Métafichiers 8 actifs numériques et demandes de marque Web 3

Meta, anciennement Facebook, a déposé huit demandes de marque auprès de l’Office des brevets et des marques des États-Unis, ou USPTO, concernant la technologie blockchain et son métaverse proposé. Les applications et leurs domaines d’intérêt sont les suivants, organisés par numéro de série :

  • 97320155 : Services de réseautage social et de rencontres en ligne, y compris une branche spécifique conçue pour le réseautage entre les investisseurs en crypto-monnaie.
  • 97320153 : Conception et développement de matériel informatique et de logiciels liés au Web3, y compris les jeux, le commerce électronique, les transactions blockchain, etc.
  • 97320149: Services de divertissement et d’édition électronique, en partie dans le cadre de la réalité virtuelle.
  • 97320147 : Services de télécommunication pour les actifs électroniques détenus sur sa plate-forme.
  • 97320146: Services de traitement des transactions financières relatives aux jetons, actifs blockchain, crypto-monnaies et autres actifs virtuels.
  • 97320144 : Services publicitaires via les réseaux de réalité virtuelle ou augmentée et le métaverse.
  • 97320140: Périphériques portables pour jeux vidéo connectés à la réalité virtuelle.
  • 97320136 : Logiciel téléchargeable sous forme d’application mobile, par exemple pour l’authentification d’utilisateurs, la collecte de fonds caritative en ligne et, plus particulièrement, pour le matériel informatique ou les portefeuilles électroniques.

Ça peut prendre jusqu’à huit mois pour que l’USPTO traite les demandes de marque depuis leur dépôt initial. De même, Monster Energy et le La Bourse de New York a également récemment déposé des demandes de marque relatives aux actifs numériques et au métaverse.

La semaine dernière, Mark Zuckerberg, PDG de Meta, a déclaré qu’Instagram serait bientôt intégrant les NFT dans ses différents produits. Mais toutes les entreprises de cryptographie ne se sont pas avérées positives pour le géant du Web3. À peu près au même moment, la Commission australienne de la concurrence et de la consommation a poursuivi Meta en justice pour des allégations selon lesquelles il aurait eu une « conduite fausse, trompeuse ou trompeuse » en publiant sur sa plate-forme des publicités crypto frauduleuses de célébrités qui auraient entraîné des pertes pour les investisseurs.