Paunic du Lokomotiv parle de la vie à Krasnodar, des voyages, des finances et de la pression sur les joueurs


Par l’équipe Eurohoops / info@eurohoops.net

Il s’est passé beaucoup de choses depuis le début de la guerre en Ukraine et une tempête s’est abattue sur le monde du basket, en particulier sur les clubs russes qui ont été « expulsés » des compétitions européennes.

Ivan Paunic du Lokomotiv Kuban est l’un des joueurs qui, malgré son opposition à toute forme de guerre, pense que le sport doit être séparé de la politique. Il a parlé au point de vente serbe Mozzar Sport sur toute la situation et à quoi ressemble sa vie sportive quotidienne alors qu’il continue de jouer pour l’équipe.

Mis à part les voyages, c’est à peu près comme d’habitude en Russie.

« Je dois dire que rien n’a trop changé dans la ville, la vie est la même, bien sûr, tout le monde parle des sanctions qui sont présentes. Cependant, Krasnodar est dans une situation particulière. En raison de sa proximité avec l’Ukraine, plus précisément avec Marioupol, cela complique considérablement les choses car nous devons d’abord prendre le train, principalement jusqu’à Sotchi, puis peut-être un bus, et seulement ensuite un avion. C’est très compliqué de voyager maintenant », Paunic s’est expliqué puis a évoqué la pression ressentie par les joueurs qui les a poussés à quitter la Russie.

« Je sais qu’il y avait beaucoup de pression sur les joueurs européens qui sont en Russie. Ils ont menacé de leur retirer leur passeport s’ils ne quittaient pas les clubs. Je lis aussi le cas de Jerebko qui a signé au CSKA, les Suédois disent déjà qu’il ne pourra pas jouer pour l’équipe nationale. Quant aux Américains, ils ont reçu des e-mails leur disant qu’il serait souhaitable qu’ils quittent le pays, le plus gros problème pour eux était l’argent car les transactions monétaires entre la Russie et l’Amérique étaient interdites en raison des sanctions. Cependant, je sais qu’ils ont réussi, maintenant ils envoient de l’argent via la Chine, donc ce problème a été résolu.

Les listes ayant été radicalement modifiées en raison du départ des joueurs de Russie, Paunic pense que cela a en fait aidé le Lokomotiv, car ils semblent maintenant mieux jouer en équipe.

« Plusieurs Américains nous ont quittés, et cela a semblé ouvrir un espace pour que tout le monde joue davantage en équipe. Le ballon bouge, nous jouons du bon basket. Notre leader est Eric McCollham, qui joue vraiment bien. Nous avons battu Unics et pour cela, le patron nous a offert un gros bonus, il a promis la même chose si nous battons Zenit, donc nous avons ce motif.

En parlant de bonus, Paunic a confirmé que le club n’avait eu aucun problème financier, sauf pendant une courte période lorsque l’inflation a commencé et que les roubles n’étaient pas stables.

« Le club n’a jamais été en retard de paiement, pas même un jour. Cependant, lorsque le conflit a commencé, les paiements avaient 10 jours de retard, mais maintenant c’est réglementé. Le problème était en fait l’inflation, le taux de change était trop instable. Lorsque la situation avec le taux de change s’est stabilisée, les salaires ont commencé à arriver régulièrement comme avant. Lokomotiv est connu pour cela, derrière nous se trouve un sponsor sérieux, une entreprise publique – les chemins de fer russes.