a fait un terrible gâchis de trois trous au début du neuvième trou la semaine dernière avant de rebondir et de se retrouver deuxième ex aequo. Peut-il utiliser cette leçon à son avantage ?

Il était très confiant quant à l’état de son jeu aux Bermudes et devrait être tout à fait satisfait de se rendre au Mexique ensuite – il a terminé troisième à El Camaleon en 2014 et deuxième en 2018.

Russell Knox a eu le mauvais côté de la météo de jeudi la semaine dernière avant que trois bons tours lui permettent de décrocher un troisième top 20 aux Bermudes.

Maintenant, lui aussi retourne sur un autre terrain de chasse heureux.

Il a fait 8 fois sur 8 le cut à Mayakoba, avec trois top 10, dont deux défaites consécutives en play-off et une troisième place en 2015 et 2016.

LIRE LA SUITE : 3-2-1 : La finale saisonnière du Tour européen et la chasse aux cartes commencent cette semaine au Portugal Masters

Source link