Miami va utiliser PlanetWatch et Algorand pour surveiller la qualité de l’air

Miami se prépare à être l’une des premières grandes villes américaines à surveiller la qualité de son air à l’aide d’un réseau décentralisé de l’Internet des objets (IoT) construit sur Algorand.

La société française Planetwatch, spécialisée dans les technologies environnementales, a développé cinq types différents de capteurs de qualité de l’air. Grâce au financement du fonds PLANETS de 10 millions de dollars de Borderless Capital, les capteurs seront déployés dans toute la ville, y compris dans les maisons des habitants.

Chaque capteur détecte la concentration de la pollution atmosphérique dans une zone donnée. Une fois combinés en réseau, ils aideront les habitants et les responsables de la ville à analyser les endroits où les niveaux de pollution sont les plus élevés. Les données recueillies par les capteurs seront enregistrées sur la blockchain Algorand, ce qui les rendra inviolables et permanentes.

Le maire de Miami, Francis Suarez, est un défenseur de longue date de l’utilisation de la technologie blockchain. Il a déclaré lors de la DeCipher à Miami le 29 novembre :

« Les données issues de ce projet joueront un rôle crucial dans nos efforts d’adaptation au climat ainsi que dans nos ambitions de faire de Miami un épicentre des marchés financiers numériques. »

Les résidents qui acceptent de faire fonctionner un capteur dans leur maison seront récompensés par des jetons Planète (Planets). Les planètes peuvent être vendues contre de l’argent sur le marché libre ou être échangées contre des Earth Credits. Les Earth Credits sont des jetons non échangeables que PlanetWatch utilise comme monnaie interne pour ses produits et services.

Voir aussi : Les DAO font du bien social avec des produits DeFi générateurs de rendement

Algorand est une blockchain à bilan carbone négatif. Algorand a aussi récemment obtenu un financement de 1,5 milliard de dollars de la part de Matt Zhang, ancien cadre de Citi.