Sur la nouvelle « gamme de la mort » des Warriors – NBA Blog

Ici se trouve le Chronique de San Francisco sur le plaisir et les jeux que les Warriors lancent sous la forme d’une nouvelle édition « death lineup »:

Les Golden State Warriors ont battu les Denver Nuggets en visite pour le deuxième match consécutif lundi, et le débat a éclaté juste à temps. Les Warriors sont-ils sur le chemin du retour ? Le Chase Center est-il aussi tapageur que l’Oracle ? Les fans de Joel Embiid diront-ils un jour quelque chose de positif à propos de Nikola Jokic ? Ce sont toutes des questions directes, et peut-être que quelqu’un a le temps d’y répondre. Mais il y avait un autre problème qui flottait, qui a déclenché une frénésie collective : comment diable sommes-nous censés appeler la nouvelle gamme de mort de Golden State ?

Pour les sept ou huit d’entre vous qui ne sont pas au courant, la formation (originale) de la mort n’était pas un groupe anarcho-crust influent des années 1980, mais un nom attribué avec amour depuis la saison 2014-15 à l’unité de cinq hommes de genre. Stephen Curry, Klay Thompson, André Iguodala, Harrison Barnes et Draymond Green. Des meneurs de jeu qualifiés, des tireurs d’élite, des défenseurs agressifs aux membres longs – c’était essentiellement l’idéal platonique de gagner au petit ballon. Steve Kerr (mec sympa, beau mec !) s’est sagement penché sur cette formation dangereuse pendant les séries éliminatoires, et cela a propulsé les Golden State Warriors vers leur premier championnat en 40 ans. La saison suivante, la même formation a martelé la ligue tous les soirs et a remporté le plus de matchs de saison régulière de l’histoire de la NBA et rien de mal ne s’est produit par la suite. Et bien sûr, l’année suivante, les riches sont devenus plus riches et ont remplacé le solide abonné de la Nouvelle République, Harrison Barnes, par l’enfer humain Kevin Durant. La gamme de mort est devenue la gamme de mégadeath. Et puis Durant est parti. Iguodala a été échangé. Klay et Steph ont été blessés. L’attention de Draymond vagabonda. La liste des morts, à toutes fins utiles, était morte.

Espérons que la ligue se soit remise de la fatigue collective de sa formation mortelle après une interruption de deux ans, car la formation mortelle est de retour, en grande partie grâce aux progrès de Jordan Poole et à une séquence chaude prolongée en temps opportun. C’est le basket-ball Warriors Dynasty à son meilleur. Ce barrage trop familier. C’est assez agréable à regarder en temps réel. Un déficit transformé en déroute dans un flou alchimique, un chaos ordonné affirmant la vie. Il n’est jamais ennuyeux de voir la vie s’écouler des yeux de l’opposition alors qu’elle fait un travail plus qu’acceptable jusqu’à ce que le barrage éclate.

Auteur: À l’intérieur des cerceaux

InsideHoops.com est un leader mondial de la couverture du basket NBA depuis plus de 20 ans. Lisez notre blog, mais assurez-vous également de lire notre site Web principal sur www.insidehoops.com Voir tous les articles de Inside Hoops