LeBron James et les Los Angeles Lakers sont éliminés, blâmez tout le monde

LeBron James, Lakers de Los Angeles

PHOENIX, ARIZONA – 05 AVRIL: LeBron James # 6 des Lakers de Los Angeles quitte le terrain après le match NBA contre les Phoenix Suns au Footprint Center le 05 avril 2022 à Phoenix, Arizona. Les Suns ont battu les Lakers 121-110. REMARQUE À L’UTILISATEUR : L’utilisateur reconnaît et accepte expressément qu’en téléchargeant et/ou en utilisant cette photographie, l’utilisateur accepte les termes et conditions du contrat de licence Getty Images. (Photo de Christian Petersen/Getty Images)

Gardez cette même énergie.

C’est ce que LeBron James tweeté au début de cette saison lorsque beaucoup ont osé remettre en question son équipe des Lakers de Los Angeles.

A 31-48 ans, voici un message à la star des Lakers : On gardera la même énergie. En fait, nous allons le doubler.

LeBron James et les Los Angeles Lakers sont éliminés, blâmez tout le monde

La défaite 121-110 de mardi contre les Phoenix Suns, combinée au fait que les San Antonio Spurs se rendent à Denver et bouleversent les Nuggets, signifie que les Lakers de Los Angeles, dirigés par LeBron James, sont officiellement exclus des séries éliminatoires et du tournoi de qualification.

Oui, les Lakers, qui ont été choisis par presque tout le monde avec un microphone, des cotes de Vegas et un clavier pour remporter la Conférence Ouest, ne participeront pas aux séries éliminatoires.

Est-ce que quelqu’un se souvient du tweet de LeBron le jour du poisson d’avril ? Si nous ne savions pas mieux, avec les Lakers maintenant 17 matchs en dessous de 0,500, cela n’aurait peut-être pas été une blague du poisson d’avril.

Alors, à qui la faute ? Si vous regardez la télévision, vous verrez que le blâme est dirigé contre presque tout le monde sauf James. Prendre Incontesté de Fox Sports 1. Shannon Sharpe, une fanatique inconditionnelle de LeBron James, dit que James mérite 5 à 8 % du blâme.

Cinq à huit pour cent ?!! Vous vous moquez de moi honnêtement ?? Si Sharpe avait dit 20 à 30 % du blâme, cela aurait eu du sens. Mais même pas 10 % du blâme ?

Si la même chose se produisait avec Tom Brady et que les Patriots / Buccaneers luttaient et perdaient comme ça, nous savons très bien que Sharpe jubilerait et rejetterait 85 à 100% du blâme sur Brady.

Rappelez-vous que celui qui obtient la part du lion du crédit doit assumer la part du lion du blâme. Son collègue hôte Skip Bayless est allé à 75%, ce qui était un peu beaucoup, mais toujours mieux que moins de 10%. Comme nous le savons tous, Sharpe n’aimait pas ça, mais quoi d’autre de nouveau ?

Mais sérieusement, à qui la faute ? Ce serait LeBron James et le front office des Lakers ensemble. Un partage 50-50. LeBron a contourné DeMar DeRozan et Buddy Hield pour Russell Westbrook, dont le jeu abyssal sur le terrain à son arrivée à Los Angeles lui a donné un nouveau nom, « Westbrick ».

Le front office est blâmé pour avoir hypothéqué l’avenir, les choix de repêchage et la capacité de construire des jeunes en échangeant contre Westbrook. Anthony Davis n’est pas absous non plus. Depuis le championnat des bulles, les blessures l’ont fait dérailler. Est-ce que tout est de sa faute ? Non. Mais si vous vous blessez constamment, quelque chose ne va pas et nécessite votre attention.

Malheureusement pour les Violet et Or, le véritable bouc émissaire sera Frank Vogel, sans préjudice du sien. Les joueurs ont l’air d’avoir abandonné. Cela nuira aux chances de Vogel de décrocher un emploi en NBA.

De plus, avant que le barrage d’indignation n’arrive concernant pourquoi Kevin Durant et les Nets n’ont pas été critiqués et comment Durant aurait dû faire plus, pompez les freins. Il semble naturel que chaque fois que LeBron et les Lakers sont critiqués, le sujet doit être changé.

D’autres facteurs sont entrés en jeu à Brooklyn, tels que le manque de fiabilité de Ben Simmons, le fiasco de James Harden et Kyrie Irving étant dans et hors de la formation. Les Nets méritent-ils d’être blâmés ? Absolument, mais pas comme les Lakers.

LA obtient la majeure partie de la couverture télévisée sur des réseaux tels que FOX et ESPN, et plus important encore, même lorsque les Lakers sont hors des séries éliminatoires, on en parlera toujours, au détriment d’autres bonnes équipes qui méritent l’attention, comme le Suns, Milwaukee Bucks et Dallas Mavericks.

La réalité est que les Lakers ne méritent pas autant de couverture. Charles Barkley les appelle même « l’équipe du sud de la Californie ». Une avance soufflée après une avance soufflée tout au long de la saison, notamment le récent match contre le match des Pélicans de la Nouvelle-Orléans au Smoothie King Arena. Et puis des conférences de presse tout au long de la saison où des joueurs comme Westbrook interrogent les journalistes pour avoir posé des questions de base.

Toujours des excuses. Comment sommes-nous, les gens, censés vous faire confiance, à LeBron James et aux Lakers de Los Angeles alors que nous n’obtenons que des excuses? Les actions consistant à trouver des excuses sont des conséquences résultantes, c’est-à-dire des parties perdues.

Cette unité n’était pas un bon plan de groupe dès le premier jour, et il y en a quelques-uns qui l’ont reconnu. Pourtant, ils ont été choisis pour se rendre à la finale par beaucoup. Ils ne feront même pas les séries éliminatoires, dans un champ élargi, néanmoins. Qu’est-ce que ça dit?

Cela signifie que les listes papier ne signifient rien et que ces prises ont l’air blasphématoires. Deuxièmement, le blâme revient à tout le monde et chacun reçoit une part équitable du gâteau. Il n’y a pas de compromis quand il s’agit du jeu du blâme.

Si les Lakers avaient gagné, les éloges auraient fait sauter le toit de l’arène Crypto.com. Ils ne gagnent pas, ils finiront en dessous de 0,500, ils n’ont pas de choix au repêchage et ils ont des contrats gonflés sur leur liste dont il est difficile de sortir.

Un gâchis total. LeBron reçoit 50% du blâme et le front office et le reste de la liste reçoivent 50% du blâme. C’est une évaluation juste. Certains n’aimeront pas ça. Et alors? La vérité blesse et LA est sortie.

Vous nous avez demandé de garder la même énergie, LeBron James ; nous ne nous sommes pas contentés de le garder, nous l’avons triplé, et il n’ira nulle part de sitôt. Autant s’en occuper.