Quelle promesse chaque candidat à la présidentielle tient-il pour la crypto ?

Alors que la France se prépare pour l’élection présidentielle du 24 avril dans un second tour, les experts politiques du monde entier font leurs paris. Le choix est entre le centriste sortant Emmanuel Macron et la populiste de droite Marine Le Pen. Une grande partie du débat politique tourne cette fois autour de l’économie, mais il y a une partie indispensable qui est largement absente des agendas électoraux des candidats : les actifs numériques. Bien que tous deux aient un historique de déclarations publiques sur des questions liées à la cryptographie, ni Macron ni Le Pen ne semblent susceptibles de déclencher un changement politique significatif concernant l’économie numérique française.

État de l’art

Malgré les efforts notables de l’administration actuelle pour embrasser l’industrie informatique, la France n’est toujours pas, à bien des égards, un pays particulièrement favorable à la technologie. Depuis des années, ses autorités sont lutte à l’avant-garde de la cause réglementaire européenne contre les pratiques « d’optimisation » fiscale des mastodontes de la technologie aux États-Unis, comme l’ouverture de bureaux européens dans des juridictions plus souples comme l’Irlande et le Luxembourg.

En matière de réglementation, le pays n’a pas de régime spécifique pour la crypto, mais le climat réglementaire général est plutôt rude. La principale législation réglementant le secteur est le Plan d’action 2019 pour la croissance et la transformation des entreprises, ou PACTE. Il oblige toutes les entreprises de cryptographie en France (légalement définies comme des fournisseurs de services d’actifs numériques) à s’enregistrer auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et à se conformer aux exigences de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme (AML / CFT) définies par la cinquième directive anti-blanchiment de l’Union européenne.

Le plus gros casse-tête pour l’industrie de la cryptographie est peut-être la politique stricte Know Your Customer (KYC), qui ne définit aucun seuil de valeur de transaction pour l’invocation des règles de déclaration. En d’autres termes, chaque transaction crypto d’une valeur de 1 euro ou plus nécessite une procédure KYC complète, y compris la divulgation des noms, prénoms, adresses et coordonnées des parties.

Du bon côté, les acteurs disciplinés de l’industrie ont une chance d’obtenir une licence spéciale de l’AMF, leur permettant de demander des comptes bancaires français. Comme l’a expliqué à Cointelegraph Thibault Verbiest, associé basé à Paris du cabinet d’avocats Metalaw, les banques françaises sont réticentes à ouvrir des comptes bancaires pour les sociétés de cryptographie.

Pendant ce temps, la banque centrale de France explore activement une potentielle monnaie numérique de banque centrale (CBDC).

L’activisme réglementaire français

Les autorités françaises jouent un rôle actif dans le processus réglementaire international. En février 2021, Robert Ophèle, président de l’AMF, a proposé de regrouper tout le pouvoir et la responsabilité de la régulation de la crypto entre les mains de l’Autorité européenne des marchés financiers. Il a également souligné le rôle crucial de la technologie blockchain dans l’avenir de l’économie européenne. La proposition a ensuite été réitérée par le gouvernement français.

Quatre mois plus tard, en juin 2021, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a redoublé d’appel pour créer dès que possible un cadre réglementaire paneuropéen pour la cryptographie. Contrairement à Ophèle, le point de vue de de Galhau sur la question semblait beaucoup moins amical.

Soulignant la menace de la cryptographie érodant la « souveraineté monétaire », il a estimé que l’Europe n’avait qu’un ou deux ans pour résoudre le problème. Les régulateurs de l’UE ont répondu par des initiatives majeures, telles que l’intensification des travaux sur le cadre réglementaire du marché des crypto-actifs et la révision actuelle du règlement sur les transferts de fonds avec un examen plus approfondi des transactions des particuliers.

Néanmoins, le gouvernement français a fait des efforts pour soutenir l’industrie de la cryptographie au niveau national. « La France s’est placée à la pointe de l’innovation crypto, au moins en termes d’adoption du cadre réglementaire et de certains partenariats avec des acteurs majeurs de l’industrie et de l’accompagnement via le financement de nouveaux projets », a observé Verbiest.

En novembre 2021, aux côtés de Cédric O, secrétaire d’État français à l’économie numérique, le PDG de Binance, Changpeng « CZ » Zhao, a annoncé un partenariat avec l’association locale de technologie financière France FinTech, s’engageant à dépenser 115 millions de dollars pour le développement de la crypto européenne. industrie.

Équilibre prudent contre suspicion désintéressée

Selon une étude récente, 4% des adultes français considèrent les crypto-monnaies comme un sujet qui déterminer leur vote à l’élection présidentielle. Ce nombre modeste se reflète dans l’attention que les deux candidats ont accordée à la cryptographie.

Ancien banquier lui-même, Macron a adopté une position prudente en répétant largement les appels à plus de réglementation. Au Forum international de Davos en 2018, il a qualifié le Bitcoin (BTC) et les monnaies numériques « d’acteurs les plus agressifs sur les marchés financiers ». […] qui peut créer des crises financières et déréglementer les systèmes », aux côtés du système bancaire parallèle.

Comme l’a rappelé Verbiest, Macron a été formé pour être un haut fonctionnaire du département du Trésor français. Il est donc naturel pour lui de privilégier les inquiétudes du secteur bancaire européen sur les intérêts de l’économie numérique :

« La crypto disrupte le secteur bancaire, et la France a un secteur bancaire très puissant. De plus, l’Union européenne et l’euro exigent que la France trouve un consensus avec les autres États membres européens sur les questions monétaires et financières.

Néanmoins, le premier mandat de Macron a amené dans les couloirs du pouvoir au moins deux personnalités notables qui soutiennent ouvertement l’industrie de la cryptographie. De retour en 2019, O promis « tous les acteurs des crypto-actifs et de la blockchain » accompagnent en mettant en place des « conditions globales et crédibles » de croissance. Plusieurs années plus tard, cependant, O justifié le durcissement de la LBC/FT et a rejeté les réserves des entrepreneurs de cryptographie sur cette politique, affirmant qu’il ne croyait pas que la France « manquait le train de la technologie blockchain ».

Emmanuel Macron, l’actuel président de la France. Source : www.elysee.fr

Pierre Person, député de 33 ans au Parlement français, était l’un des co-fondateurs de l’organisation de jeunesse Les Jeunes avec Macron, ainsi que du groupe de réflexion « libéral de gauche » en soutien à la politique de Macron, La Gauche libre. En 2019, il a présenté un rapport favorable aux entreprises sur la blockchain aux législateurs français et plaide depuis pour la création du stablecoin européen.

Plus récemment, cependant, Person a démissionné de la position de leader du mouvement La République En Marche de Macron et a partagé son désenchantement face aux actions du gouvernement sur la cryptographie.

Le candidat de Macron, le chef du parti nationaliste familial Rassemblement national, Le Pen, a toujours préféré parler de menaces migratoires plutôt que d’économie numérique. Cependant, elle a son propre record de un demi-tour vers la crypto dans les discours publics.

Marine Le Pen, députée à l’Assemblée nationale française et candidate à la présidentielle. Source : mlafrance.fr

En 2016, avant les élections précédentes, elle a appelé à l’interdiction de Bitcoin, le présentant (et les monnaies numériques en général) comme une idée provenant du « puissant lobby des affaires de Wall Street ». Depuis lors, Le Pen a atténué le récit de Wall Street, se limitant à soutenir une réglementation stricte des actifs cryptographiques. Contrairement à l’entourage de Macron, elle ou ses confédérés n’ont pas encore dit un bon mot sur la crypto-monnaie ou la technologie blockchain plus généralement.

Non au secteur autorégulé, oui à l’approche paneuropéenne

Quel que soit le résultat du vote de dimanche, la France restera probablement en ligne avec le processus réglementaire paneuropéen auquel le pays lui-même contribue depuis des années. S’adressant à Cointelegraph, Stephen Stonberg, PDG de l’échange de crypto Bittrex Global, a commenté :

« Il est peu probable que la France ait des problèmes majeurs avec les prochains marchés européens des crypto-actifs [MiCA] réglementation, car les régulateurs français seront conscients qu’une approche paneuropéenne sera nécessaire pour encadrer adéquatement l’industrie. En fait, il est plus probable que les régulateurs français attendent le MiCA avant de prendre des mesures ou des engagements majeurs. »

Si Macron l’emporte, son administration maintiendra probablement son cap actuel – une combinaison d’une rhétorique prudemment favorable à la cryptographie (en mettant l’accent sur les chaînes de blocs, pas sur les devises) et d’une politique stricte mais non prohibitive à l’égard des actifs numériques, en pleine conformité avec le GAFI et l’UE cadres.

Un excellent résumé de la relation ambiguë de Macron avec la cryptographie est son interview, donnée quelques jours avant le second tour de l’élection. Répondant aux questions sur les actifs numériques et le Web3, le titulaire a réussi à éluder prononçant une fois le mot « crypto » tout en prononçant des phrases familières sur la mission de son pays de devenir le leader de l’économie numérique et de soutenir les innovations. Peut-être que les mots les plus importants sont :

« Je ne crois pas à un secteur financier autorégulé. Ce ne serait ni durable ni démocratique. Il appartient aux pouvoirs publics de définir les bonnes conditions pour permettre au secteur de se développer en toute confiance tout en encourageant l’innovation.

Avec Le Pen, il y a toujours une chance d’avoir une position anti-UE distincte, mais ce n’est pas une bonne nouvelle pour l’industrie de la cryptographie. La candidate, qui mélange des bribes de gauche et de droite dans son cocktail populiste, n’a donné aucun signe indiquant qu’elle pourrait s’intéresser particulièrement à l’économie numérique.