Billy Baron parle de contrat avec Zenit, saison Euroligue, Spanoulis, Pangos en NBA


Par l’équipe Eurohoops/ info@eurohoops.net

Billy Baron était la star invitée du dernier épisode du podcast Role Player animé par Jordan Taylor et Anthony Goods. Le gardien a parlé du fait que le Zenit n’avait pas terminé la saison de l’Euroligue, des opportunités de la NBA pour lui-même et d’autres joueurs de l’Euroligue, le voyage de Kevin Pangos à Cleveland, s’être fait époustoufler par Vassilis Spanoulis, un début difficile à Crvena Zvezda, les jalons de l’EuroLeague, Russell Westbrook, Lebron James et beaucoup plus.

La conversation a commencé avec le Zenit et toute la situation entourant l’Euroligue, le contrat de Baron et son avenir.

«Je pense que cette année, avec ce que nous avions en cours… Nous avions définitivement une chance de participer au Final Four. L’année dernière, nous étions à un match et cette année, nous étions au niveau supérieur de nos capacités et de notre potentiel. Et ça s’est arrêté comme ça. Nous étions sur le point de jouer à Barcelone, nous en avons fini avec l’entraînement et découvrons qu’ils ne viendront pas. Tout est parti de là et s’est arrêté, juste comme ça. C’était dur » dit-il et ajouta.

« J’ai signé un contrat de deux ans avant cette saison. Finalement, quand je suis rentré chez moi et que j’ai ramené ma famille à la maison, il y avait beaucoup d’incertitude. Et cela me donne de l’anxiété et du stress. Je ne dormais pas bien, c’était juste beaucoup de points d’interrogation. L’équipe a mon droit et la FIBA ​​ne nous aide pas beaucoup. Je ne sais pas s’ils vont être en Euroligue et j’ai 31 ans, je veux être en Euroligue.

J’ai pu négocier pour devenir agent libre après cette saison, juste pour voir ce qui allait se passer. Mais cela signifiait que je devais revenir en arrière et terminer la saison. Et Zenit était cool avec ça. Ils m’ont permis de négocier ma libération après cette saison et de prendre le contrôle de ce que je vais faire.

En tant que

Baron a également évoqué Vassilis Spanoulis et comment il l’avait impressionné avant même de commencer sa carrière en Europe. Les coups d’embrayage de Spanoulis dans l’ambiance du Final Four le laissent sans voix.

« J’ai commencé à le chercher et je suis tombé amoureux de son jeu. Je regardais tous ces coups qu’il frappait dans le Final Four. Le commentateur devient fou, les fans deviennent fous, ça m’a époustouflé.

Il a également mentionné la transition de l’Europe à la NBA et comment c’est situationnel, avec certains gars qui s’adaptent tandis que d’autres ne le font pas. Mais c’est aussi sur les équipes qui les font venir. Certains n’ont tout simplement pas la bonne opportunité et il pense que Pangos n’en a pas eu avec les Cleveland Cavaliers.

« Il y a des gars qui ont fait la transition vers la NBA et ça a marché, ils sont toujours là-bas. C’est curieux de voir quel genre de jeux se traduit là-bas. Ce n’est pas toujours sur le joueur, le public pense toujours que c’est sur le joueur que ça n’a pas marché, ce n’est jamais sur l’équipe. Ce qui me tue, ce sont des gars comme mon coéquipier Kevin Pangos qui vont en championnat. Et il peut faire du cerceau. Un peu sous-dimensionné pour un meneur NBA mais il peut y aller.

Pour un meneur de jeu remplaçant, il peut tirer le ballon, il peut frapper le bon homme, il sait ce qu’il va faire. Est-ce sur Kevin que ça n’a pas marché ? Première équipe All-Euroleague et tout d’un coup il ne passe pas la saison avec Cleveland et c’est de sa faute ? Je ne pense pas qu’on lui ait donné la bonne chance, la bonne opportunité. Il n’a pas joué pendant un moment et tout d’un coup il commence. Jeter quelqu’un qui ne joue pas du tout dans un rôle de starter et le baser dessus ? C’est sauvage pour moi.