Que pourrait signifier l’accord Twitter de Musk?

Jean Burgess, professeur et directeur associé, ARC Centre of Excellence for Automated Decision-Making and Society, le Université de technologie du Queensland.
_____

L’homme le plus riche du monde, Elon Musk, semble prêt à racheter la plateforme de médias sociaux Twitter pour environ 44 milliards de dollars. Il dit qu’il ne le fait pas pour faire de l’argent (ce qui est bien, car Twitter a rarement fait des profits), mais plutôt parce qu’entre autres, il croit dans la liberté d’expression.

Twitter peut sembler un endroit étrange pour défendre la liberté d’expression. Le service a environ 217 millions d’utilisateurs quotidiensseulement une fraction des 2,8 milliards qui se connectent chaque jour à l’un des membres de la famille Meta (Facebook, Instagram et WhatsApp).

Mais la plateforme joue un rôle disproportionné dans la société. C’est une infrastructure essentielle pour les journalistes et les universitaires. Il a été utilisé pour coordonner les informations d’urgence, pour constituer communautés de solidarité et de contestationet pour partager des événements mondiaux et des rituels médiatiques – des élections présidentielles aux décès de célébrités en deuil (et imprévisible moments aux Oscars).

Le rôle unique de Twitter est le résultat de la manière dont il combine l’utilisation personnelle des médias avec le débat et la discussion publics. Mais il s’agit d’un mélange fragile et volatil – et qui est devenu de plus en plus difficile à gérer pour la plateforme.

D’après Musk, « Twitter est la place publique numérique, où se débattent les questions vitales pour l’avenir de l’humanité ». Le co-fondateur de Twitter, Jack Dorsey, en approuvant le rachat de Musk, est allé plus loinaffirmant que « Twitter est ce que nous avons de plus proche d’une conscience mondiale ».

Ont-ils raison ? Est-il logique de considérer Twitter comme une place publique ? Et si oui, voulons-nous que la place de la ville soit contrôlée par des milliardaires libertaires ?

A quoi sert une place publique ?

Comme mon co-auteur Nancy Baym et moi l’avons détaillé dans notre livre Twitter : une biographiela culture de Twitter a émergé des interactions entre une plate-forme naissante avec une infrastructure fragile, une communauté d’utilisateurs passionnés qui l’ont fait fonctionner pour eux et les médias qui y ont trouvé une source inépuisable d’actualités et d’autres contenus.

Est-ce une place de la ville ? Lorsque Musk et d’autres commentateurs utilisent ce terme, je pense qu’ils invoquent l’idée traditionnelle du « sphère publique» : un lieu réel ou virtuel où chacun peut argumenter rationnellement sur les choses, et chacun est mis au courant des arguments des autres.

Certains critiques pensent que nous devrions nous débarrasser complètement de l’idée de « place de la ville numérique », ou du moins réfléchir plus profondément à comment cela pourrait renforcer les divisions et les hiérarchies existantes.

La « place de la ville » peut être bien plus qu’une tribune pour sonder les problèmes de l’heure. Shutterstock

Je pense que l’idée de la «place de la ville numérique» peut être beaucoup plus riche et plus optimiste que cela, et que Twitter au début en était un assez bon exemple, même s’il était imparfait.

Si je pense à ma propre « place de la ville » idéale, elle pourrait avoir des étals de marché, des coins tranquilles où vous pouvez avoir des conversations personnelles avec des amis, des ruelles où des intérêts de niche étranges (mais légaux !) peuvent être poursuivis, une aire de jeux pour les enfants, certains des artistes itinérants – et, bien sûr, peut-être une agora centrale avec une tribune autour de laquelle les gens peuvent se rassembler lorsqu’il y a un problème dont nous avons tous besoin d’entendre ou de parler. En fait, c’est à peu près à quoi ressemblait Twitter au début pour moi, mes amis et collègues.

Je pense que Musk et sa légion de fans ont quelque chose de différent en tête : une liberté d’expression gratuite pour tous, une place publique cauchemardesque où tout le monde crie tout le temps, et quiconque n’aime pas ça reste à la maison.

La mêlée est terminée

Ces dernières années, la prévalence croissante de la désinformation et des abus sur les réseaux sociaux, ainsi que leur pouvoir croissant sur l’environnement médiatique en général, ont incité les gouvernements du monde entier à intervenir.

Rien qu’en Australie, nous avons vu le Code de négociation des médias d’information et l’ACCC Demande de services de plateforme numérique poser des questions plus difficiles, faire des demandes et exercer plus de pression sur les plateformes.

Peut-être plus conséquent pour les acteurs mondiaux comme Twitter, l’Union européenne est sur le point d’introduire un Loi sur les services numériques qui vise « à créer un espace numérique plus sûr dans lequel les droits fondamentaux de tous les utilisateurs de services numériques sont protégés ».

Cela interdira la publicité préjudiciable et les « schémas sombres », et nécessitera une modération de contenu plus prudente (et complexe), en particulier dans les grandes entreprises. Cela exigera également que les plateformes soient plus transparentes sur la façon dont elles utilisent les algorithmes pour filtrer et organiser le contenu que leurs utilisateurs voient et entendent.

De telles mesures ne sont que le début des États qui imposent à la fois des limites et des obligations positives aux sociétés de plateforme.

Ainsi, alors que Musk repoussera probablement les limites de ce avec quoi il peut s’en tirer, l’idée d’une plate-forme mondiale qui permet une «liberté d’expression» totalement illimitée (même dans les limites de «la loi», comme il tweeté plus tôt aujourd’hui) est un fantasme complet.

Quelles sont les alternatives ?

Si les services de médias sociaux à but lucratif ne sont pas gérés dans l’intérêt public, mais pour répondre aux besoins des annonceurs – ou, pire encore, aux caprices des milliardaires -, alors quelles sont les alternatives ?

Petites plateformes alternatives de médias sociaux (telles que Diaspora et Mastodon), construits sur une infrastructure décentralisée et une propriété collective, existent depuis un certain temps, mais ils n’ont pas encore vraiment décollé. Concevoir et attirer des utilisateurs vers des alternatives viables à l’échelle mondiale est vraiment difficile.

Les propositions pour les plateformes de médias sociaux complètement séparées et soutenues par le public créées par des organisations à but non lucratif et/ou des gouvernements, même si nous pouvions les faire travailler ensemble, il est peu probable qu’elles fonctionnent. Elles seraient extrêmement coûteuses et rencontreraient en fin de compte des défis de gouvernance similaires à ceux des plates-formes existantes, si elles devaient atteindre une échelle et opérer au-delà des frontières nationales.

Bien sûr, il est toujours possible que Musk découvre que Twitter est beaucoup plus difficile qu’il n’y paraît. L’entreprise est dans une certaine mesure responsable de ce qui est publié sur sa plateforme, ce qui signifie qu’elle n’a d’autre choix que de s’engager dans le monde désordonné de la modération de contenu et d’équilibrer la liberté d’expression avec d’autres préoccupations (et d’autres droits de l’homme).

Alors que les autres sociétés de Musk (telles que Tesla) opèrent déjà dans des environnements fortement réglementés, l’activité de «plate-forme mondiale de médias sociaux» sera probablement beaucoup plus complexe et difficile.

Twitter a déjà cherché des moyens de sortir de cette situation. Depuis 2019, elle investit dans une initiative appelée Ciel bleuqui vise à développer une norme ouverte et décentralisée pour les médias sociaux qui pourrait être utilisée par plusieurs plates-formes, y compris Twitter lui-même.

La tentative de Facebook d’entrer dans le « métavers » est une manœuvre similaire : éviter d’avoir à gérer le contenu et les restrictions en construisant l’infrastructure (propriétaire) pour que d’autres créent des applications et des espaces sociaux.

Pour essayer une autre idée « ciel bleu » pendant un instant : si les géants de l’entreprise existants devaient quitter l’espace des médias sociaux, cela pourrait laisser la place à une option financée et gouvernée par l’État.

Dans un monde idéal, organisations de médias de service public pourraient collaborer pour créer des services internationaux de médias sociaux en utilisant une infrastructure et des protocoles partagés qui permettent à leurs services de se parler et de partager du contenu entre eux. Ou ils pourraient créer de nouveaux services de médias sociaux en plus d’Internet que nous avons maintenant – obligeant les acteurs commerciaux à s’assurer que leurs plateformes sont interopérable en serait un élément essentiel.

Bien sûr, dans tous les cas, ce modèle nécessiterait en fin de compte le soutien des contribuables et un investissement sérieux à long terme. Si cela devait se produire, nous pourrions avoir quelque chose d’encore mieux qu’une place publique numérique : un Internet de service public.La conversation

Cet article est republié de La conversation sous licence Creative Commons. Lis le article original.