Tony Parker : Nous payons depuis des années les guerres entre l’EuroLeague et la FIBA


Par l’équipe d’Eurohoops/ info@eurohoops.net

L’ASVEL Villeurbanne de Tony Parker affronte l’AS Monaco dans un match d’EuroLeague entièrement français vendredi 26/11, qui coïncide avec le match de qualification pour la Coupe du monde FIBA 2023 opposant la France au Monténégro. Une situation assez particulière et « triste », comme l’a décrit le président de l’ASVEL et quadruple champion NBA.

« Nous aurions pu effectivement reporter le match. Nous l’avions demandé. Nous payons pour les guerres entre l’EuroLeague et la FIBA », a déclaré Parker per L’Equipe. « J’espère qu’ils pourront se parler. La FIBA et l’EuroLeague doivent se parler et toutes les institutions doivent élaborer un calendrier cohérent et compréhensible. Cela n’aide pas le basket-ball ».

L’ASVEL sera privée de son attaquant Paul Lacombe lors de ce match, ainsi que de plusieurs membres de son équipe d’encadrement. En revanche, les Bleus seront privés du gardien Elie Okobo, le meilleur joueur français hors NBA actuellement et l’un des meilleurs joueurs d’EuroLeague cette saison.

« Je suis le supporter n° 1 de l’équipe de France », a déclaré Parker. « Bien sûr que je veux aider l’équipe française. J’essaierai toujours de travailler intelligemment avec Jean-Pierre. [Siutat – French Federation president), Vincent [Collet, French team head coach] et Boris [Diaw, French team general manager] pour trouver des solutions pour l’équipe française. D’ailleurs, je les remercie car ils auraient pu « forcer » à prendre Elie Okobo aussi. On s’est mis d’accord sur Paul parce qu’on ne pouvait pas être décimé non plus »

Parker a appelé à l’unité entre la FIBA et l’EuroLeague et à l’arrêt des « guerres » entre les deux organisations.

« C’est triste, » a déclaré Parker. » Cela fait des années que nous payons pour les guerres entre l’EuroLeague et la FIBA et c’est vraiment triste que nous ne puissions pas trouver de solutions. J’espère que des situations comme celle-là nous feront trouver des solutions. Je ne sais pas par où commencer. Mais ce n’est pas normal. Nous aussi, en tant que SVEL, nous payons une lourde facture. Cela avait déjà commencé l’année dernière lorsque nous n’avons pas pu avoir nos quatre-cinq meilleurs joueurs pour les demi-finales et la finale du championnat de France. »

Source link