Dieux du cyclisme : Johan Museeuw « le lion des Flandres ».

Johan Museeuw

Le Lion de Flandre Johan Museeuw a été l’un des coureurs d’un jour les plus performants de sa génération, accumulant un palmarès de plus d’un million d’exemplaires. palmarès au cours de ses plus de 16 ans de carrière, ce qui le place parmi les meilleurs de la profession. classiques champions.

Le coureur belge partage le record de trois victoires dans le Tour des Flandres avec le Belge Achiel Buysse, l’Italien Fiorenzo Magni et le Belge Eric Leman. Museeuw a également remporté le Paris-Roubaix pas moins de trois fois en 1996, 2000 et 2002.

De nombreux historiens du cyclisme considèrent la victoire de Museeuw en 2000 comme le point culminant de sa carrière, après avoir rebondi après une grave blessure à la jambe lors de la course de pavés de 1998, qui a presque entraîné la perte de sa jambe en raison d’une infection par gangrène.

Les fans se souviendront de la façon dont il s’est détaché à plus de 40 kilomètres de l’arrivée, levant la jambe de la pédale avant de franchir l’arrivée au vélodrome de Roubaix en guise de salut victorieux.

Museeuw a également remporté le championnat du monde de course sur route en 1996, en battant le Suisse Mauro Gianetti et l’Italien Michele Bartoli.

Né à Varsenare, Museeuw a grandi à Gistel, en Flandre occidentale. Son père a été cycliste professionnel pendant deux saisons, mais sans grand succès. En tant que coureur junior et amateur, Museeuw s’est d’abord concentré sur le cyclocross avant de se tourner vers la route, où il a remporté quelques petites victoires. Cependant, Museeuw est passé professionnel en 1988, au sein de l’équipe ADR.

La saison suivante, il fait partie du contingent ADR pour le Tour de France, soutenant Greg LeMond, qui remporte son deuxième titre de champion de France du Grand Tour, où l’on peut voir le néo-professionnel belge mener le peloton pendant des jours et des jours pour son chef d’équipe, qui porte le maillot jaune pendant la majeure partie de la course.

En 1990, Museeuw passe à l’équipe Lotto et remporte deux étapes du Tour de France de cette année-là, à savoir l’étape du Mont Saint-Michel et l’étape finale à Paris, toutes deux disputées au sprint.

En 1991, il remporte des victoires dans un certain nombre de courses plus petites, comme le championnat de Zurich, et sa première victoire dans une course de la Coupe du monde.

La saison suivante, Museeuw se classe troisième à Milan-San Remo, remportant le sprint du peloton derrière Sean Kelly et Moreno Argentin. Plus tard dans la saison, il remporte la prestigieuse course d’un jour E3 Harelbeke, marquant sa première victoire dans une semi-classique pavée. En outre, il a également remporté le titre national belge de course sur route à Peer. Sa saison est également marquée par une deuxième place au classement par points du Tour de France de cette année-là, perdue pour la deuxième fois face au Français Laurent Jalabert.

1993 marque le premier triomphe de Museeuw dans les classiques de printemps, avec la première de ses trois victoires au Tour des Flandres.

Museeuw attribue sa montée en puissance à sa décision de rejoindre l’équipe MG-GB, où, sous la direction du manager de l’équipe, Patrick Lefevere, ses compétences ont vraiment commencé à se développer.

En effet, sous la direction de Lefevere, Museeuw a vraiment commencé à affiner ses compétences en tant que spécialiste des classiques, abandonnant son sprint puissant en faveur d’une technique de pilotage qui mettait davantage l’accent sur l’endurance et la résistance pour des courses aussi spécialisées que les classiques pavées.

La forte formation de Museeuw se poursuit tout au long de la saison 1993, remportant une étape de Paris-Nice et de Dwars door Vlaanderen. Il a également porté le maillot jaune pendant deux jours après un prologue impressionnant et une performance contre la montre par équipe dans le Tour de France de cette année-là, tout en se classant deuxième au classement final par points pour la troisième fois.

En outre, il a terminé sa saison par une victoire dans la course Paris-Tours, remportant ainsi sa troisième victoire en Coupe du monde.

La saison suivante, Museeuw manque de peu une deuxième victoire au Tour des Flandres, lorsqu’il est battu par Gianni Bugno d’à peine 7 mm dans le sprint final.

La déception de Museeuw continue, lorsqu’une semaine plus tard, il est victime d’une panne mécanique inopinée alors qu’il est à la poursuite d’Andrei Tchmil pendant le Tour des Flandres. Paris-Roubaix, le reléguant à une dérisoire 13ème place.

Pourtant, il parvient à terminer sa campagne de printemps avec des victoires à Kuurne-Bruxelles-Kuurne et à l’Amstel Gold Race après avoir remporté un sprint à deux contre l’Italien Bruno Cenghialta, ainsi que sa quatrième victoire en Coupe du monde.

Au Tour de France, il porte à nouveau le maillot jaune pendant trois jours, avant de le perdre au profit de Miguel Indurain dans le long contre-la-montre de Bergerac. Il termine l’année en sixième position du classement mondial UCI sur route.

En 1995, son équipe MG-GB a fusionné avec Mapei-Clas, formant ainsi la forte équipe italo-belge Mapei qui a dominé les courses classiques du cyclisme dans les années 1990.

Cette saison-là, il a remporté son deuxième titre au Tour des Flandres, ce qui lui a valu le surnom d' »homme de l’année ». Le Lion des Flandres dans les médias flamands.

Plus tard, il remporte à nouveau le championnat de Zurich, tout en gagnant le classement final de la Coupe du monde, confirmant ainsi son statut de meilleur coureur de classiques d’un jour de l’année.

La saison suivante, Museeuw remporte le Brabantse Pijl, mais ne parvient qu’à une troisième place au Tour des Flandres après avoir souffert d’un problème mécanique.

Néanmoins, il remporte sa première victoire à Paris-Roubaix une semaine plus tard, alors que son équipe Mapei-GB domine la course, ouvrant la voie au Belge et à ses coéquipiers italiens Gianluca Bortolami et Andrea Tafi pour arriver ensemble au vélodrome de Roubaix.

La légende veut que Lefevere ait reçu un appel téléphonique du directeur général de Mapei, Giorgio Squinzi, lui ordonnant de laisser Museeuw gagner la course.

Plus tard dans la saison, Museeuw remporte son deuxième titre national belge sur route, mais ne parvient pas à gagner une étape du Tour de France.

Après une performance décevante à Paris-Tours, où il voulait assurer son avance au classement général de la Coupe du monde, Museeuw a indiqué qu’il envisageait d’abandonner complètement le cyclisme. Cependant, il a ensuite changé d’avis et a décidé de participer à la course sur route du championnat du monde.

Loin d’être considéré comme un favori de la course en raison du parcours montagneux de cette année-là à Lugano, à la surprise générale, Museeuw s’impose après une longue échappée avec Gianetti, battant finalement son rival suisse dans un sprint à deux. Il a ensuite remporté son deuxième titre de champion du monde.

En 1997, Museeuw a commencé l’année avec trois victoires d’étape dans la Ruta del Sol et une autre victoire dans Kuurne-Bruxelles-Kuurne, mais il n’a pas réussi à remporter une autre victoire en Coupe du monde en raison de chutes dans Milan – San Remo et le Tour des Flandres, ainsi que d’une crevaison dans Milan – San Remo. Paris-Roubaixqui lui a fait perdre le titre.

De plus, il a terminé sixième à Liège-Bastogne-Liège, abandonnant le Tour de France lors de la 18e étape après plusieurs tentatives infructueuses de gagner une étape. Il a également échoué dans sa tentative de défendre son titre de champion du monde à Saint-Sébastien, après avoir manqué l’échappée gagnante et terminé à une décevante huitième place.

La saison suivante a cependant été plus fructueuse pour Museeuw, après avoir remporté l’E3 Harelbeke et le Brabantse Pijl le même week-end. Il a également remporté son troisième Tour des Flandres, égalant le record de trois victoires de la course.

Cependant, la tragédie s’abat sur Museeuw une semaine plus tard, lorsqu’une terrible chute le long du secteur pavé de la Trouce d’Arenberg dans le Paris-Roubaix de cette année-là le laisse avec une rotule sévèrement blessée qui se transformera plus tard en une dangereuse infection de gangrène qui lui coûtera presque sa jambe.

Après un long processus de guérison, Museeuw a finalement retrouvé sa forme, terminant troisième du Tour des Flandres l’année suivante et neuvième de Paris-Roubaix. Cette guérison miraculeuse lui a permis de remporter sa deuxième victoire dans Paris-Roubaix en 2000.

Comme mentionné, au moment de franchir l’arrivée, le Belge résolu a levé sa jambe gauche, désignant son genou comme un rappel de la blessure qui a failli mettre fin à sa carrière deux ans auparavant.

Plus tard cette année-là, Museeuw est à nouveau gravement blessé. Cette fois, dans un accident de moto, il subit un grave traumatisme crânien qui le laisse dans le coma pendant plusieurs jours.

Mais, une fois de plus, sa détermination et son style de conduite puissant lui ont valu des légions de fans dans le monde entier et l’ont rendu encore plus populaire dans sa Flandre natale.

En 2001, il est passé avec Lefevere dans l’équipe Domo-Farm Frites, où il a travaillé sur son retour après son accident.

Il s’est classé deuxième à Paris-Roubaix et cinquième à l’Amstel Gold Race cette saison-là, tout en abandonnant le Tour de France pour la dernière fois lors des étapes pyrénéennes.

Cependant, en 2002, il est revenu au sommet de son art, après avoir terminé deuxième du Tour des Flandres et avoir remporté sa troisième victoire dans le Tour de France. L’enfer du Nord classique. Il a également remporté la HEW Cyclassics à Hambourg plus tard dans la saison, totalisant ainsi 11 victoires en Coupe du monde.

En 2003, il a de nouveau suivi Lefevere, cette fois dans la nouvelle équipe Quick-Step-Davitamon.

De là, il a remporté la course Omloop Het Volk en début de saison. Mais une maladie persistante a contrarié le reste de sa carrière. Classiques de printemps campagne.

La malchance a réservé à Museeuw un sort similaire en 2004, lorsqu’il a crevé à 5 kilomètres de l’arrivée de Paris-Roubaix alors qu’il roulait dans le groupe d’échappés de tête, lui faisant perdre sa dernière chance d’égaler le record de Roger De Vlaeminck. Il a terminé en larmes, après n’avoir obtenu qu’une cinquième place.

La dernière course de Museeuw a lieu trois jours plus tard, le Scheldeprijs en Belgique, remporté par son jeune coéquipier et compatriote Tom Boonen.

Il a mis fin à sa carrière au printemps 2004 après presque deux décennies en tant que professionnel avec 59 victoires professionnelles à son actif. Et, bien qu’il n’ait pas réussi à établir un nouveau record de victoires dans les classiques du pavé lors de sa dernière saison, pendant des années, les victoires combinées de Museeuw au Tour des Flandres et à Paris-Roubaix ont détenu le record, jusqu’à ce que Boonen le batte en 2012.

Source link