La Fed a mené des « policy sprints » sur les crypto-actifs afin de clarifier la réglementation.

La Réserve fédérale américaine prévoit de s’attaquer aux ambiguïtés qui, selon elle, plombent la réglementation des actifs numériques dans le pays, suite à des analyses rapides des agences gouvernementales.

Dans une annonce faite mardi, le Conseil des Gouverneurs du Système de la Réserve Fédérale a déclaré que qu’elle a récemment travaillé avec la Federal Deposit Insurance Corporation et l’Office of the Comptroller of the Currency sur une série de « sprints politiques » visant à aborder la clarté réglementaire dans l’espace crypto. L’effort interagences comprenait une meilleure compréhension de la terminologie entourant les crypto-actifs, l’identification des risques potentiels et l’analyse des cadres réglementaires existants pour déterminer si des changements étaient nécessaires.

Selon la Fed, les trois agences prévoient d’examiner si « certaines activités liées aux crypto-monnaies menées par les organisations bancaires sont légalement autorisées » en plus d’ajuster potentiellement les normes de conformité et d’application sur les lois et règlements existants liés aux services de garde, à l’achat et à la vente de crypto-monnaies, aux prêts garantis par des crypto-monnaies, au HODLing et à l’émission de stablecoins en 2022. Le trio a également l’intention de consulter le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire, un comité mondial de superviseurs bancaires et de banques centrales, qui fournit des recommandations aux banques qui envisagent de détenir des crypto-monnaies.

« Le secteur émergent des crypto-actifs présente des opportunités et des risques potentiels pour les organisations bancaires, leurs clients et le système financier global », a déclaré la Fed. « Les sprints interagences ont rapidement progressé et se sont appuyés sur les connaissances combinées des agences, ce qui a permis d’identifier et d’évaluer les principaux problèmes liés aux activités potentielles de crypto-actifs menées par les organisations bancaires. »

L’annonce fait suite à un rapport du 1er novembre du groupe de travail présidentiel sur les marchés financiers suggérant qu’une législation est « nécessaire de toute urgence » pour faire face aux risques financiers potentiels des monnaies stables. À l’heure actuelle, il semble que les agences gouvernementales américaines se livrent à un bras de fer législatif pour réglementer l’espace cryptographique, avec une grande partie de la force derrière la Securities and Exchange Commission et la Commodity Futures Trading Commission.

Voir aussi : La Fed reste indécise sur le dollar numérique, déclare son président Jerome Powell

Près de la moitié des sièges du Conseil des gouverneurs de la Fed pourraient être pourvus de sang neuf à partir de 2022, après le départ attendu de Richard Clarida. Lundi, le président Joe Biden a annoncé qu’il nommerait Jerome Powell pour un second mandat à la présidence de la Fed, qui pourrait durer jusqu’en 2026.

Toutefois, comme M. Powell est un membre existant du conseil d’administration, il restera probablement trois sièges vides à pourvoir par le président américain au cours de son premier mandat. Lundi, la Maison Blanche a déclaré que M. Biden a l’intention d’annoncer ses choix pour ces postes ainsi que pour le vice-président de la Fed chargé de la supervision début décembre, en mettant l’accent sur « l’amélioration de la diversité dans la composition du conseil d’administration ».

La commission bancaire du Sénat a annoncé mardi que M. Powell témoignerait aux côtés de la secrétaire au Trésor Janet Yellen lors d’une audition le 30 novembre sur la surveillance de la Fed et du Trésor dans le cadre du Coronavirus Aid, Relief, and Economic Security Act. Toutefois, pour être confirmé en tant que prochain président de la Fed, M. Powell devra encore assister à une audition devant le même comité avant que le Sénat ne puisse voter sur sa nomination.

Source link