Le streaming de contenu en ligne est mort. Vive les NFT de la musique

L’industrie musicale a subi une transformation massive ces dernières années. Nous avons vu l’avènement d’Internet laisser sa marque sur la musique, et surtout, 1999 a marqué l’arrivée de Napster. Ce service de streaming en ligne de pair à pair, alors révolutionnaire, a défini toute une génération et permis aux musiciens de partager leurs créations avec le monde entier.

Le streaming est devenu le format dominant de la musique aujourd’hui, grâce à Apple, Amazon, Tencent Music et le grand gagnant de la catégorie – Spotify. L’objectif des services de distribution et des plates-formes comme Spotify est de permettre aux artistes de créer davantage sans se soucier d’autre chose que de perfectionner leur art.

Cependant, ce n’est que sur le papier – la réalité reflète-t-elle cet idéal utopique ? Pas vraiment.

Bien sûr, la « transformation » de la musique au cours des dernières décennies est évidente, mais il semble que quelqu’un ait été laissé pour compte. Et le plus triste, c’est que ces laissés-pour-compte sont les artistes mêmes qui nous donnent la chair de poule, nous font bouger les pieds et nous arrachent le plus large sourire.

L’économie du streaming est difficile. Les plates-formes comme Spotify fonctionnent selon un modèle économique où l’opérateur de la plate-forme prend une part de chaque flux. C’est logique puisque Spotify propose une distribution meilleure que rien, mais il y a encore un énorme problème. En fin de compte, environ 70 % des recettes reviennent aux détenteurs de droits musicaux, et la fonction de découverte a tendance à désavantager les artistes moins connus par rapport aux grands noms. Le résultat est un entonnoir de distribution très lourd qui profite aux musiciens déjà connus.

Ce n’est pas d’hier que la musique reste un endroit plutôt humide et sombre pour la plupart des artistes qui essaient de gagner du pain en créant et en faisant ce qui précède. L’industrie est toujours en proie à des intermédiaires qui s’accaparent les revenus et qui cherchent à réduire les revenus de ceux qui comptent le plus. Si vous n’êtes pas comme les Taylor Swift, Billie Eilish et Justin Bieber de ce monde, vous avez probablement du mal à joindre les deux bouts. Et même si vous êtes comme eux, vous ne recevez probablement pas votre dû non plus.

Le bon côté des choses… le changement arrive. Non, oublie ça – le changement est là.

Le début d’une nouvelle ère musicale

Les jetons non fongibles (NFT) et la technologie sous-jacente introduisent un tout nouveau jeu de balle et des règles du jeu équitables qui permettront aux artistes de s’épanouir. Les NFT débloquent de la valeur en rendant la rareté numérique réelle et en l’asseyant sur des actifs. Dans le même temps, elles permettent aux musiciens, aux concepteurs et à tous ceux qui se trouvent entre les deux d’exercer leur droit d’auteur. contrôle sur leur travail, ce qui en fait des maîtres de la distribution.

Voir aussi : Les NFT changent la donne pour les artistes et musiciens indépendants

Vous souvenez-vous du premier NFT que vous avez acheté ? Et vous souvenez-vous aussi de la sensation que vous avez ressentie après l’avoir acheté ? C’était remarquable, n’est-ce pas ? C’est un autre aspect des objets de collection numériques : les posséder, les empiler, c’est tout simplement enivrant.

Maintenant, imaginez si vous pouviez soutenir votre artiste préféré et mettre la main sur son dernier tube directement auprès de lui… et Vous pouvez également profiter du « coup de pouce NFT ». Imaginons que vous souhaitiez assister à un festival réunissant tous vos DJ préférés. Ne serait-il pas formidable de pouvoir obtenir votre billet directement à la source ? Et ne serait-ce pas génial d’obtenir également une preuve de présence unique, personnalisée et unique en son genre, portant votre nom ? Voilà qui est dit.

D’accord, tout ça est cool et bientôt omniprésent, mais qu’en est-il des plateformes de streaming comme Spotify ? Excellente question. La plupart d’entre elles sont certainement bien intentionnées (du moins nous l’espérons) et ont fait avancer les choses dans la bonne direction. Cependant, ce n’est pas tout à fait suffisant dans un monde jonché de chiffres arbitraires et d’écrans standardisés.

Réintroduire la rareté et redonner à la musique son caractère unique

La rareté numérique est nécessaire pour créer une expérience utilisateur unique et permettre aux fans de nouer des liens plus durables et plus profonds avec leurs artistes préférés.

En l’état actuel des choses, la musique sur Spotify n’a rien de vraiment unique : les titres ne sont pas proposés en édition limitée, les amateurs de musique ne peuvent pas mettre la main sur des albums rares et Spotify ne dispose pas d’un système de rareté. Pensez-y – si vous êtes un fan inconditionnel du DJ et producteur canadien Deadmau5, vous voudrez probablement posséder la version n°1 d’un titre ou d’un album donné. Ou alors le numéro 10, ou le numéro 50 – quelque chose qui a une valeur intrinsèque plus élevée et qui témoigne de votre amour pour un artiste donné. Pourquoi cela n’existe-t-il pas ?

Un tel système de sortie de musique « à plusieurs niveaux » profiterait sans aucun doute à l’artiste puisque les éditions limitées et les premières éditions ont une valeur plus élevée. En même temps, il permet aux fans de grandir avec l’artiste. Prenons l’exemple de la première version d’un morceau de Deadmau5 que vous possédez. Au moment où le titre entre, par exemple, dans le Top 10 hebdomadaire, d’autres personnes verront votre nom juste à côté – ainsi, les fans peuvent obtenir une part du gâteau de la « célébrité ».

À un moment donné et pour une raison ou une autre, il pourrait être judicieux pour un fan de vendre ce numéro 1 à la FNT. Vous voulez savoir qui recevrait une part de cette vente ? Correct – l’artiste.

Relié : Les célébrités adoptent les NFT en masse

Une interaction directe en tête-à-tête, une marge d’influence pour les fans, un sentiment d’appartenance accru et des connexions plus profondes – voilà une raison, ou plutôt trois raisons, pour lesquelles les NFT sont en passe de provoquer une bonne part de tremblements lors de la prochaine réunion des actionnaires de Spotify. L’autre raison ? Permettre aux artistes de s’émanciper et les remettre aux commandes.

Une nouvelle ère pour l’économie des créateurs

Les plateformes de diffusion de musique en continu ont enlevé de la valeur aux musiciens en standardisant tout, et la numérisation des dernières décennies a largement créé un environnement qui limite le contrôle de l’artiste sur la distribution. Avec les NFT, ce contrôle est à nouveau présent – vous pouvez programmer et suivre n’importe quoi et faire ce que vous voulez avec votre musique si sa diffusion initiale dans le monde utilise la technologie NFT.

Oh, et vous pouvez maintenant aussi donner à vos fans une part du gâteau en introduisant d’autres tournures créatives comme le partage des revenus. Plus l’artiste est populaire, plus le fan est heureux – tout le monde est gagnant. Ajoutez à cela les idées décrites ci-dessus et vous obtenez la recette du succès. Qui aurait cru que c’était possible ?

Relié : Marché haussier ou baissier, les créateurs plongent la tête la première dans les crypto-monnaies.

Nous entrons dans une nouvelle ère de l’économie des créateurs, et les NFT sont la prochaine étape logique pour permettre et donner encore plus de pouvoir aux artistes. Il est grand temps de réintroduire la rareté dans une industrie fondée sur l’unicité et de laisser le siège du conducteur à ceux qui sont les mieux placés pour prendre la route.

Ecartez-vous de Spotify, les NFTs arrivent.

Cet article ne contient pas de conseils ou de recommandations en matière d’investissement. Tout investissement et toute opération de trading comportent des risques, et les lecteurs doivent effectuer leurs propres recherches avant de prendre une décision.

Les points de vue, réflexions et opinions exprimés ici n’engagent que l’auteur et ne reflètent ou ne représentent pas nécessairement les points de vue et opinions de Cointelegraph.

Joan Westenberg est un écrivain du Web 3.0, un investisseur providentiel et un directeur créatif. Elle a fondé une société de relations publiques et de communication dans le domaine des technologies appelée Studio Self et fait partie de l’équipe MODA DAO. Ses écrits ont été publiés dans The SF Chronicle, Wired, The AFR, The Observer, ABC, Junkee, SBS, Crikey et plus de 40 publications. On peut régulièrement la retrouver sur Pizza Party, où elle partage des notes sur le Web 3.0, le Metaverse et les NFT.

Source link