Ponitka donne sa réponse à Gortat ; parle du Zénith, de la Russie et de la guerre en Ukraine


Par l’équipe Eurohoops/ info@eurohoops.net

Mateusz Ponitka a reçu de vives réactions du public après son retour au Zenit Saint-Pétersbourg. Peu de temps après, le joueur polonais a quitté l’équipe pour de bon et a tenu une conférence de presse pour répondre à toutes les questions et remettre les pendules à l’heure.

« Le 24 février, nous avons tous été choqués de voir ce qui se passait. J’étais alors en Russie, on se préparait pour les prochains matchs. Dès le début de la guerre, j’étais déterminé à mettre fin au contrat. Je vous rappelle qu’il était garanti jusqu’en 2024 des deux côtés. La situation à Saint-Pétersbourg était un peu étrange, nous ne nous sentions pas en sécurité et la sécurité de la famille était importante pour moi. Nous avons parlé au club, chaque jour apportait de nouvelles informations. Le 28 février, le club a accepté que nous partions », il a dit, par Onet Sportet a ajouté une explication cruciale.

« Cependant, ils s’attendaient à ce que si l’Euroligue ou la ligue VTB continuaient, nous nous entraînerions et jouerions. Je suis parti le 2 mars et cherchais constamment un moyen de mettre fin au contrat. Puis il y a eu mon retour en Russie. La situation contractuelle n’était pas claire, j’ai donc été obligé de venir au club. Après le match à Moscou, il est devenu clair que nous ne sommes pas capables de sauter mentalement par-dessus certaines choses. J’ai parlé à l’entraîneur et au manager que je n’étais pas capable de remplir mentalement mes fonctions. Je voulais me rasseoir pour parler. Nous sommes finalement arrivés au point où le club a accepté de résilier le contrat.

Ponitka a également indiqué très clairement qu’il est contre l’agression russe et qu’il soutient les Ukrainiens, et souhaite que ses actes restent confidentiels.

« Je suis contre l’agression russe contre l’Ukraine. La guerre est un mal énorme et cela ne devrait pas arriver. Je soutiens mentalement et matériellement l’Ukraine et les personnes liées à l’Ukraine. J’exprime ma solidarité. Nous ressentons tous la même chose et que la guerre se termine rapidement. Je ne fais pas ça pour faire applaudir quelqu’un. Je le fais pour la personne que j’aide. Je ne le fais pas en public et je préfère ne pas le commenter. Cela restera mon affaire privée.

Pendant ce temps, les relations à l’intérieur du vestiaire du Zenit ont dû être étranges et inconfortables, et Ponitka l’a confirmé.

« Au début, il y avait une légère distance entre les étrangers et les Russes. Ils ont aussi compris la situation. La distance était perceptible, mais nous sommes une équipe et nous faisions nos devoirs pendant quelques jours. Si vous travaillez avec quelqu’un pendant plusieurs années, vous développez des relations naturelles. La relation s’est refroidie, mais il est difficile de dire à quelqu’un du jour au lendemain : je ne vais pas te parler.

Il a également expliqué l’atmosphère en Russie, en particulier en ce qui concerne la liberté d’expression, c’est pourquoi il n’a pas voulu parler publiquement plus tôt.

« J’ai vécu en Russie pendant quatre ans. Là-bas, la question de s’exprimer et de s’exprimer sur l’un des côtés est un peu différente de celle de notre pays. De grands portails écrivaient que des personnes avaient été arrêtées pour des manifestations contre la guerre. Même à Saint-Pétersbourg, un ancien combattant de 80 ans a été arrêté. Je crois que par le silence, j’ai pris la meilleure décision possible concernant ma sécurité.

Enfin et surtout, Ponitka a donné sa réponse aux commentaires de son compatriote Marcin Gortat. Gortat critiquait fortement le comportement de Ponitka et cela alimentait également une négativité supplémentaire envers le joueur.

« J’ai entendu dire que je manquais de caractère et qu’il y avait de l’unité et du soutien. J’ai joué 126 matchs et je voulais demander à M. Gortat où en était son personnage dans de nombreuses situations. Par exemple, à l’EuroBasket 2013, quand il nous a interdit de parler aux journalistes. Où était-il lors de l’EuroBasket 2011, lorsque l’assurance de son contrat était plus importante que de jouer pour l’équipe nationale polonaise ? Cela a été parfaitement souligné par Łukasz Koszarek. « Marcin a souvent répété qu’il voulait être le chef d’équipe. Cependant, il doit se consacrer davantage à l’équipe. S’il ne le fait pas, le leader sera peut-être pour les fans, les sponsors et les journalistes, mais certainement pas pour les joueurs », a-t-il déclaré. Où était le personnage de M. Gortat lors de l’EuroBasket 2015, lorsqu’il s’est plaint de la pression et n’a pas pu accepter les critiques des journalistes en pourparlers avec nous, avec l’équipe ? dit Ponitka.