Présentation : Le vrai Web 3.0

Sommes-nous enfin sur le point de mettre à niveau notre infrastructure Internet vers sa nouvelle génération tant attendue, connue sous le nom de Web 3.0 ? La première version d’Internet se composait de sites Web statiques en lecture seule, tandis que le Web 2.0 offrait la possibilité de s’engager et de créer du contenu, permettant des activités telles que les réseaux sociaux, les services bancaires en ligne et les achats. Mais il présente de graves failles en matière de sécurité, de confidentialité et de censure. En plus de cela, la domination des géants de la technologie n’a fait que contribuer à l’exploitation accrue des utilisateurs.

Le Web 3.0 change cela en définissant de nouvelles normes pour Internet en utilisant la technologie blockchain. Et tandis que de nombreux projets « web3 » reposent encore de manière critique sur des services centralisés, tels que les domaines centralisés, le stockage en nuage et les extensions de navigateur (méritant plutôt d’être appelés Web 2.5), il y a une startup, Point Labs, qui pousse pour un radical décentralisation de tous les composants principaux d’Internet, se rapprochant enfin de la définition complète d’un véritable Web 3.0.

Qu’est-ce que le réseau de points ?

Point Network est une suite logicielle composée d’un réseau peer-to-peer basé sur la blockchain Point Chain, d’un nœud fonctionnant localement appelé Point Core et d’un navigateur décentralisé appelé Point Browser, fournissant tout ce qui est nécessaire pour profiter pleinement de l’expérience Web 3.0. Au lieu de domaines centralisés, qui peuvent être retirés à tout moment par l’ICANN et le gouvernement américain, il propose des domaines décentralisés, vivant sur la blockchain. Au lieu de s’appuyer sur le stockage en nuage, tout sur ce nouvel Internet doit provenir uniquement d’Arweave, qui est un réseau de stockage décentralisé, assurant ainsi l’intégrité des données et la résistance à la censure pour les sites Web et les dApps. POINT, un jeton utilitaire conçu principalement pour les micropaiements aux fournisseurs de stockage et aux validateurs pour l’utilisation de l’Internet décentralisé, l’alimente économiquement.

Dans la crypto-sphère actuelle, les utilisateurs sont obligés de faire face à un manque de normes, en configurant et en maintenant un patchwork de blockchains et dApps diverses, chacune avec sa mise en œuvre de parties communes. Des normes comme ERC-20 et Metamask API ont un peu aidé ; cependant, Réseau de points vise à résoudre tous ces défis à l’aide d’un navigateur Web 3.0 spécial appelé Point Browser et d’un logiciel de nœud exécuté localement Point Core.

En conséquence, un utilisateur web3 n’a qu’à se connecter à Point Browser avec une phrase de départ pour être immédiatement autorisé à accéder aux sites Web décentralisés et aux dApps sur Point, Ethereum, Solana et d’autres chaînes, ou même envoyer des transactions Bitcoin et Bitcoin Lightning.

Créer plus d’opportunités

Une fois que l’infrastructure principale d’un vrai Web3 est créée et opérationnelle (et que l’entreprise a déjà lancé une alpha publique avec une base d’utilisateurs croissante), il ouvre un monde de possibilités pour les dApps web3. Par exemple, lorsque les Point Labs ont récemment publié leur feuille de route (qui, contrairement à d’autres projets de cryptographie, n’est pas simplement quelques points sur une chronologie, mais tout un site Web en forme de Trello), il est devenu clair qu’ils travaillent sur Point Social, un réseau social décentralisé résistant à la censure avec des algorithmes transparents, et Point Mail, service de messagerie décentralisé crypté de bout en bout censé surpasser Protonmail en termes de confidentialité.

Cependant, il devient également clair qu’une équipe, quels que soient le financement et la popularité, ne serait pas en mesure de construire rapidement tous les successeurs décentralisés de Youtube, Reddit, Github, Google Drive, etc. C’est pourquoi, au lieu d’essayer de prendre tous les morceaux du gâteau Web3 pour eux-mêmes, Point Labs lèverait un dernier méga-tour privé en mai avant le lancement public, ce qui pourrait aider à financer et à soutenir avec des subventions plusieurs startups en parallèle, construisant le applications Web3 nécessaires sur Point. Cela signifie que c’est l’heure de grande écoute pour les prochains Steve Jobs, Larrys et Sergeys, et Jack Mas pour revendiquer une participation dans le terre inconnue du Web3.

Dans combien de temps pourrons-nous profiter du vrai Web3 ?

Recréer Internet à partir de zéro avec une décentralisation forcée à tous les niveaux n’est pas une mince affaire et nécessite beaucoup de recherche, d’ingénierie et de tests. Il existe déjà une alpha publique de Point Network, avec lequel toute personne souhaitant devenir un early adopter peut explorer le réseau et un groupe Telegram où ils peuvent s’inscrire en tant que testeur alpha pour obtenir un USDC pour fournir des commentaires.

Point Network en est encore à ses débuts et n’a pas encore pris sa forme définitive, tout comme Internet des années 90 n’aurait pas pu nous préparer aux possibilités inimaginables qui se présenteraient des décennies plus tard. Cependant, cela suffit aux esprits curieux pour avoir un avant-goût de ce que pourrait être un vrai Web3 et participer à façonner ses débuts, en partageant des commentaires et en discutant des idées au sein de la communauté, contribuant ainsi à ce que le Web3 devienne une réalité réussie plus tôt.