Les membres du Parlement européen s’opposent aux compétitions séparées


Par Johnny Askounis/ info@eurohoops.net

Les membres du Parlement européen ont confirmé leur intention de protéger le modèle sportif européen, comme annoncé. Ils ont voté en faveur du modèle sportif européen fondé sur des valeurs et s’opposant aux compétitions dissidentes.

Les compétitions dissidentes concernent principalement la Super League proposée en avril dernier par les meilleures équipes de football du continent. La Commission européenne s’était déjà prononcée en faveur des ligues privées, permettant à l’EuroLeague de fonctionner en parallèle avec la FIBA sans crainte de sanctions pour les joueurs et autres personnels impliqués dans les compétitions.

Selon le communiqué de presse :

L’UE doit façonner un modèle sportif européen fondé sur la solidarité, l’inclusion, la concurrence ouverte et l’équité, estiment les députés dans un rapport adopté ce mardi.

Avec 597 voix pour, 36 voix contre et 55 abstentions, les députés souhaitent que la culture sportive européenne soit alignée sur les valeurs de l’UE que sont la solidarité, la durabilité, l’inclusion de tous, la compétition ouverte, le mérite sportif et l’équité. Le Parlement s’oppose fermement aux « compétitions dissidentes » qui sapent ces principes et mettent en danger la stabilité de l’écosystème sportif global.

Construire le modèle européen de bas en haut

Les députés européens souhaitent qu’un équilibre soit trouvé entre les intérêts commerciaux du sport professionnel et ses fonctions sociales, en renforçant les liens entre le sport de base et le sport d’élite. Ils appellent à une plus grande redistribution financière entre le sport professionnel et le sport de base et proposent la création d’un mécanisme de solidarité par les fédérations sportives pour assurer un financement adéquat du sport amateur et de base.

Le Parlement souhaite que la Commission et les États membres fassent tout leur possible pour encourager l’activité physique chez les citoyens de l’UE, en particulier chez les jeunes de tous horizons, en augmentant le nombre d’heures consacrées à l’éducation physique et aux activités physiques dans les écoles et en recourant à des modèles et à des ambassadeurs du sport.

Garantir un sport sûr et équitable

Les députés veulent également s’attaquer à l’inégalité entre les sexes et au harcèlement dans le sport, en particulier en ce qui concerne les salaires et la représentation égale dans les conseils d’administration des organisations sportives, et ils souhaitent que les médias européens accordent une plus grande couverture à un plus large éventail de sports, et en particulier aux sports féminins et de jeunesse.

Le texte d’aujourd’hui demande également la protection des enfants contre les abus et le harcèlement dans le sport, notamment en leur donnant accès à de l’aide, des conseils et une protection en temps utile.

En outre, les fédérations sportives nationales devraient niveler les primes pour les athlètes féminins et masculins, en suivant l’exemple de la Football Association of Ireland, selon le Parlement.

Défendre les droits de l’homme et les principes démocratiques

La résolution invite les autorités publiques, les fédérations et les organisations sportives à respecter les droits de l’homme et les principes démocratiques dans toutes leurs actions, notamment lorsqu’elles attribuent aux pays le statut d’hôte de grands événements sportifs, et dans le choix des sponsors. Les députés insistent sur le fait que les pays dont les gouvernements violent de manière répétée les valeurs et les droits fondamentaux ne devraient plus pouvoir accueillir de grands événements sportifs.

Citation

Tomasz Frankowski (PPE, PL), rapporteur, a déclaré : « Le sport a un pouvoir énorme pour unir les gens, indépendamment de l’ethnie, de la religion, du sexe ou du statut socio-économique. Il nous garde heureux, en bonne santé et nous permet d’apprendre tout au long de notre vie. C’est également une branche importante de l’économie, puisqu’il représente près de 3 % du PIB de l’UE. » et a donc besoin « plus de visibilité et plus d’action au niveau de l’UE ».

Il a appelé la Commission européenne à nommer un coordinateur distinct pour les sports et a conclu en disant que le principal défi était « de promouvoir le modèle sportif européen et de le protéger des menaces telles qu’une Super League ».

Source link