Scott, Bryson, DJ, Phil sont parmi les meilleurs joueurs du Championnat international saoudien, mais le PGA Tour n’a toujours pas donné de communiqués aux joueurs.

&#13 ;
&#13 ;

La question de savoir qui sera le premier à cligner des yeux dans le cadre de l’impasse qui se profile entre les joueurs souhaitant participer au tournoi international saoudien de février prochain et les responsables du PGA Tour et du DP World Tour qui tentent de les en empêcher est devenue plus intéressante – et plus intense – lundi. En effet, les responsables du Golf Saudi ont envoyé un communiqué de presse annonçant une liste de 25 joueurs de haut niveau, dont 11 champions majeurs, qui se sont engagés à jouer au Royal Greens Golf Club près de Jeddah.

La liste comprend plusieurs joueurs qui avaient déjà participé ou remporté l’événement (Dustin Johnson était le champion en 2019 et 2021, Graeme McDowell en 2020), qui figurait au programme du DP World Tour (anciennement European Tour) depuis sa création en 2019 jusqu’en 2021. Mais lorsque Golf Saudi a commencé à faire des ouvertures pour lancer sa propre série de golf et à essayer de recruter des joueurs de haut niveau pour en être les principales attractions, les responsables du circuit en Europe et aux États-Unis ont pris leurs distances avec l’événement. Ils auraient dit aux joueurs qu’ils ne recevraient plus de décharges pour participer au Saudi Invitational et qu’ils seraient sanctionnés s’ils participaient quand même à l’événement.

Les joueurs annoncés comme engagés à participer au Saudi International en 2022 sont :

Abraham Ancer

Adri Arnaus

Rafael Cabrera Bello

Paul Casey

Bryson DeChambeau

Jason Dufner

Tommy Fleetwood

Sergio Garcia

Tyrrell Hatton

Dustin Johnson

Jason Kokrak

Shane Lowry

Graeme McDowell

Phil Mickelson

Kevin Na

Joaquin Niemann

Louis Oosthuizen

Ian Poulter

Xander Schauffele

Adam Scott

Henrik Stenson

Harold Varner III

Jhonattan Vegas

Bubba Watson

Lee Westwood

Lorsque l’European Tour a supprimé l’événement saoudien de son calendrier au début de l’année, le tournoi a été absorbé par l’Asian Tour après que Golf Saudi ait acheté une participation importante dans le circuit. Il est présenté comme l’événement phare du circuit et offre une bourse de 5 millions de dollars US.

Il ne semble pas qu’aucun des joueurs listés comme engagés dans l’événement saoudien n’ait été libéré par son tour respectif pour participer à la compétition. Un porte-parole du DP World Tour, joint par Golf Digest, n’a fait aucun commentaire sur le statut des dérogations. Un porte-parole du PGA Tour a noté : « Nous n’avons pas accordé de dérogations pour des événements conflictuels pour le tournoi Saudi International. Conformément aux règlements du PGA Tour, une décision sur les dérogations pour conflit d’intérêts peut être prise jusqu’à 30 jours avant le premier tour de l’événement. »

Si les circuits ne fournissent pas de décharges et que les golfeurs choisissent quand même de participer à l’événement, la détermination du PGA Tour et du DP World Tour sera mise à l’épreuve pour savoir s’ils appliqueront des sanctions contre les joueurs. Et cela soulèverait alors la question juridique de savoir si les circuits peuvent restreindre les horaires des joueurs et leur accès à des événements ne faisant pas partie du PGA Tour et du DP World Tour.

Potentiellement, cet événement pourrait être un test pour Golf Saudi afin de voir si les menaces de mesures disciplinaires seront mises à exécution. Si ces menaces s’avèrent moins dissuasives qu’on ne le pensait à l’origine, cela pourrait pousser Golf Saudi, par le biais de sa nouvelle société LIV Golf Investments, à faire signer des contrats à plusieurs de ces joueurs qui les engageraient à jouer dans une nouvelle série d’événements affiliés à l’Asian Tour, dévoilée le mois dernier lorsque Greg Norman a été nommé PDG.

Plusieurs des joueurs engagés avaient été précédemment associés à des intérêts/discussions avec les entreprises Premier Golf League et Super Golf League. Quelques-uns, cependant, ne l’étaient pas, notamment Xander Schauffele, Joaquin Niemann, Bubba Watson et Harold Varner III.

&#13 ;

Source link