une entrevue avec Karen Ottoni d’HyperLedger

« La crypto-monnaie n’est qu’un cas d’utilisation de la blockchain », a déclaré Karen Ottoni, directrice de l’écosystème chez Hyperledger, à Cointelegraph dans une interview lors de la Paris Blockchain Week.

De « la chaîne d’approvisionnement et le commerce, la finance et les marchés de capitaux, la tokenisation des obligations vertes, la tokenisation de l’immobilier », la liste des idées applicables à la blockchain est nombreuse et croissante.

Le pain et le beurre d’HyperLedger consistent à trier puis à prendre en charge les projets logiciels de blockchain de niveau entreprise. De « la gestion de la nourriture, du poisson, des diamants, des minéraux – la chaîne d’approvisionnement », a déclaré Ottoni à Cointelegraph.

L’interview a eu lieu lors du Paris Blockchain Week Summit. Source: Cointelegraph

Alors que HyperLedger travaille dans tous les secteurs, pour Ottoni personnellement, c’est l’impact sur le climat et l’action climatique qui l’inspire le plus.

« Pour savoir si oui ou non les minéraux qui sont utilisés pour nos téléphones portables, le tungstène utilisé dans nos téléphones portables ou ordinateurs ou voitures s’ils proviennent d’une source durable. »

La technologie Blockchain a longtemps été saluée comme un outil efficace contre le changement climatique, tandis qu’une nouvelle école de pensée sur Bitcoin (BTC) évalue l’exploitation minière de Bitcoin comme un moyen d’inciter à la construction d’usines d’énergie renouvelable.

Cependant, la discussion de longue date « avez-vous besoin d’une blockchain pour cela? » surgit. Ottoni cite l’exploitation minière de tungstène susmentionnée au Rwanda comme une mise en œuvre réussie de la technologie blockchain qui est plus efficace qu’une base de données.

« Avec une base de données, il faut faire confiance à celui qui la gère. Il y a un certain nombre d’acteurs différents dans l’espace : les entreprises, les raffineurs, les gouvernements – et surtout, ce sont tous des acteurs qui ne se font pas nécessairement confiance. »

Ottoni explique que ces acteurs, bons ou mauvais, « bénéficieraient de la visibilité des données partagées et des transactions partagées qui n’étaient pas aussi visibles auparavant ».

Des inconvénients subsistent cependant. « De mauvaises données entrantes sont de mauvaises données sortantes », concède Ottoni. À ce jour, HyperLedger a suscité l’intérêt d’IBM, parmi d’autres grandes entreprises.

Quant aux CBDC, que la plupart des banques envisagent maintenant, Ottoni explique que les CBDC sont «l’évolution de la numérisation des actifs». Ottoni développe :

« Je pense que c’est [CBDCs] va faire partie du mélange. Il y aura des crypto-monnaies car il y a là une proposition de valeur ; il va continuer à y avoir des pièces stables et une banque centrale.

A titre d’exemple, les CBDC prennent tout leur sens suite à une catastrophe naturelle : « suite à un ouragan, les CBDC permettent une distribution rapide des fonds ».

Quant à l’avenir de la blockchain, Ottoni explique que « l’interopérabilité » est sa préoccupation la plus urgente. Pas nécessairement entre les blockchains, mais en termes de développeurs, de penseurs et d’équipes partageant des idées et collaborant plus efficacement.

En fin de compte, il doit juste y avoir plus d’exemples de « tester, prouver et montrer que ces outils fonctionnent ».