Bismack Biyombo fait don du salaire de Suns pour construire un hôpital

Quelques mois après la mort inattendue de son père, François, Bismack Biyombo a rejoint les Phoenix Suns avec deux objectifs en tête : utiliser son salaire pour aider à construire un hôpital en l’honneur de son père en République démocratique du Congo et remporter un championnat NBA.

Biyombo a expliqué pourquoi il a décidé de faire don de son salaire, pourquoi il pense que les Suns peuvent remporter le championnat, ce vers quoi lui et la NBPA travaillent dans le prochain accord avec l’ABC, et plus encore dans une interview avec HoopsHype.

Note éditoriale : Cette interview a été condensée pour plus de clarté.

Quel a été l’impact de votre père sur votre parcours NBA et sur votre vie en général ?

Bismack Biyombo : Lors de mon parcours NBA, il a été mon premier croyant. Il a investi son propre argent pour que je poursuive mon rêve. Il a vu quelque chose en moi. Il m’a soutenu tout au long du chemin. Quand je suis allé au Yémen puis en Espagne, le jour où j’ai été repêché, je me souviens quand j’ai fini avec le podium, et mon ex-agent l’a appelé et l’a mis au téléphone. Il n’avait pas de mots. Il a pleuré pendant un certain temps. Il m’a donné une opportunité à vie dont je serai toujours reconnaissant.

En ce qui concerne ma vie, avoir un être humain comme lui m’a beaucoup appris sur l’aide aux autres. J’ai grandi dans un environnement où mon père aidait toujours les gens. Même quand nous n’avions pas grand-chose, il essayait de partager le peu que nous avions. En tant que premier-né, j’observais et je posais des questions sur les raisons pour lesquelles il aidait les gens alors que nous n’en avions pas assez. Son approche a toujours été que vous pouviez partager ce que vous avez tant que vous savez que vous faites ce qu’il faut.

Au fil des années, nous avons beaucoup travaillé avec ma fondation. Il surveillait tout le travail que nous faisions sur le terrain à la maison. Il était plus que mon père. Il était mon partenaire commercial et mon ami.

Pourquoi avez-vous spécifiquement décidé de construire un hôpital en l’honneur de votre père au Congo ?

BB : Au Congo, il y a un médecin pour 10 000 habitants. Au début, quand je rentrais chez moi, nous rénovions des cliniques et des hôpitaux avec de nouveaux équipements. Quand mon père est tombé malade, je suis rentré à la maison et j’ai vu les conditions dans lesquelles il se trouvait. Cela m’a alarmé. J’ai commencé à penser au fond de moi qu’il n’avait pas les meilleures chances de réussir. Nous avons commencé à faire venir des médecins et différents équipements. Certains des médecins locaux ne savaient pas comment utiliser le nouvel équipement. Cela est devenu un problème.

Quand j’allais à l’hôpital tous les jours, il y avait tellement de gens et de lits qui se vidaient chaque jour avec de nouvelles personnes qui arrivaient. Je me suis demandé, dans mon esprit, « J’ai les moyens de faire ça pour mon père, mais les autres gens? » Il y avait des gens qui étaient juste là sans espoir. À ce moment-là, je ne pouvais pas faire grand-chose pour ces gens.

Une fois que mon père est décédé, je suis revenu et j’ai fait face à mes émotions et je me suis découragé de faire des choses comme jouer au basket. J’ai réalisé que si mon père était vivant, il ne me laisserait jamais m’éloigner de quelque chose que j’aime, qui est de jouer au basket. Ensuite, j’ai fait des allers-retours, essayant de trouver quelque chose pour me motiver à jouer pour quelque chose de plus grand que le simple fait d’être dans la ligue. C’est à ce moment-là que j’ai dit à mon agent en novembre et lui ai dit que j’étais émotionnellement, physiquement et spirituellement prêt à jouer, mais je voulais prendre mon salaire et le consacrer à la construction d’un hôpital. La seule façon dont je jouerais, c’est si c’était une équipe gagnante parce que je veux pouvoir gagner quelque chose cette année.

Mon père et moi avons traversé un voyage, et j’ai eu quelques doutes en essayant de comprendre comment se rendre à la NBA. Je suis arrivé en NBA. Il aimait me regarder et m’envoyer des messages avant mes matchs tôt le matin à la maison. Je devais lui donner quelque chose et lui construire quelque chose.

J’ai toujours dit : « Le but n’est pas de vivre éternellement, mais de laisser quelque chose qui vivra éternellement. Toutes ces idées qu’il avait, je vais quand même réaliser toutes ces idées, mais je veux lui construire quelque chose qui permettra aux gens de continuer à le célébrer et à l’apprécier parce qu’il avait un rêve, croyait en ses enfants et passait son propre argent.

Une fois mon père décédé, j’ai réalisé que nous pensions avoir tellement de temps à vivre sur Terre, mais ce n’est pas le cas. J’essaie de presser tout ce temps dont je dispose pour m’assurer que le jour où Dieu m’appellera, j’aurai eu un impact et laissé ce monde meilleur que je ne l’ai trouvé.

Où en sont les constructions d’hôpitaux et les écoles que votre fondation construit au Congo ?

BB : Nous sommes en construction pour notre deuxième école. Notre première école existe depuis trois ans. Nous avons construit environ cinq terrains extérieurs. Dans notre première école, nous avons la première installation couverte au Congo. Nous avons des académies que nous gérons chaque été avec des camps de basket. Nous offrons des bourses aux enfants pour venir ici aux États-Unis et aller à l’école. Certains des enfants sont à l’université et jouent au basket.

Dans deux semaines, ils termineront le rendu de l’hôpital. L’hôpital sera principalement axé sur une unité de soins intensifs, une salle d’urgence et des nouveau-nés. En procédant ainsi, c’est là où nous pensons avec les médecins que nous pouvons avoir un impact immédiat dans notre communauté. Il n’y a pas encore eu de chantier. Je le ferai quand je rentrerai cet été. Je veux pouvoir le faire moi-même parce que quand j’ai eu l’idée de donner mon salaire pour la construction de l’hôpital, j’étais à Miami en train de m’entraîner. Je n’ai pas été à la maison depuis le décès de mon père. J’espère que cet été, quand je gagnerai un championnat, je pourrai rentrer chez moi et défoncer le sol de l’hôpital.

Qu’est-ce que ça fait de jouer avec Chris Paul et quelles sont les chances de titre des Suns ?

BB : Quand je suis arrivé avec l’équipe, et quand j’ai commencé, les chiffres parlaient d’eux-mêmes. Il facilite si bien le jeu et le rend facile. Lorsque vous avez le désir de gagner et que vous entrez dans une pièce, vous pouvez ressentir l’énergie d’un gagnant. Cela change toute votre approche du jeu et de la préparation. CP3, je le connais un peu pour avoir travaillé avec le syndicat des joueurs. En jouant à ses côtés, vous pouvez dire à quel point il est intelligent et à quel point il lit le jeu. Il parle toujours aux gars et aux entraîneurs de ce qu’il voit. C’est une bénédiction de jouer avec lui.

Nous avons une chance (de gagner un titre). Avec toutes ces pièces que James a ajoutées à l’équipe, c’est pour s’assurer que lorsque les séries éliminatoires commenceront, nous serons bien équipés. Je pense que nous avons plus de chances que beaucoup de gens de remporter un titre.

Le fait de ne pas avoir de CP3 maintenant nous aide à grandir dans d’autres domaines et met les entraîneurs au défi de grandir dans d’autres domaines. Au moment où les séries éliminatoires arriveront, tout le monde sera bien préparé. Je pense vraiment que nous avons une belle opportunité cette année. Nous avons rivalisé avec tout le monde et nous nous sommes présentés tous les soirs pour jouer dur et faire savoir aux gens que nous y allions.

Comment vos séries éliminatoires avec les Raptors ont-elles changé votre vie ?

BB : Vous pouvez soit fuir les grands moments, soit les embrasser. Je pense que j’ai embrassé chaque grand moment que j’ai eu dans ma vie et ma carrière. Je n’étais personne avant de me présenter au Nike Hoops Summit. Je n’étais même pas censé jouer. J’ai atterri après un vol de 12 heures et j’ai compris que c’était le jeu qui me permettrait d’être un joueur de la NBA et de réaliser ce rêve que mon père et moi poursuivions.

Je suis entré dans la salle de sport et je n’avais jamais vu autant de caméras auparavant. Je pouvais dire sur le visage des gens qui se présenterait et qui ne se présenterait pas. C’était mon moment. Mon dos était contre le mur. Maintenant, les gens se demandent si vous pouvez le faire ou non et si vous appartenez à ce niveau.

Dans ma tête, je n’allais pas là-bas pour m’amuser. J’allais là-bas pour m’assurer de punir celui contre qui je jouais. J’y suis allé pour faire une déclaration. Quand j’étais à Toronto, c’était un peu la même situation. Je passais une excellente année, mais quand les séries éliminatoires ont eu lieu, c’était le grand moment. Qui allait le faire et être un héros? Je n’étais pas un All-Star dans cette équipe, et nous avions des gens qui avaient beaucoup plus de responsabilités et qui avaient plus de pression que moi.

Quand je suis venu ici à Phoenix, j’étais censé venir m’entraîner pour eux et signer. Puis, JaVale McGee et Deandre Ayton entré dans les protocoles de santé et de sécurité. Ils ont appelé mon agent et m’ont dit qu’ils n’avaient pas le temps de me dépanner. Ils m’ont donné un (contrat) de 10 jours pour voir si j’étais en forme et comment je m’intégrerais. Je ne viendrais pas ici pendant 10 jours. Je suis venu ici pour faire une déclaration.

En quoi consiste votre rôle de vice-président du comité exécutif de l’APNB ?

BB : Il faut être élu par les joueurs, ce dont je suis reconnaissant. Cela montre le respect que vous obtenez parmi les autres gars avec qui vous êtes en compétition tous les jours… En ce qui concerne le travail que nous faisons, nous surveillons la plupart des offres qui se présentent. Nous essayons toujours de trouver des moyens d’améliorer la ligue à l’échelle nationale et internationale. Nous avons une convention collective à négocier. Nous devons approuver toutes les ententes que notre syndicat signe. Nous travaillons sur le Pensez450 programme que nous avons mis en place. Pendant Covid, nous avons eu beaucoup d’appels. L’idée était de remettre la ligue en marche.

C’est notre travail de donner à la prochaine génération pour que, lorsqu’elle arrive ici ou qu’elle prenne la relève, les conditions soient bonnes et qu’elle puisse le faire pour la prochaine génération.

Quels changements aimeriez-vous voir pour la NBA dans la nouvelle CBA ?

BB : Je pense que le premier appel téléphonique que nous aurons sur l’ABC aura lieu bientôt. Je pense que c’est juste vérifier et voir comment nous pouvons aller de l’avant. Maintenant, c’est tellement difficile de dire que j’aimerais voir ceci ou cela arriver. La réalité à ce stade est que je comprends en tant que joueur et homme d’affaires que certaines décisions seront prises en raison de l’environnement dans lequel nous nous trouvons et de ce qui nous attend. La façon dont la ligue évolue, c’est toujours la façon dont nous pouvons faire avancer la ligue.

J’espère que nous n’entrerons pas dans la même situation que d’autres ligues ont vécue (MLB). Nous avons toujours une bonne relation entre les joueurs, les propriétaires et la ligue. Mon seul espoir est que nous n’entrions pas dans un lock-out. Mon année recrue, quand je suis arrivé, il y avait une transition ou des négociations de l’ABC. Quand j’ai été repêché, un lock-out s’est produit. Pendant six mois, je n’ai pas joué au basket.

En tant que joueur et membre de la NBPA, que pensez-vous du retour des journalistes dans les vestiaires ?

BB : Je ne peux pas mentir, ces jours me manquent. Je m’ennuie vraiment de ces jours où le match est terminé, et où vous prenez une douche et avez une interaction avec les journalistes, alors vous vous habillez plus rapidement. Maintenant, beaucoup de choses sont plus virtuelles. J’espère que nous nous éduquons tous mieux avec le virus, nous apprenons de meilleures façons de le gérer. J’espère vraiment qu’à un moment donné, nous pourrons recommencer à interagir avec les journalistes. Au fil des ans, j’ai noué tellement de relations avec de nombreux journalistes. Désormais, vous ne pouvez entendre leur nom que sur un Zoom. Vous ne pouvez pas voir leurs visages et les interactions physiques et en personne ne sont pas les mêmes via Zoom. J’espère vraiment qu’au fur et à mesure que nous continuons à nous éduquer et à trouver le bon moyen de contourner cela, nous espérons bientôt que des journalistes pourront venir dans les vestiaires et côtoyer les joueurs. Je pense que grâce à cela, nous avons eu d’excellents reportages et les journalistes obtiennent des émotions d’après-match de première main des joueurs en temps réel. Je comprends aussi qu’il y a eu une pandémie, et maintenant nous allons dans la bonne direction, et les choses reviennent à la normale. J’espère que nous pourrons continuer à suivre cette tendance afin que nous puissions retrouver nos vies.

Vous pouvez suivre Michael Scotto sur Twitter : @MikeAScotto