Tirer le meilleur parti de Bam Adebayo en attaque

Miami Heat

Bam Adebayo #13 du Miami Heat s’échauffe avant le match contre les Indiana Pacers (Photo par Dylan Buell/Getty Images)

Lors de la deuxième soirée d’un back-to-back contre les Los Angeles Clippers, et avec Jimmy Butler sur la touche, le Miami Heat allait toujours demander beaucoup de Bam Adebayo. Cette défaite a mis en évidence la nécessité de tirer le maximum d’Adebayo aussi souvent que possible.

Son début de match n’aurait pas pu être plus emphatique, avec 19 points sur 8 tirs sur 9 en seulement neuf minutes dans le premier quart-temps. Et bien qu’il ait eu ses moments dans les trois quarts-temps suivants, Adebayo n’a pris que neuf tirs pour le reste du match, terminant finalement avec 30 points lors de la défaite du Heat face aux Clippers, 112-109.

Le Heat de Miami doit tirer le meilleur parti de Bam Adebayo en attaque.

Bien que ce ne soit pas une situation régulière, ce n’est pas la première fois que cela se produit depuis que Adebayo a accédé au statut de All-Star. Que ce soit avec l’ensemble de ses coéquipiers ou en solo, de tels cas sont d’autant plus évidents que le statut et la réputation d’Adebayo dans la ligue ne cessent de croître.

Après avoir eu un taux d’utilisation de 45,8 % dans le premier quart-temps contre les Clippers, le taux d’utilisation d’Adebayo pour le reste du match n’a atteint que 15,4 %. Son taux d’utilisation total de 22,5 pour cent était sensiblement inférieur à sa moyenne de la saison de 26,6 pour cent.

Cette récente période de manque d’assurance était particulièrement flagrante pour plusieurs raisons. Non seulement Butler était sur la touche, mais la manière dont Adebayo a attaqué le match dès le début aurait dû lui donner l’impulsion nécessaire pour continuer à dominer le reste de la partie.

Mais le plus important, c’est que le Heat avait déjà perdu les deux premiers matchs de son road trip de cinq matchs, et une victoire aurait fait des merveilles pour leur état d’esprit général.

La saison dernière, le Heat a terminé avec un record de 40-32 mais a été 9-12 quand Adebayo avait un taux d’utilisation inférieur à 21.0. Cette saison, le Heat est maintenant 7-5, mais 1-3 lorsque le taux d’utilisation d’Adebayo est inférieur à 24.0.

Il est vrai qu’il est extrêmement difficile d’identifier la raison pour laquelle une chose ou une personne spécifique explique la fluctuation de l’utilisation et de l’assertivité d’Adebayo. À plusieurs reprises après des matchs de la saison dernière, Adebayo a reconnu la nécessité d’être plus agressif après une défaite dans laquelle il n’a eu que peu d’impact sur le plan offensif. Un autre élément à noter est la déclaration de l’entraîneur principal Erik Spoelstra :

Tout cela ne veut pas dire que l’ancien produit de Kentucky n’a pas fait de progrès dans ce domaine. Sur 11 matchs cette saison, Adebayo a une moyenne de 20,3 points par match avec un taux d’utilisation de 26,6, les deux étant un record en carrière à ce jour. Cependant, certains chiffres du match contre les Clippers ont de quoi faire sourciller.

Malgré son début de match fulgurant, Adebayo s’est classé troisième du Heat pour le nombre de touchers avec 62 sur ses 39 minutes sur le parquet. Cela vient directement après la défaite contre les Los Angeles Lakers, dans laquelle Adebayo a eu 83 contacts malgré seulement 34 minutes de jeu.

Comme Spoelstra a fait allusion la saison dernière, avoir un Adebayo plus agressif est certainement un effort collectif, en particulier dans les cas où leur meilleur joueur est assis sur la touche.

En ce qui concerne l’aspect défensif du terrain, il n’y a aucune question à se poser. La production globale d’Adebayo et son rendement jusqu’à présent cette saison sont à un niveau d’élite, puisqu’il a été sélectionné deux fois de suite sur la deuxième équipe défensive de la NBA.

Cependant, afin d’atteindre leur potentiel absolu et de revenir sur la scène des finales de la NBA, le Miami Heat aura besoin de Bam Adebayo pour apprécier à sa juste valeur l’influence qu’il peut avoir sur le plan offensif d’un match à l’autre.

Source link