Jason Kokrak réussit un rallye de 10 coups pour remporter l’Open de Houston – New Zealand Golf Digest

&#13 ;
&#13 ;
&#13 ;

Jason Kokrak est né au Canada, a grandi dans l’Ohio et s’est installé au Texas. Il a également appris à se maintenir au sommet des classements du PGA Tour.

&#13 ;

Combinant un putter chaud avec un instinct de tueur et une indifférence de rabat-joie, Kokrak a poursuivi sa montée en puissance tardive grâce à une série de birdies et a remporté aujourd’hui le Hewlett Packard Enterprise Houston Open pour sa troisième victoire sur le PGA Tour au cours de ses 38 derniers départs – et sa deuxième dans le Lone Star State cette année.

&#13 ;

Kokrak a réalisé une dernière partie de 65, cinq sous zéro, grâce à quatre birdies consécutifs sur le neuf intérieur du Memorial Park Golf Course, et a dépassé deux favoris sentimentaux, Scottie Scheffler et Martin Trainer, pour une victoire de deux coups. Scheffler, originaire de Dallas et à la recherche de son premier titre sur le PGA Tour, et Trainer, qui émergeait de façon inattendue d’une terrible crise, ont chacun tenu la tête sur les neuf derniers trous avant que Kokrak ne prenne le relais.

&#13 ;

Et dire que Kokrak a envisagé de se retirer après un tour d’entraînement qui ressemblait plus à une faute professionnelle. Mais une séance de practice à distance avec son swing coach Drew Steckel – un signe des temps en pleine pandémie – a fait des merveilles pour le 29e joueur mondial. Il a stabilisé sa partie inférieure au lieu de « danser » sur la balle, comme il l’a dit, et est reparti avec 1,35 million de dollars.

&#13 ;

A 10-under 270, Kokrak a terminé avec deux coups d’avance sur Scheffler, le leader du troisième tour, et Kevin Tway. Scheffler, qui menait toujours au tournant mais qui a fait trois bogeys en rentrant, a joué 69 pour sa deuxième place consécutive dans le top 5, tandis que Tway, l’un des cinq joueurs qui avaient commencé la journée avec un coup de retard sur Scheffler, a joué 68.

&#13 ;

« C’est très spécial parce que j’avais du mal avec mon jeu au début de la semaine », a déclaré Kokrak, 36 ans, qui participe seulement à son troisième événement du calendrier d’automne. « Je suppose que l’on peut dire que je suis un outsider, mais ces deux dernières années, j’ai joué un golf assez solide, donc je ne dirais pas exactement que je suis un outsider. Je pense que cette semaine, je l’ai été car mon jeu n’était pas au top de sa forme et j’en ai tiré le meilleur parti.

&#13 ;

« Beaucoup de hauts et de bas. »

&#13 ;

Le plus gros problème, qui dans le passé aurait pu le reléguer au rang d’outsider, a été la fin du deuxième tour, retardé par la météo, tôt samedi. Six sous le par après 11 trous lorsque le jeu a été suspendu vendredi à cause de l’obscurité, Kokrak est revenu samedi matin mais a oublié de réveiller son jeu. Dans des conditions fraîches et venteuses, il a joué ses sept trous restants en sept par, dont un triple bogey au dernier trou, pour atteindre 71 et perdre le rythme. Il a cependant réussi à se ressaisir pour réaliser un troisième tour de 66 et s’est accroché dimanche alors que ceux qui le précédaient ne parvenaient pas à se détacher.

&#13 ;

Parmi eux, Trainer, classé 1 310e au monde et propriétaire d’un seul chèque de paie lors de ses 18 derniers départs. Il a atteint neuf sous la normale et était seul en tête lorsqu’il a réussi un putt de birdie de 71 pieds sur le par-3 du 11e trou pour devancer Scheffler, qui a fait des bogeys aux 10e et 11e trous. Mais Trainer n’a pas pu répondre au barrage de birdies de Kokrak et a fait un bogey sur les deux derniers trous pour finir à T-5. Il a tout de même gagné 289 687 $US, soit près du double de ses gains (149 766 $US) des deux dernières années combinées.

&#13 ;

Kokrak, qui a remporté le Charles Schwab Challenge à Colonial à la fin du mois de mai, a commencé son rallye avec un birdie de 12 pieds au 13e par-4, qui, a-t-il dit, « m’a donné un peu de confiance ». Un birdie de 23 pieds au 14e, par-4 de 513 verges – un des trois birdies convertis à cet endroit – était crucial puisque Scheffler et Trainer ont tous deux fait un bogey sur ce qui était le trou le plus difficile de la journée. Il en a ensuite rentré deux autres et, ayant maintenant une certaine expérience de la victoire après avoir connu 233 départs avant sa première victoire l’automne dernier à Las Vegas, il a joué la sécurité et l’intelligence pour conclure.

&#13 ;

Il peut être difficile de comprendre comment un gars qui a langui comme un membre solide mais largement inconnu du PGA Tour est maintenant un triple vainqueur, mais Kokrak est assez long du tee pour rivaliser dans cette ère de puissance et il a enfin un putter sur lequel il peut compter. Il s’est classé au sixième rang des coups gagnés au putt la saison dernière, un bond considérable par rapport à la 151e place de la saison précédente. C’est l’une des raisons pour lesquelles il était pressenti pour faire partie de l’équipe américaine de Ryder Cup en septembre.

&#13 ;

Au Memorial Park, il s’est classé troisième de la semaine sur le green, et aujourd’hui, il a finalement profité d’un jeu d’approche qui a produit 15 greens en régulation. Il semble être sorti de nulle part, mais c’est l’histoire de Kokrak depuis 13 mois. Seul Patrick Cantlay a plus de victoires depuis le début de la saison dernière.

&#13 ;

« J’ai toujours été un apprenant lent… [but] une fois que j’ai appris quelque chose, je deviens normalement assez bon dans ce domaine », a-t-il déclaré.

&#13 ;
&#13 ;

Source link