Miami Heat Guard Max Strus veut rester à long terme

Garde de la chaleur de Miami Max Strus a eu un parcours improbable pour devenir titulaire dans la meilleure équipe de l’Est.

Strus a passé ses deux premières saisons à jouer au basketball universitaire de division II à l’Université Lewis avant d’être transféré à l’Université DePaul. Après avoir été non repêché, il a finalement atterri avec les Chicago Bulls, l’équipe de sa ville natale, mais a subi une déchirure du LCA. Puis, quand il a pensé que sa carrière dans la NBA pourrait être terminée avant qu’elle ne gagne du terrain, le Miami Heat l’a appelé et lui a permis de concourir pour une place sur la liste.

Après avoir décroché un contrat à double sens avec le Heat, Strus a assez bien joué pour signer un contrat pluriannuel. Maintenant, Miami a une fiche de 13-2, avec Strus comme partant avant les séries éliminatoires.

Après un entraînement avec le Heat, Strus a parlé avec HoopsHype au téléphone et a discuté de son parcours vers la NBA, comment une conversation avec son entraîneur à DePaul a changé sa vision des choses, dans les coulisses avec le Heat, Jimmy Butler en tant que coéquipier, son désir de rester à Miami à long terme, et bien plus encore.

Lorsque vous avez été transféré de l’Université Lewis de DII à DePaul, vous voyiez-vous comme un gars qui pourrait se rendre en NBA ?

Strus : Non, je n’ai jamais pensé que je serais dans la NBA. Cela n’a jamais vraiment été une de mes pensées. Vous pouvez même demander à mon entraîneur universitaire lors de ma visite. Je me suis assis avec lui et quand ils m’ont demandé où je voulais que ma carrière de basketteur aille, j’ai dit: « Je me vois aller jouer à l’étranger et essayer de gagner ma vie en jouant au basket. » En partant de D-II et là où j’étais à ce moment-là, je pensais que ça allait être l’Europe ou l’outre-mer. Mais ensuite, pendant mes premiers jours sur le campus de DePaul, après les premiers entraînements, l’entraîneur Dave Leitao m’a appelé dans son bureau. Il a dit: «Vous devez changer vos objectifs ici. Vous pouvez jouer en NBA. Vous avez ce qu’il faut. C’est ce qui a changé mon état d’esprit et ce qui m’a poussé à vouloir en arriver là où je suis aujourd’hui.

Qu’est-ce qui vous est passé par la tête quand vous n’avez pas été repêché ?

Strus : La nuit du brouillon a été une longue nuit. Je pensais qu’il y avait une chance que j’aurais pu y aller à la fin du deuxième tour. Je savais que ce serait ça ou non rédigé. C’est ce soir-là, à la fin du repêchage, que j’ai reçu un appel les Celtics voulaient me signer pour un match à double sens. Bien que je n’aie pas entendu mon nom être appelé, ce fut tout de même un succès le soir du repêchage, obtenant un aller-retour et une opportunité.

À quoi ressemblait le processus de retour de votre blessure au LCA ?

Strus : C’était dur. J’étais assez positif à travers tout cela. Je savais qu’être négatif et penser « Pourquoi moi ? » n’allait pas être la réponse et m’aider en aucune façon. J’ai essayé de rester positif et d’attaquer la rééducation chaque jour. En ce qui concerne ma carrière de basket-ball, je ne savais pas où elle allait aller. J’étais un peu dans les limbes. Je ne savais pas si j’aurais une autre chance ou non parce que je n’avais pas beaucoup d’opportunités avant de me blesser. J’ai en quelque sorte eu de la chance avec le Heat qui m’a donné une opportunité. C’était vraiment tout ce que j’avais, alors j’ai dû sauter dessus et en profiter. Il y avait beaucoup d’inconnues pendant le processus de réadaptation, essayant de revenir et de revenir à la normale.

Quelle a été votre expérience à Miami depuis que vous avez eu cette opportunité ?

Strus : Je pense qu’ils font du bon travail en faisant leurs recherches sur les gars à l’avance, pas seulement en termes de talent, mais qui sont les gars en tant que personnes et comment ils sont construits. Je pense qu’ils font du bon travail en approfondissant cela et en sachant exactement qui ils vont avoir. Une fois que vous êtes ici, il est assez facile d’être qui je suis pour plonger dans cette culture du travail acharné et en tirer le meilleur parti. C’est ainsi que ma carrière s’est déroulée. C’est exactement ce que j’ai fait pour en arriver là. Cela convenait parfaitement. La façon dont ils font les choses ici correspond vraiment à ma vision de qui je suis et de la façon dont je me suis amélioré en tant que joueur.

Y a-t-il quelque chose que Miami a fait pour vous aider à franchir la prochaine étape de votre carrière ?

Strus : C’est vraiment l’occasion. L’organisation et les entraîneurs du personnel de développement des joueurs s’en soucient vraiment. Ils veulent être ici et rendre les gars meilleurs. Je pense que les efforts et le temps qu’ils y consacrent et qu’ils sont toujours là pour vous aident vraiment. Après ça, Erik Spoelstra est l’un des entraîneurs les plus opportunistes de la ligue. Il donne une chance aux gars. Vous pouvez voir avec son histoire comment il est devenu entraîneur à travers la salle de coordination vidéo. Il apprécie les gars qui mettent du temps et du travail. En fin de compte, il va leur donner une chance. Il ne tient qu’à vous d’en profiter. Je ne pouvais rien demander de mieux.

Après avoir fait équiper Kyle Lowry et PJ Tucker avec Bam Adebayo et Jimmy Butler, vous attendiez-vous à être la tête de série n ° 1 à l’Est?

Strus : Je savais dès le premier jour du camp d’entraînement que nous allions avoir une chance. Nous avons ajouté trois gars (Kyle Lowry, PJ Tucker et Markieff Morris) qui ont remporté des championnats au cours des trois dernières années. Cela allait nous être d’une grande aide. Nous avions du talent l’année dernière et nous venons d’ajouter plus de vétérans qui sont déjà passés par là et qui l’ont fait. L’énergie et le leadership qu’ils ont apportés depuis le premier jour que je connaissais nous aideraient. Je pense que nous avons de très bonnes chances de faire un long parcours en séries éliminatoires. L’Est est difficile, mais si nous jouons notre jeu et faisons ce que nous avons fait toute l’année, je pense que nous devrions avoir une bonne chance de nous battre à la fin.

Avez-vous pensé à votre avenir avec Miami à long terme ?

Strus : J’essaie de le prendre d’année en année. J’aimerais être ici. Je pense que ça a été formidable pour ma carrière, et je pense que je suis un bon candidat pour le Heat et ce que nous faisons ici. J’essaie de ne pas trop m’impliquer là-dedans parce qu’on ne sait jamais ce qui va se passer. Quoi qu’il arrive, je vais être prêt et continuer à jouer comme j’ai joué. Espérons que tout s’arrange.

Avez-vous considéré Joe Harris comme une similitude pour votre parcours ?

Strus : 100 pourcent. C’est d’après lui que j’ai modelé tout. C’est plus facile qu’il soit aussi avec mon agence (Priority Sports). Ils ont dit Joe Harris à moi depuis le premier jour. Son cheminement de carrière a été de lutter ses deux premières années, d’être renoncé à Cleveland, d’aller dans la G League, puis d’avoir une chance à Brooklyn et d’en profiter. Son nombre ne cessait d’augmenter. C’est certainement quelque chose que j’ai étudié. J’ai eu l’occasion de parler à Joe à quelques reprises. Il a été d’une grande aide. Ayant Marc Bartelstein filtrer tout cela et me guider à travers cela a été d’une grande aide à coup sûr.

Quels sont tes projets à long terme?

Strus : C’est assez fou la vitesse à laquelle les choses sont allées. Je commence avec la graine n ° 1 à l’Est. Ça a été un voyage fou. Je ne sais pas où va ma carrière. Évidemment, avec la façon dont je joue, j’espère pouvoir le faire pendant très longtemps. C’est le but. Rester et jouer aussi longtemps que possible et avoir une carrière réussie. Tout ce que j’ai décidé et essayé de faire en matière de basket-ball, j’ai en quelque sorte accompli. Je continue de réinitialiser la barre et de continuer à atteindre ces objectifs. Et après? C’était ma mentalité. Ne t’installe pas là où je suis. Continuez à vous battre pour la suite.

Qu’avez-vous pensé de Jimmy Butler et Erik Spoelstra se disputant sur la touche, et comment décririez-vous Jimmy en tant que coéquipier ?

Strus : C’était tout à fait normal. Nous le faisons très souvent. C’est juste une dispute fraternelle qui s’est déroulée dans un lieu public où il y avait beaucoup de gens qui regardaient. Il n’y a vraiment rien à faire. Jimmy est un personnage. En fin de compte, c’est une personne formidable et un excellent coéquipier. C’est une bonne personne à avoir dans votre coin. Il se soucie vraiment de vous, veut vous voir bien faire et veut vous aider à devenir un grand joueur de basket. Il peut être mal interprété parce qu’il se soucie de lui et veut gagner. C’est tout ce que c’est. Il va faire ce qu’il faut et jouer extrêmement fort. Il attend la même chose de vous. Quiconque est construit comme ça, Jimmy va rocker avec. C’était génial pour moi. Il sait exactement ce qu’il obtient de moi à chaque fois. J’ai voulu cette opportunité et je ne vais pas la laisser passer. Je vais continuer à jouer dur et donner tout ce que j’ai chaque soir.

Enfin, vous faites partie de la Fondation Weishar. Quel est le but ?

Strus : Un de mes meilleurs amis en grandissant, Nic Weishara joué au football à Notre Dame, et nous avons grandi en jouant au basket ensemble, et son frère aîné était Andrew Weishar, décédé d’un cancer du côlon à l’âge de 21 ans. Andrew était un combattant. Lorsqu’il était dans ses derniers jours, il a demandé à ses deux frères de le rembourser. Toutes les familles qui étaient là pour lui et ont aidé leur famille à traverser les moments difficiles, il voulait le rembourser. Ils ont commencé le Fondation Andrew Weishar en son honneur. Ils collectent des fonds et en font don aux familles qui luttent contre le cancer. Habituellement, ce sont des adolescents ou des enfants qui vivent un cancer. Ils remettent un chèque aux familles. Je voulais être impliqué depuis le jour où ils ont fait ça parce que je pense que c’est incroyable, et ce sont des gens incroyables. Ce qu’ils font est spécial. Maintenant, je m’implique davantage. Ils font une prestation musicale chaque année. C’est quelque chose dont je suis honoré de faire partie.

Vous pouvez suivre Michael Scotto (@MikeAScotto) sur Twitter.