Tracy McGrady sur Kobe, Grant Hill, Tim Duncan, Top 75 Snub

Temple de la renommée de la NBA Tracy McGrady a discuté de sa carrière NBA et de son nouveau Ones Basketball League s’aventurer avec Michel Scotto sur la dernière édition du podcast HoopsHype. McGrady a parlé d’être en pourparlers commerciaux pour la star des Bulls Scottie Pippenque serait-il arrivé s’il était resté avec Vince Carter et les Raptors, si Tim Duncan rejoint le Magic, jouant avec Yao Mingson snub NBA Top 75, et plus encore.

Pour plus d’interviews avec des joueurs, des entraîneurs et des membres des médias, assurez-vous d’aimer et de vous abonner au podcast HoopsHype sur Spotify, Podcast Apple, et partout où vous écoutez des podcasts. Écoutez le podcast ci-dessus ou consultez quelques extraits de la conversation dans une version transcrite ci-dessous.

:35 Quelle est votre vision pour Ones Basketball League ?

TM : J’ai un programme AAU et deux fils qui jouent dans mon programme, mais juste être autour de la nouvelle génération et apprendre d’eux, ces gars-là ne regardent pas les matchs de la NBA ou les matchs collégiaux. Ils n’ont tout simplement pas la capacité d’attention nécessaire pour regarder trois heures de basket. C’est un contenu abrégé pour eux. C’est pourquoi ils aiment tant Tik Tok et toutes ces courtes vidéos. C’est le monde dans lequel ils ont grandi. Mes enfants me posent toujours des questions sur qui gagnerait dans un match en tête-à-tête entre moi et KD (Kevin Durant) ? On me pose toujours cette question et ces scénarios sur les réseaux sociaux également.

Vous avez le tennis et l’UFC où c’est moi contre vous. Pourquoi pas le basket ? Pourquoi ne pas découvrir qui est le plus grand et le plus méchant joueur de basket-ball en tête-à-tête ? Nous identifions James Lebron et Michael Jordan comme chèvres du jeu. Quand il s’agit de basket-ball en tête-à-tête, nous ne savons pas qui c’est. Je veux trouver cet individu. Je veux créer des stars et une plate-forme pour les talents inexploités ici qui n’ont pas vraiment eu d’opportunité. Il y a beaucoup de ligues clandestines en tête-à-tête ici aux États-Unis dont nous n’entendons pas parler.

3:20 Comment avez-vous fait pour trouver ces joueurs et découvrir leurs histoires ?

TM : Je pense que nous pouvons créer quelque chose qui est au niveau de l’UFC et de ce qu’ils ont fait pour des gars que nous ne connaissions pas avant d’atteindre leur plate-forme. Je veux devenir l’UFC du basket. Avec le talent que j’ai vu dans certains de ces parcs, je sais que nous pouvons créer cela. Il s’agit de les identifier et d’avoir des gars avec de belles histoires. Nous voulons faire du storytelling. C’est une énorme partie de cela, et faire des stars.

4:40 Les femmes peuvent concourir en 2023. D’autres mises à jour notables que vous aimeriez partager sur OBL ?

TM : La première saison consiste à nous rendre dans sept villes différentes. Dans chacune de ces villes, nous invitons 32 participants. Le joueur numéro un de cette ville remportera 10 000 $. Le Top 3 de chaque ville recevra une invitation pour le championnat OBL qui aura lieu à Las Vegas pour le prix ultime de 250 000 $ et le roi du terrain.

Nous allons lancer une OBL féminine. Je regarde le basketball universitaire féminin et la WNBA. Ces filles ont du jeu. Il y a beaucoup de femmes qui ont les compétences pour jouer en tête-à-tête dans notre ligue. L’objectif ultime d’OBL est d’être mondial où nous pouvons identifier les meilleurs joueurs individuels à travers le monde.

6:45 Comment l’OBL peut-elle se démarquer des autres ligues ?

TM : Nous voulons prendre OBL mondial et former une ligue qui identifie le meilleur joueur individuel dans chaque pays et créer une compétition où nous affrontons d’autres pays. Ce qui nous sépare, c’est que c’est du basket en tête-à-tête qui n’a pas été fait sur ce type de plateforme. Conte. On va faire du storytelling et créer des stars dans l’OBL.

8:20 Qu’est-ce qui t’est venu à l’esprit quand tu n’as pas fait partie du Top 75 de la NBA ?

TM : J’avais l’impression que j’aurais dû être là-bas. Cela m’a-t-il ému que je n’y sois pas ? Je n’étais pas prêt à appeler les médias et à critiquer la NBA pour ne pas m’avoir mis dessus. Oui, j’avais l’impression que j’aurais dû être là-bas. À la fin de la journée, vous avez dit quelque chose quand vous m’avez présenté qui signifie beaucoup plus pour moi que d’être sur la liste des 75 meilleurs, et c’est d’être dans le Hall of Fame.

9:20 Vous êtes-vous demandé ce qui aurait pu arriver si vous étiez allé chez les Bulls dans un échange avec Scottie Pippen ?

McGrady : Jerry Krause avait une obsession pour moi. A 18 ans et à 20 ans, quand je suis devenu agent libre, il avait une obsession. Ai-je pensé à ce qui se serait passé si j’étais devenu un Bull en tant que recrue ? Ouais, j’y ai pensé. Est-ce que j’ai eu l’impression qu’ils auraient dû faire cet échange ? Absolument pas. Ils remportaient toujours des championnats. Si vous amenez une recrue et enlevez un joueur du Top 50 pour une recrue. Je n’étais pas prêt à ce moment-là à assumer ce rôle. Je ne veux pas être stupide à ce sujet. Ils ont fait le bon choix. MJ (Michael Jordan) a pris la bonne décision de vraiment mettre une hache à cela, de garder ce même groupe ensemble, et a remporté un autre championnat.

J’ai eu l’opportunité en 2000 quand j’étais agent libre, mais comme Toronto et toute autre équipe qui me recrutait, ils recrutaient contre moi pour aller jouer chez moi à Orlando. C’était un défi difficile.

11:02 Y a-t-il eu d’autres moments où vous avez failli être échangé dont les gens ne sont pas au courant ?

TM : Non, à part un échange à Philadelphie lorsque j’étais à Toronto pendant Larry Hugues.

11:20 Vous demandez-vous ce qui aurait pu se passer si vous étiez resté à Toronto avec Vince Carter avant d’aller à Orlando et de faire équipe avec Grant Hill ?

TM : Ouais. Je suis sûr que tout ce que j’aurais accompli en restant avec Vince Carterj’aurais pu accomplir avec Grant Hill. Vous parlez de deux joueurs dynamiques. Nous ne savions pas que Grant allait s’occuper de ses blessures à la cheville pendant toute ma carrière à Orlando. Tu parles de T-Mac et Hill ? Cela aurait été effrayant, et faire équipe avec Vince aurait été effrayant.

Il y a beaucoup de « et si » dans ma carrière. Je déteste vraiment en parler parce que je sais juste ce qui se serait passé si j’avais fait équipe avec Hill à Orlando, surtout avec ce que je suis devenu en tant que basketteur.

12:30 À quel point Tim Duncan était-il proche d’aller à Orlando avec vous ?

TM : C’est du ouï-dire. Je n’ai pas assez d’informations, seulement les rapports publiés. Je n’ai jamais eu de discussion avec Tim (Duncan) à ce sujet ou Doc (Rivières) à propos de cette situation. La rumeur qui circule est que Timmy n’a pas signé avec le Magic parce qu’il voulait que son épouse voyage dans l’avion pour certains des matchs à l’extérieur. Doc n’était pas d’accord avec cela, et c’était un dealbreaker pour Timmy. C’est ce qu’on m’a dit. Je n’ai aucune information d’aucun de ces gars, donc je ne peux pas confirmer si c’est vrai ou non. Mais si c’était le cas (rires), Doc, allez, mon pote. Qu’est-ce que tu fais?

14:20 Quelles sont vos impressions générales sur votre carrière NBA ?

TM : Mon opinion honnête est que j’ai eu une carrière réussie. Comment quelqu’un veut imaginer cela et étiqueter cela, je m’en fiche. Quand je repense à d’où je viens et à ce que j’ai pu accomplir au cours de mes 15 ans de carrière, j’ai eu une belle carrière réussie dont je suis satisfait. Je n’ai pas gagné de championnat. Je n’ai pas eu une course profonde dans les séries éliminatoires. Mais cela ne m’empêche pas de me préparer individuellement et de faire tout ce que je peux chaque soir pour gagner pour mon équipe. Nous sommes tombés à court. Je peux me regarder dans le miroir quand je rentre chez moi et demander : « Avez-vous fait tout ce que vous pouviez dans ces séries éliminatoires pour avancer, gagner et aider votre équipe ? Je l’ai fait. Je suis content de ça.

16:32 McGrady sur sa charge à Orlando

TM : Honnêtement, beaucoup de gens ne comprennent pas. À Orlando pendant ces quatre années, cela m’a vraiment pesé. Je faisais en moyenne 40 minutes par nuit. Je fais en moyenne environ 43 ou 44 minutes. Ces types de minutes dans les matchs éliminatoires sont comme le double en raison de l’intensité, de la physique et du péage que cela vous coûte. Ces quatre années m’ont déchiré.

17:20 Yao Ming et Jeff Van Gundy années avec les Rockets

TM : C’était super. je marque Jeff (Van Gundy) comme le meilleur entraîneur pour qui j’ai joué à cause de la préparation. Je n’ai jamais été aussi préparé pour les jeux avec les informations que j’ai reçues. Doc (Rivières) était super aussi. Doc était un sacré motivateur. Les discours d’avant-match de Doc vous prépareraient à traverser les murs. Jeff, les informations qu’il a données à ses joueurs pour chaque match et la responsabilité qui a été mise sur moi et Yao pour inspirer et faire plus pour mon équipe, je n’ai jamais eu personne qui m’ait imposé ce type de responsabilité comme ça. Cela m’a aidé à grandir en tant que joueur et leader.

Jouer avec Yao Ming) était spécial. Voir quelqu’un de sa taille et de ses compétences tous les jours et à quel point il a travaillé dur, « wow ». J’ai été émerveillé par son éthique de travail et ses compétences.

18:58 Quand vous parlez de prendre OBL global, je pense que si vous allez en Chine avec OBL et la popularité de vous et Yao là-bas, ce serait énorme pour la ligue

TM : Tu sais qu’on doit aller en Chine. Yao est le chef de l’Association chinoise de basket-ball. Vous savez que c’est là où nous devons aller avec ça.

19:45 Qui est le meilleur joueur en tête-à-tête selon toi ?

TM : Kobe (Bryant) est définitivement au sommet de cette liste. Je pourrais aller avec une poignée de gars qui sont d’excellents joueurs en tête-à-tête. Baron Davis. Cuttino Mobley. Lou Williams. Jamal Crawford. Ce sont des tueurs certifiés en tête-à-tête. Allen Iverson. C’est ce que font ces gars. Mais définitivement, Kobe est en tête de liste.

20:35 À vos sommets, qui gagnerait un tête-à-tête entre vous et Kobe ?

TM : Je pense que ça ferait des allers-retours. Je pense que ce ne sera pas une compétition déséquilibrée. Il en gagnerait, et j’en gagnerais d’autres.

22:20 McGrady sur le label qu’il n’était pas un travailleur acharné

TM : La NBA a les meilleurs joueurs du monde, n’est-ce pas ? Les gars les plus talentueux du monde. Si je suis capable de faire sept All-Star Games, sept All-NBA Teams, deux 1st Teams, marquer 62 points dans un match NBA, avoir l’une des saisons les plus efficaces de l’histoire de la NBA, comment diable faites-vous cela sans travailler dur? Si je suis capable de le faire, et que vous avez certains de ces gars qui ont travaillé d’arrache-pied et n’ont pas réussi, qu’est-ce que cela dit à leur sujet ? Ces gars sont trop géniaux pour que je ne sois pas un travailleur acharné avec les choses que j’ai accomplies. Sais-tu Vince Carter, Ray Allen, et Paul Piercé, qui sont tous des Hall of Famers, deux de ces gars sont des gars du Top 75 de la NBA, n’ont jamais fait partie de la 1ère équipe All-NBA ? Ils ne travaillent pas dur ? J’ai fait deux de ces équipes. Allez, éliminons les taureaux.

24:25 Y a-t-il une autre étiquette sur vous avec laquelle vous n’êtes pas d’accord, comme ne pas gagner de bague ?

TM : J’ai gagné et je gagne toujours. Mon rêve, quand j’ai réalisé que le basketball était mon sport, était d’atteindre la NBA. Je ne sais pas pour les enfants au collège ou chaque fois que vous commencez à rêver de la NBA si vous rêvez de gagner un championnat NBA ? Je n’ai pas rêvé de ça. Je rêvais d’aller en NBA. Ensuite, quand j’y vais, c’est comme: « Je suis là, maintenant voyons à quel point je peux devenir bon et prendre ça? » J’ai gagné. J’ai tout fait pour gagner un championnat. Je n’avais pas d’équipe championne. J’ai fait tout ce que je pouvais faire individuellement et pour que mon équipe réussisse.

Vous pouvez suivre Michael Scotto (@MikeAScotto) et Tracy McGrady (@Tmac_213) sur Twitter.