Pourquoi nous ne pouvons pas simplement « arrêter d’imprimer de l’argent » pour faire baisser l’inflation

Jacqueline Best, professeure, École d’études politiques, l’Université d’Ottawa.
__________

Avec la Banque du Canada annonçant une hausse des taux d’intérêt surdimensionnée cette semaine, il pourrait sembler que les banques centrales sont à venir pour nous sauver une fois de plus de l’inflation. Pourtant, bien qu’elles aient joué un rôle important dans l’atténuation d’une récession induite par le COVID, les banques centrales n’ont pas le pouvoir de résoudre notre problème d’inflation.

Il ne fait aucun doute que les perspectives d’inflation aujourd’hui sont préoccupantes. Avec l’inflation qui frappe 5,7 % en mars au Canada, nous sommes confrontés à une tempête parfaite de pressions inflationnistes provenant d’une combinaison de goulots d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement, d’une demande refoulée et d’augmentations massives des prix de l’énergie résultant des sanctions russes.

Alors que les politiciens commencent à faire du bruit sur l’inflation, nous devons faire attention à ne pas accepter l’hypothèse dépassée selon laquelle les banques centrales peuvent contrôler l’inflation en limitant la masse monétaire.

L’espoir à la direction du Parti conservateur, Pierre Poilievre, a récemment affirmé que la solution à l’inflation est «d’empêcher la banque centrale d’imprimer de l’argent pour payer les dépenses du gouvernement». Ce n’est pas seulement factuellement incorrect (la Banque du Canada arrêté l’achat de grandes quantités d’obligations d’État en octobre de l’année dernière), mais également obsolètes.

L’héritage du monétarisme

À la fin des années 1970 et au début des années 1980, Ronald Reagan et Margaret Thatcher ont capitalisé sur l’inquiétude du public face à la hausse des prix en portant au pouvoir leurs gouvernements conservateurs sur la promesse de sévir contre l’inflation en utilisant le monétarisme.

Nous ne devrions donc pas être trop surpris de voir l’héritage de cette politique économique désuète perdurer chez les membres du Parti conservateur du Canada.

Un homme en costume parlant dans un micro
L’espoir du leadership conservateur, Pierre Poilievre, suit les traces de ses prédécesseurs politiques en suggérant que l’inflation est causée par trop d’argent circulant dans l’économie. LA PRESSE CANADIENNE/Patrick Doyle

Poilievre a ressuscité l’antique la théorie — appelons ça du monétarisme charlatan — que l’inflation est causée par trop d’argent circulant dans l’économie et que la solution est de réduire la création monétaire de la banque centrale. L’inflation n’a jamais été qu’une question d’argent; les banques centrales ne peuvent pas simplement agiter une baguette magique et la faire retomber.

Les limites de la politique monétaire

Alors que les banques centrales jouer un rôle important dans la maîtrise de l’inflation en fixant les taux d’intérêt, ils ne disposent pas de tous les outils nécessaires pour faire baisser l’inflation cette fois-ci – en particulier lorsque certaines des dynamiques entraînant des hausses de prix ne répondront pas aux variations des taux d’intérêt.

En tant qu’écrivain Adam Tooze fait remarquerla politique monétaire ne peut pas améliorer les goulots d’étranglement dans l’approvisionnement en micropuces – qui font grimper les prix des voitures – ou augmenter l’approvisionnement en gaz.

Même lorsque la politique monétaire est efficace pour faire baisser l’inflation, il y a toujours le risque que la banque centrale dépasse ses objectifs et plonge l’économie dans une récession – comme un nombre croissant de décideurs inquiétude peut arriver aujourd’hui.

Monétarisme charlatan

Alors pourquoi les politiciens conservateurs comme Poilievre veulent-ils nous faire croire que nous pouvons résoudre ce problème en obligeant la banque centrale à cesser d’imprimer de l’argent ? C’est le genre « d’idée de zombie » qui ne mourra pas, bien qu’elle soit s’est avéré fauxparce que sa simplicité est si politiquement attrayante.

Cette affirmation renvoie à Le célèbre dicton de Milton Friedman que l’inflation est « toujours et partout un phénomène monétaire ». La théorie monétariste défendue par Friedman et devenue très influente dans les années 1970 et au début des années 1980 supposait que la solution à l’inflation était de limiter l’expansion de la masse monétaire.

Quel est le problème avec cette idée? Le banquier américain Henry Wallich est célèbre a répondu à la déclaration de Friedman en répondant, « l’inflation est un phénomène monétaire de la même manière que tirer sur quelqu’un est un phénomène balistique. » En d’autres termes, un excès d’argent peut être en partie responsable de l’inflation, mais si vous voulez vraiment le résoudre, vous devez comprendre les causes sous-jacentes du problème.

Un homme à l'aide d'un guichet automatique bancaire
Chaque fois que nous sommes confrontés à un nouveau défi lié à l’inflation, il prend une forme différente et nécessite un ensemble de solutions différent. LA PRESSE CANADIENNE/Graham Hughes

En tant qu’économiste politique Matthew Watson a montréles économistes ne cessent de changer d’avis sur les causes plus larges de l’inflation : passant de pointer du doigt les chocs de la balance des paiements internationaux dans les années 1960 aux crise pétrolière des années 1970, l’inflation « poussée par les salaires » dans les années 1980Gouvernements’ manque de crédibilité anti-inflationniste dans les années 1990 et enfin le problème de anticipations d’inflation non ancrées au cours des dernières décennies.

Même si l’inflation d’aujourd’hui avait des causes similaires à celles des années 1970, nous ne voulons pas réessayer le monétarisme. Les banques centrales du Canada, des États-Unis et du Royaume-Uni l’ont toutes essayé à la fin des années 1970. En 1982, ils avaient abandonné parce que le monétarisme n’a tout simplement pas fonctionné.

La plupart de l’argent est en fait créé par des banques privées et ainsi les tentatives de la banque centrale pour limiter la masse monétaire sont vouées à l’échec. La banque peut influencer la demande de monnaie en augmentant ou en diminuant les taux d’intérêt, mais elle ne contrôle pas la masse monétaire elle-même.

La politique monétaire est un instrument contondant

Ce qui a finalement fait baisser l’inflation dans les années 1980, c’est une combinaison de taux d’intérêt extrêmement élevés – plus de 21 % au Canada – et la récession la plus douloureuse depuis la Grande Dépression, avec un chômage atteignant 12,8 % au Canada. Ce n’est pas une expérience que nous souhaitons renouveler.

Si le traumatisme économique des années 1970 et 1980 nous enseigne quelque chose, c’est que la politique monétaire peut être un instrument très brutal. Pour être vraiment efficace, elle doit souvent être brutale.

Bien qu’il n’y ait pas de solutions simples à nos défis inflationnistes actuels, il est clair que nous avons besoin d’une approche holistique. La récente déclaration du président américain Biden stratégie offre une alternative prometteuse. Son objectif est de lutter contre l’inflation en pressant les entreprises de réduire les coûts, plutôt que les salaires, et en rendant les médicaments sur ordonnance, l’énergie et la garde d’enfants plus abordables.

Donc, la prochaine fois qu’un politicien essaie de vous vendre un remède monétariste charlatan à nos malheurs inflationnistes actuels, demandez-lui s’il est prêt à nous faire payer à tous les coûts d’une autre bévue économique historique.La conversation

Cet article est republié de La conversation sous licence Creative Commons. Lis le article original.