L’autorité financière sud-coréenne juge que les NFT sont imposables

La Commission des services financiers de Corée du Sud, ou FSC, a annoncé mardi que les jetons non fongibles, ou NFT, seront taxés à partir de l’année prochaine. Selon le Korea Herald, cet amendement à la loi fiscale imposera une taxe de 20 % sur les revenus provenant d’actifs virtuels qui dépassent 2,5 millions de wons (2 102 $) à partir du 1er janvier 2022.

Le vice-président de la FSC, Doh Kyu-sang, a précisé que seuls certains NFT seraient classés dans la catégorie des actifs virtuels et donc soumis à l’impôt sur les « autres revenus », en référence à ceux utilisés pour des investissements ou des paiements à grande échelle. Les autorités fiscales sont chargées de définir le champ complet des NFT imposables.

Cette annonce diffère toutefois de la position adoptée le mois dernier, lorsque la FSC avait publié une déclaration publique réaffirmant que les NFT ne sont pas des actifs virtuels et ne seraient pas réglementés. Le législateur coréen semble désormais considérer les NFT dans la même optique d’imposition que les crypto-monnaies. Un projet d’impôt sur les gains en crypto-monnaies devait entrer en vigueur le 1er janvier 2022, mais il pourrait être reporté en raison de l’opposition politique.

La Corée du Sud a récemment a pris de nombreuses mesures pour réglementer le marché des crypto-monnaies, dans un effort ciblé contre le blanchiment d’argent. Selon le Korea Herald, les 25 bourses examinées selon les directives du mois d’août se sont révélées avoir un « niveau de préparation inadéquat », aucune d’entre elles ne remplissant toutes les conditions d’enregistrement.

Voir aussi : La réglementation sud-coréenne sur les crypto-monnaies s’étend désormais aux entreprises étrangères.

Alors que le marché des NFT se développe rapidement en Corée du Sud et dans le monde, le débat sur la réglementation par rapport à l’innovation reste controversé.

Source link