Le projet NFT soutenu par Elijah Wood en proie au désarroi à cause des dessins « racistes » de l’artiste

Le projet NFT Jungle Freaks est tombé dans le désarroi hier après que des dessins « racistes » réalisés par l’artiste du projet dans les années 1970 aient refait surface, ce qui a conduit de nombreuses personnes à s’interroger sur le bien-fondé de ce projet. investisseurs de renom d’abandonner le projet – tandis que d’autres ont rejeté la controverse comme un cas de « culture de l’annulation » qui a mal tourné.

Jungle Freaks est un projet père-fils qui consiste en 10 000 NFT de zombies dessinés par George Trosley, un ancien dessinateur pour Hustler.

Pendant son Hustler Dans les années 1970, Trosley a publié une série d’articles sur la santé. caricatures racistes et provocatrices dans le magazine, ce qui a été révélé après son projet NFT. ait été soutenu par l’acteur Elijah Wood. le 27 octobre.

« Wood était intéressé par le projet et l’a contacté par l’intermédiaire d’un ami », a déclaré Trosley à l’AFP. Décryptage.

Le soutien de la célébrité a été une malédiction déguisée pour le projet car il a attiré l’attention du grand public qui a braqué les projecteurs sur ces caricatures, conduisant Wood à vendre tous ses NFTs le dimanche et le produit de cette vente sera reversé à des associations caritatives. La chute de Wood dans le projet a entraîné une baisse plus importante, faisant chuter le prix plancher du projet de 94 %, passant de 1,3 ETH (5 614 $) à 0,29 ETH (1 252 $) aujourd’hui. Cela représente tout de même une hausse de 314 % par rapport au prix plancher initial de 0,07 ETH (302 $).

Mais Trosley nie les allégations selon lesquelles ses caricatures sont racistes.

Dessin de Trosley
L’un des dessins humoristiques de Trosley datant des années 1970. Image : Hustler Magazine/Twitter

« En tant que dessinateur, mon rédacteur en chef me demandait d’illustrer les sujets sur lesquels le magazine se concentrait », a-t-il déclaré à l’AFP. Décryptage. « Magazine Hustler était connu pour publier du matériel qui poussait les limites, de nombreuses illustrations étaient dessinées pour attirer l’attention et susciter des conversations sur les questions sociétales et politiques de l’époque ».

Pour atténuer la situation, le fils de Trosley a déclaré sur le serveur Discord du projet que son père et lui suivraient un cours LinkedIn sur l’antiracisme « pour tenter de comprendre les points de vue des autres ». [sic]. »

Sur une déclaration ultérieure sur Twitteril s’est excusé et a dit que sa famille n’approuvait pas le racisme. Son père n’aurait pas dû participer à « la culture que Larry Flynt &amp ; Hustler a poussée. » Hustler n’a pas immédiatement répondu à DécryptageLa demande de commentaires de la part de la Commission. HustlerLe fondateur de Hustler, Larry Flynt, qui est décédé cette année, a maintenu un profil résolument antiraciste, dénonçant le racisme présumé de Donald Trump en 2018. Flynt a également été abattu par un suprémaciste blanc en 1978.

Mais dans une déclaration vidéo ultérieure, Trosleys a minimisé les excuses, affirmant que les caricatures dépeignent en fait « les injustices sociales en Amérique. » Les critiques ont fait remarquer que certaines des caricatures ne correspondent pas à cette définition, comme par exemple Un homme noir menotté sur la scène d’un meurtre. où les badauds critiquent la « brutalité policière ».

Pour compliquer encore plus l’affaire, certains soulignent ce qui semble être L’imagerie nazie dans certaines des NFTs..

Comme la plupart des projets de la NFT, Jungle Freaks se déroule dans un univers fictif, qui… dans ce casnous sommes en 2077, l’humanité a disparu et les zombies ont envahi les villes et se sont emparés de nombreux stocks militaires. » Et l’une des pièces des stocks militaires semble être modelée sur un chapeau nazi avec Totenkopfl’insigne du crâne. Trosley nie que les deux soient liés.

« Le chapeau n’est pas lié aux nazis », a déclaré Trosley à l’AFP. Décryptage. « Les Jungle Freaks sont des zombies, et nous avons pensé qu’ajouter un « trait » de crâne au chapeau militaire était une façon unique de signifier qu’ils étaient une armée de morts. »

Pendant ce temps, le chaos a éclaté sur le serveur Discord du projet avec des désaccords profonds parmi les investisseurs de Jungle Freaks.

« Je pense que les dessins animés […] étaient simplement dessinées pour remuer le couteau dans la plaie et n’étaient pas destinées à être évoquées à l’époque actuelle. C’était ce que Trosley devait faire pour garder son emploi et nourrir sa famille », a déclaré à WaffleHouseKidd, un « fier Freak » qui a investi 0,28 Ethereum (1 200 $). Décryptage. « Les dessins sont toujours de mauvais goût et extrêmement racistes, mais c’est ce qu’on trouvait dans Hustler Mag à l’époque ».

dtal7D, un autre pseudo investisseur qui a vendu son NFT aujourd’hui, s’est dit déçu par les « excuses fallacieuses » et la réaction de la communauté Jungle Freaks.

Si vous voulez être une personne qui donne des secondes chances, alors tant mieux, mais crier « annulez la culture » entre autres choses ? […] Je ne sais pas pourquoi j’ai été surpris de voir tant de personnes faire cela dans le Discord, mais c’est peut-être parce que je pensais qu’il y avait un peu d’évasion de gens comme ça dans la communauté NFT « , a-t-il déclaré.

« Heureusement, je réalise aussi que ceux qui se défendent dans le Discord sont une petite minorité. Je suis fier que la majorité de la communauté NFT se soit levée pour dire que c’est mal. »

« J’espère que vous pourrez rester patients avec nous et nous permettre de tenir notre promesse d’être la meilleure putain de communauté NFT qui soit », peut-on lire dans la déclaration du fils de Trosley. Le duo doit tenir un AMA vidéo en direct vendredi, répondant aux questions des investisseurs et du public.

Note de l’éditeur : Une version précédente de cette histoire a incorrectement inclus la mention des chapeaux de style soviétique comme un trait de caractère pour les NFTs de Jungle Freaks.

Source link