Le premier vice-président du PGA Tour annonce sa retraite

SAINT SIMONS ISLAND, Ga. – Alors que Ross Berlin, le vice-président senior du PGA Tour en charge des affaires des joueurs, faisait la tournée mercredi du terrain d’entraînement du Sea Island Resort avant le RSM Classic, les joueurs l’arrêtaient les uns après les autres pour savoir si les rumeurs étaient vraies. Même les caddies voulaient savoir.

« Vous avez une minute ? » a demandé Tony Navarro, l’homme de main de Nick Watney. « J’ai entendu dire que vous preniez votre retraite. Vous êtes l’un des meilleurs gars. Je veux juste dire que vous allez beaucoup nous manquer, mais je suis heureux pour vous. »

Berlin, 65 ans, a fait savoir que le 13 mars, date de la dernière ronde du Players Championship, sera son dernier jour sur le PGA Tour, où il a travaillé à différents moments pendant un total de 24 ans.

« Pour moi, c’est un accomplissement. C’est pour ça qu’on travaille, non ? Vous travaillez jusqu’à ce que vous n’ayez plus besoin de le faire », a-t-il dit. « J’ai atteint beaucoup de mes objectifs, financiers et non financiers, qui étaient modestes et je suis sorti. »

Il a ajouté : « C’est le quatrième trimestre et j’ai tout compris. »

Berlin a fréquenté l’université de Wake Forest grâce à une bourse de baseball, mais dès le début de ses études, il s’est tourné vers son avenir. « J’ai demandé à l’entraîneur de golf légendaire Jesse Haddock quelques conseils de carrière sur la façon de devenir un agent sportif », a déclaré Berlin à la publication des anciens élèves de la faculté de droit Thomas M. Cooley de l’Université Western Michigan en juin 2017. « Il m’a dirigé vers un monsieur nommé Vinny Giles, un avocat de Richmond, en Virginie, qui possédait une agence sportive représentant des golfeurs professionnels tels que Lanny Wadkins, Tom Kite, Jay Haas, et plusieurs autres. Il a déclaré : « Si j’étais un jeune homme, j’obtiendrais un diplôme de droit. Je pratiquerais le droit pendant six ou sept ans pour apprendre à représenter un client avec zèle. Ensuite, si je voulais toujours devenir agent ou manager sportif, j’accrocherais ma banderole et je m’y mettrais ». J’ai trouvé ce conseil à la fois profond, simple et direct, et c’est devenu mon objectif et la raison pour laquelle j’ai décidé de faire des études de droit. »

Michelle Wie, Ross Berlin

Michelle Wie annonce qu’elle passe professionnelle à Honolulu, le mercredi 5 octobre 2005. Sont également assis Michael Fasulo de Sony, Ross Berlin de l’agence William Morris et Bob Wood de Nike. Photo/Jeff Chiu/Associated Press

Après ses études de droit, Ross Berlin dit avoir été embauché pour le salaire princier de 18 000 dollars par an en tant qu’associé d’un cabinet d’avocats spécialisé dans le sport et le divertissement à Los Angeles, avant d’être promu avocat général d’une entreprise de travaux publics et de systèmes environnementaux, puis vice-président senior des sites de la Coupe du monde de football aux États-Unis en 1994, avant de travailler comme consultant pour la Ryder Cup 1997 à Valderrama, en Espagne. C’est à ce moment-là qu’il a fait ses premiers pas sur le circuit de la PGA, d’abord en tant que vice-président des ventes et du marketing pour les championnats du monde de golf, puis en prenant une pause pour rejoindre William Morris en tant qu’agent sportif de la vedette de la LPGA Michelle Wie lorsqu’elle est devenue professionnelle. Finalement, il est revenu sur le circuit dans le département des relations avec les joueurs.

Le mois de mars sera l’aboutissement d’une carrière de 45 ans dans l’industrie du sport.

« Je vais évaluer certaines choses, peut-être faire mon propre truc. La seule chose à laquelle j’ai pensé est que je pourrais enseigner. J’adorerais faire ça », a-t-il déclaré.

Pourquoi est-ce le bon moment pour Berlin de se retirer du Tour ? « Cinq raisons », a-t-il répondu, « dont quatre que je vais vous dire. Un jour, je me suis réveillé et j’avais 65 ans. Trente ans ne me dérangeaient pas, 40 ans ne me dérangeaient pas, 50 ans ne me dérangeaient pas, 60 ans ne me dérangeaient pas. Mais je pense que la combinaison de 65 ans, deux, Covid (En avril 2020, Berlin a été le premier employé du Tour à être testé positif), trois, mes objectifs financiers étaient modestes et je les ai atteints, et quatre, je ne voulais pas faire ça et que les gars me disent : « Est-il encore là ? ». Je voulais partir tant que je pouvais encore jouer. Et le cinquième, je ne peux pas vous le dire parce que cela blesserait certains sentiments. »

Source link