Seth Curry parle du concours NBA à 3 points, de Ben Simmons et de son avenir

Le gardien des Philadelphia 76ers Seth Curry est au milieu d’une campagne d’éclatement et est le seul joueur avec une répartition des tirs de 50/40/90 cette saison.

En outre, Curry se classe quatrième en pourcentage de tirs à trois points (0,465) et a déclaré à HoopsHype qu’il souhaitait participer au concours de tirs à trois points de la NBA lors du All-Star Weekend.

Curry s’est entretenu avec HoopsHype par téléphone et a discuté de ce qui a conduit à sa saison exceptionnelle, de son parcours NBA en coulisses pour en arriver là, de la façon dont l’absence de Ben Simmons est perçue dans le vestiaire, des chances de Philadelphie de rivaliser à l’Est et de son avenir à long terme.

Curry : Je n’ai pas été fortement recruté. Je n’ai pas été drafté. Il m’a fallu beaucoup de temps pour en arriver là, alors j’étais un peu sous-recruté et sous-évalué. À tous les niveaux où j’ai joué, j’ai senti que je devais gagner ma place, et je l’ai fait en produisant.

Curry : Je l’ai fait. Lorsque je n’ai pas été recruté, j’ai en quelque sorte prévu de suivre la voie des 10 jours, la voie de la G League ou les contrats non garantis les deux premières années. Si je n’obtenais pas de contrat garanti après mes deux premières saisons, je savais que j’avais la possibilité d’aller à l’étranger, de gagner beaucoup d’argent et de jouer là-bas. Je me suis donné une fenêtre de deux ans pour essayer de rester en NBA et obtenir un contrat garanti. Heureusement, lors de la dernière Summer League, avant la fin de cette période de deux ans, j’ai signé un contrat garanti à Sacramento.

Curry : Je ne doutais pas de moi. Je doutais que j’aurais une opportunité ou pas. Je savais qu’en jouant en G League et en me mesurant aux autres joueurs de ma catégorie, j’étais aussi bon, sinon meilleur, que beaucoup des joueurs du premier tour que je rencontrais en G League. Je savais que si j’avais l’occasion de jouer dans la ligue et de montrer ce que je pouvais faire à ce niveau, je resterais et ferais une carrière en NBA. Si j’avais des doutes, ce n’était pas sur moi. C’était l’opportunité parce que la chose la plus difficile à faire en tant que joueur non sélectionné est d’avoir une chance de jouer et de montrer que vous pouvez vraiment jouer et que les choses que vous faites en G League peuvent être transposées en NBA.

Curry : J’ai eu plus d’opportunités de jouer et j’ai eu de la chance. Je savais que la deuxième moitié de l’année à Sacramento où j’ai pu jouer un bon nombre de matchs, et j’ai eu une période constante de bon jeu que j’étais un joueur NBA. Quand je suis arrivé à Dallas, j’ai eu de la chance avec quelques blessures dans l’équipe, et j’ai pu jouer beaucoup de minutes dès mon arrivée. Coach (Rick) Carlisle était un grand esprit offensif et un grand entraîneur qui m’a mis dans de bonnes situations pour faire ce que je faisais le mieux, à savoir marquer, jouer avec le ballon dans les mains dans les pick-and-roll (action) et jouer sans le ballon. C’était un bon choix pour moi.

Curry : C’était bien. J’ai eu davantage l’occasion de commencer à plein temps et de jouer avec d’autres grands joueurs dans une équipe en lice qui correspond à mes capacités en tant que garde double capable de jouer avec le ballon dans les mains dans les pick-and-rolls et d’espacer le terrain pour des gars comme… Joel (Embiid)l’année dernière Ben (Simmons)et Tobias (Harris). C’est une bonne opportunité pour moi. Ils ont en quelque sorte vraiment besoin de ce que je fais spécifiquement, donc c’est un grand rôle pour moi, et j’ai pu en profiter.

Curry : Je pense que je suis un joueur assez polyvalent. Je peux attraper et tirer, étirer le sol, jouer à l’écart des gars qui attirent beaucoup d’attention comme Joel et Ben. Quand ces gars ne sont pas là, je sens que je peux jouer dans le pick-and-roll. Mon jeu d’esprit est assez bon. Je pense que je peux mettre la balle sur le sol et marquer. Je suis fier d’être capable de faire beaucoup de choses différentes offensivement et de prendre de bons tirs.

Curry : Je n’ai pas d’objectifs individuels pour les statistiques. Je veux être efficace et tirer la balle à un taux élevé. Vous avez parlé du concours à trois points. J’ai l’impression que je dois en ajouter un au manteau pour faire partie de la famille (Curry). J’espère que je pourrai en obtenir un avant la fin de ma carrière. Steph (Curry) en a déjà deux. Si j’obtiens l’invitation, j’irai au plus grand nombre possible, afin d’ajouter un trophée à ma collection.

Curry : La façon dont nous avons joué plus tôt dans la saison était du bon basket. Nous avons partagé la balle et nous avons des gars qui peuvent marquer tout au long de notre liste. Dernièrement, nous n’avons pas vraiment résisté à la tempête. Nous avons été un peu usés par la situation de Covid et les blessures. La compétition s’est un peu intensifiée. Nous devons revenir à la façon dont nous jouions plus tôt dans la saison, en faisant circuler la balle et en obtenant de bons tirs en équipe, et faire revenir les gars dans le processus.

Curry : J’ai l’impression que nous avons assez d’atouts pour rivaliser avec n’importe qui dans la ligue. Je pense que nous l’avons montré au début de la saison. Avec un gars comme Joel sur le terrain et les éléments complémentaires que nous avons avec l’attention qu’il attire et nous sur le plan défensif, c’est assez bon pour être un prétendant dans cette ligue. Nous devons simplement nous améliorer au fil de la saison et découvrir qui nous sommes avec ce que nous avons dans l’équipe. Nous devrions être capables de rivaliser avec n’importe qui.

Ben Simmons

Curry : Honnêtement, ça a été plutôt normal. Il n’a pas vraiment été présent dans l’équipe, donc ce n’est pas comme si c’était une distraction ou autre. C’est un peu comme s’il était sorti et pas là. Nous savons qui nous avons dans notre équipe pour commencer la saison. Évidemment, s’il revient, nous allons l’intégrer. Il fait partie de l’équipe depuis longtemps, donc ça ne devrait pas être trop difficile.

Curry : C’est malheureux. Je le vois simplement comme un gars qui a eu une longue blessure. Je me concentre sur les membres de l’équipe, sur ceux qui viennent s’entraîner tous les jours, sur ceux qui sont présents aux séances de tir et sur la façon dont nous nous préparons pour les matchs. C’est dommage qu’il ne soit pas avec nous parce qu’il est évidemment un élément important de l’équipe et un grand joueur qui peut nous aider à gagner encore plus, mais chacun a sa propre situation dans cette ligue. C’est un business. Je sais qu’il traverse des épreuves, tout comme les équipes traversent des épreuves tout au long de la saison. Il fait face aux conséquences de ses actes avec les amendes ou autres. Cela va dans les deux sens.

Curry : Pas beaucoup. Je lui ai parlé quelques fois cet été, mais il a fait ses propres trucs et a essayé de se remettre sur pied.

Curry : Il y a eu des hauts et des bas. La seule chose qui m’a retenu depuis que j’ai eu l’occasion de jouer, ce sont les blessures. Lors de ma deuxième année à Dallas, j’ai manqué une année entière à cause d’une fracture de fatigue à la jambe, alors que j’étais en pleine progression. C’était un moment difficile. Depuis que je suis dans la ligue, j’ai montré qui j’étais en tant que joueur à chaque fois que je suis entré sur le terrain, pour la plupart. J’ai l’impression que le parcours a été différent dans la mesure où je n’ai pas été recruté et que j’ai gagné ma place un peu plus lentement, mais j’apprécie chaque opportunité et j’essaie simplement de m’améliorer et d’avoir une longue carrière.

Curry : J’ai apprécié chaque opportunité. La situation à Dallas a été excellente pour ma carrière. Après avoir manqué toute l’année, je pense qu’aller à Portland a été une grande étape dans ma carrière parce que cette organisation m’a vraiment donné une grande opportunité et m’a fait confiance pour les aider à atteindre un autre niveau. J’ai commencé lentement, car je devais retrouver mon rythme après avoir manqué une année entière. Ils m’ont soutenu, et nous avons pu atteindre les finales de la Conférence de l’Ouest, ce qui a préparé encore plus ma carrière. Le fait d’être entouré de ces gars-là, de cette équipe de vétérans, et de gars comme le Damian Lillard et CJ McCollum.

Curry : Il a été génial. Il a eu un travail difficile avec tout ce qui s’est passé ici ces deux dernières années. Pour moi, personnellement, il a été formidable. Il fait confiance à ses joueurs et leur donne beaucoup de liberté. Il connaissait mon jeu mieux que beaucoup d’autres entraîneurs de la ligue, car il savait que je suis plus qu’un simple tireur ponctuel et un espaceur. Il m’a mis la balle dans les mains un peu plus l’année dernière lors des playoffs. C’est un autre domaine dans lequel j’ai pu élever mon jeu l’année dernière et cette année.

Source link