Plus d’entreprises de cryptographie s’installent en Suisse pour éviter les restrictions réglementaires

La Suisse reste l’un des endroits les plus attractifs d’Europe pour les entreprises de blockchain et de cryptographie qui continuent d’y affluer selon les rapports.

Des divisions semblent se former géographiquement entre les nations qui sont pro-crypto et veulent attirer l’innovation et les investissements, et celles qui ont l’intention de restreindre l’utilisation et le commerce des actifs numériques, de les taxer lourdement ou de les interdire purement et simplement.

D’un côté de la fracture numérique se trouvent des pays comme la Suisse, Singapour, les Émirats arabes unis et El Salvador. Tandis que de l’autre côté se trouvent la Chine, l’Inde, l’Iran et, dans une certaine mesure, le Royaume-Uni et les États-Unis en raison de leurs atermoiements réglementaires continus et de leurs avertissements constants.

La Suisse est l’une des juridictions les plus accommodantes d’Europe pour les sociétés de cryptographie qui s’y dirigent encore en masse selon un récent rapport dans les médias locaux.

Dérouler le tapis rouge

Le ministre suisse des Finances Ueli Maurer et Switzerland Global Enterprise, l’organisation officielle de promotion des investissements, ont profité de l’occasion pour accueillir davantage d’entreprises étrangères de blockchain lors du Forum économique mondial de Davos la semaine dernière.

En mars, la Suisse a présenté la ville de Lugano comme la «capitale européenne de la cryptographie» lorsqu’elle s’est associée à Tether pour attirer des investissements dans le nouveau hub de cryptographie. La Suisse abrite également la «Crypto Valley Association», une association indépendante soutenue par le gouvernement créée pour exploiter les forces du pays dans la construction d’un hub de crypto et de blockchain.

Plus récemment, le britannique Copper.co et le siège autrichien Bitpanda ont annoncé l’ouverture d’opérations en Suisse. Plus tôt cette année, les régulateurs financiers ont imposé des restrictions et des délais d’enregistrement aux sociétés de cryptographie opérant en Grande-Bretagne, ce qui a entraîné un exode vers des juridictions plus conviviales telles que la Suisse.

Copper.co a reçu l’approbation réglementaire pour aider les investisseurs institutionnels à se lancer dans l’espace des actifs numériques. Le PDG Dmitry Tokarev a déclaré : « La Suisse, en tant que site pionnier pour les actifs numériques, offre une base idéale à partir de laquelle développer notre présence en Europe continentale.

Les principaux échanges BitMEX et FTX ont également élu domicile dans la nation européenne.

Moins d’obstacles réglementaires en Suisse

Contrairement à la plupart des pays dont les régulateurs financiers sont largement pilotés par la banque centrale et les décideurs ayant une connaissance très limitée de l’industrie de la cryptographie, la Suisse gère un système d’organismes d’autorégulation (OAR). Selon Swissinfo.ch :

« Les OAR suisses agissent comme un relais entre les entreprises financières et l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma). »

Ils établissent leurs propres normes AML (anti-blanchiment d’argent), surveillent la conformité des membres et rendent compte à la Finma en tant qu’entité plutôt que des entreprises individuelles devant répondre directement aux régulateurs financiers.

Il s’agit d’un système beaucoup plus efficace et flexible pour les échanges cryptographiques qui sont en grande partie traités de la même manière que les maisons de courtage et les banques traditionnelles aux États-Unis et dans d’autres pays restrictifs.

La Suisse compte 11 OAR ouverts aux entreprises de cryptographie pour s’enregistrer et s’autoréguler, ce qui facilite grandement les affaires dans le pays. Alors que certains pays tentent d’annuler la cryptographie, il y aura toujours des endroits tournés vers l’avenir comme la Suisse qui resteront un pôle d’attraction pour l’innovation.

Clause de non-responsabilité

Toutes les informations contenues sur notre site Web sont publiées de bonne foi et à des fins d’information générale uniquement. Toute action que le lecteur entreprend sur les informations trouvées sur notre site Web est strictement à ses risques et périls.