La Banque centrale de France teste une CBDC basée sur la blockchain pour le marché de la dette

Alors que l’adoption des actifs numériques devient de plus en plus courante, certains pays se réveillent pour rejoindre le flux. Cela s’est traduit par le désir de certains pays de se doter d’une monnaie numérique de banque centrale, la CBDC. L’un de ces pays est la France.

Depuis quelques mois, la Banque centrale de France étudie une monnaie numérique de banque centrale (CBDC). Récemment, la banque centrale achève un essai remarquable d’une CBDC basée sur la blockchain au sein du marché de la dette du pays.

Selon la rapports, une expérience de 10 mois a été menée pour tester une monnaie numérique de la banque centrale dans le pays. La Banque de France a lancé cette expérience pour ses opérations sur les obligations d’État avec la participation de plus de 500 institutions.

Comment s’est déroulé le pilote de la CBDC ?

Au cours du processus d’expérimentation, les participants étaient censés échanger des jetons de sécurité et des obligations d’État. Le règlement de leurs transactions s’est fait via une CBDC, fournie par la banque centrale.

Related Reading | La chanteuse américaine Mariah Carey offre 20 dollars en bitcoins pour promouvoir l’adoption.

En outre, le processus a consisté à tester les cas d’utilisation de la CBDC dans le cadre des activités quotidiennes. Par exemple, certains incluent l’émission de nouvelles obligations, l’utilisation des obligations pour le rachat de contrats, le paiement de coupons et le rachat de transactions.

Euroclear, une société de services financiers basée en Belgique, a dirigé l’essai de la CBDC. La société a utilisé un système développé par IBM, un géant américain de la technologie.

Il y a plusieurs autres participants au test de la monnaie numérique de la banque centrale. Certains d’entre eux sont la Banque centrale française, le bureau de la dette publique du pays, et certaines grandes entreprises financières opérant dans le pays. Les autres sont la Société Générale, le Crédit Agricole CIB, BNP Paribas et HSBC.

Isabelle Delorme, un cadre d’Euroclear, a commenté l’expérience de test de la CBDC. Elle a déclaré qu’ensemble, ils ont réussi à mesurer les avantages inhérents de la technologie. Ils ont donc conclu que la CBDC peut régler la monnaie de la banque centrale de manière sûre et sécurisée.

En outre, le directeur mondial des marchés financiers d’IBM, Soren Mortensen, a prononcé son discours concernant le projet. Il a déclaré que le succès du projet dépassait les autres initiatives blockchain passées.

La raison en est son essai sans faille de la plupart des processus de la banque centrale et du dépôt central de sécurité. En outre, il a mentionné l’élimination des étapes intermédiaires existantes comme la réconciliation entre les intermédiaires du marché.

Related Reading | Préparez-vous à l’impact : Wall Street se dirige tout droit vers le bitcoin, selon un analyste.

En mars 2020, la Banque centrale de France a lancé un programme expérimental de CBDC. Depuis lors, la banque suprême n’a cessé de tester d’autres cas d’utilisation de la monnaie numérique de la banque centrale.

En juin, la Banque de France a collaboré avec SEBA, une banque suisse de crypto-monnaies, pour tester une CBDC destinée à stimuler le règlement et le transfert de titres cotés.

CBDC

Cryptocurrency market is in recovery mode | Source: Crypto Total Market Cap on TradingView.com

De plus, la banque centrale a précédemment utilisé une plateforme blockchain privée pour gérer une monnaie numérique de banque centrale pour l’émission d’actions simulées d’une valeur d’environ 2,4 millions de dollars.

Featured Image From Pexels and Chart From TradingView.com

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *