Ripple Lawyer prédit que la SEC ciblera ensuite les échanges cryptographiques ?

Un avocat représentant Ripple dans son procès contre la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis prédit que le régulateur ciblera bientôt les échanges cryptographiques, selon un tweet récent.

John Deaton, avocat de Ripple (XRP), a été extrêmement vocal sur Twitter à propos du procès en cours entre la SEC et Ripple Labs. Alors que le procès semble toucher à sa conclusion (espérée), les défendeurs à l’affaire tentent d’aller de l’avant avec un jugement sommaire sur la question de savoir si XRP est un titre et si la défense de notification équitable est viable.

Cependant, la SEC a été très proactive pour maintenir la découverte en vie, causant plus de retards et déclenchant certains des communications les plus dures vu à ce jour dans un procès de cette ampleur.

Le tweet de Deaton est venu peu de temps après que la SEC a proposé de nouvelles règles exigeant que les plateformes incluent la juste valeur des actifs numériques qu’elles détiennent pour les utilisateurs dans leurs bilans.

Pourquoi les échanges cryptographiques pourraient être les prochains ?

Deaton affirme qu’il s’agit de la première étape d’une décision du régulateur de déposer des plaintes contre ces échanges, et nous pourrions voir des cas dès cet été.

Le récent consultatif émis par la commission semble affecter les échanges cryptographiques, les plates-formes DeFi et les fournisseurs de services de garde en général. Cependant, l’avis consultatif n’a pas fourni la clarté tant attendue de lui par la communauté.

Au lieu de cela, les règles proposées s’ajoutent au cadre réglementaire déjà complexe et vague qui protège l’espace. Dans l’avis, la SEC a souligné plusieurs risques associés à la protection des actifs cryptographiques et a cité un rapport de 2020 sur les actifs volés sur les plateformes cryptographiques en 2018.

Cependant, le régulateur a également admis qu’il avait refusé de fournir une clarté réglementaire, malgré plusieurs appels au fil des ans. En janvier, le président de la SEC, Gary Gensler, a déclaré que le régulateur examinerait les changements de plus près en 2022.

La SEC dépassera-t-elle son champ d’action ?

Bien que cette admission puisse être la première étape d’un mouvement visant à créer un cadre réglementaire, on craint que le chien de garde n’étende la portée de son autorité.

Des piratages récents dans l’industrie de la cryptographie ont éclairé ces nouvelles directives réglementaires qui s’alignent sur les déclarations que Gensler a précédemment communiquées, y compris les utilisateurs achetant de la cryptographie sur Coinbase qui ont accordé des prêts non garantis à l’entreprise.

Avec les nouvelles directives, tous les actifs numériques détenus par des investisseurs sur une plate-forme seraient considérés comme des actifs de la plate-forme. Cela affectera principalement le bilan des entreprises et les placera sous le contrôle de la SEC.

L’année dernière, Coinbase a déclaré 21,3 milliards de dollars d’actifs et de passifs dans son bilan; bien en dessous de 278 milliards de dollars d’actifs numériques qu’il détenait à l’époque. Conformément aux exigences d’enregistrement de la SEC, toute entreprise disposant de plus de 50 millions de dollars d’actifs relève immédiatement de la compétence de la SEC.

Ainsi, les fournisseurs de liquidités et les teneurs de marché automatisés pourraient n’avoir d’autre choix que de s’enregistrer auprès de la SEC si des actifs numériques sont ajoutés à leur bilan. Il existe encore d’autres propositions, telles que l’inclusion des acteurs du marché de la cryptographie, en particulier dans la définition des courtiers ou des courtiers en valeurs mobilières du gouvernement.

En fin de compte, cela signifie qu’ils devront s’inscrire auprès de la SEC et se conformer aux lois fédérales sur les valeurs mobilières et aux obligations réglementaires.

Que pensez-vous de ce sujet ? Écrivez-nous et dites-nous!

Avertissement

Toutes les informations contenues sur notre site Web sont publiées de bonne foi et à des fins d’information générale uniquement. Toute action que le lecteur entreprend sur les informations trouvées sur notre site Web est strictement à ses risques et périls.