Meta est sur le point de répéter tous les méfaits dans sa nouvelle version de métaverse, les alarmes des dénonciateurs de Facebook

  • Frances Haugen s’inquiète du fait que Facebook répète tous les « mal » dans sa version Metaverse.
  • Le dénonciateur de Facebook affirme que Meta collectera de manière inappropriée les données et la confidentialité des utilisateurs dans le Metaverse, tout comme il l’a fait avec l’application de médias sociaux.

La dénonciatrice de Facebook, Frances Haugen, a exprimé ses inquiétudes quant à la manière dont Meta, officiellement Facebook, gère les informations et la confidentialité. Elle craint que Meta ne répète toutes ses erreurs passées. S’exprimant dans une interview avec Politico, le lanceur d’alerte a déclaré:

Ils ont fait des promesses très grandioses sur la sécurité dès la conception dans le métaverse. Mais s’ils ne s’engagent pas en faveur de la transparence, de l’accès et d’autres mesures de responsabilité, je peux imaginer voir une répétition de tous les méfaits que vous voyez actuellement sur Facebook.

Haugen craint le traitement des données du métaverse Facebook

L’expérience de travail de Frances Haugen chez Facebook lui donne un aperçu du traitement des données privées. En raison de ce privilège, le lanceur d’alerte s’est inquiété de la manière dont Meta mène ses opérations de confidentialité. L’année dernière, Haugen a publié des dizaines de milliers de documents internes de Facebook au Wall Street Journal et à la SEC. Cette préoccupation alimente sa peur pour la collecte et l’utilisation des données des utilisateurs dans le métaverse. Exprimant davantage ses inquiétudes, elle a déclaré:

Je suis super préoccupé par le nombre de capteurs impliqués. Quand nous faisons le Metaverse, nous devons mettre beaucoup plus de microphones de Facebook ; beaucoup plus d’autres types de capteurs dans nos maisons. Vous n’avez plus vraiment le choix de savoir si vous voulez ou non que Facebook vous espionne à la maison. Nous devons simplement faire confiance à l’entreprise pour faire ce qu’il faut.

Apparemment, Frances Haugen n’est pas la seule personne à s’inquiéter de Facebook. Des études ont montré que de nombreuses personnes ne font pas confiance à Meta en matière de confidentialité. Le PDG de Proton Technologies, Andy Yen, a également fait part de ses inquiétudes concernant le pouvoir monopolistique que possèdent les grandes entreprises technologiques comme Meta. L’entrepreneur dit la semaine dernière que ProtonMail ne pourrait survivre que grâce à la bonne volonté des géants de la technologie. En 2021, Andy Yen avait fait part de ses inquiétudes quant au fait que les géants de la technologie aient un contrôle total sur le Metaverse via leurs produits. Il postule qu’il ne faut pas faire confiance à Meta pour les questions de confidentialité dans le Metaverse jusqu’à ce que l’entreprise modifie son modèle commercial. De plus, des données récentes montrent que plus de 75 % de la communauté Meta ne font pas confiance au maintien de la confidentialité de l’entreprise sur le Metaverse.

Lire la suite: 77 % des gens ne veulent pas que Facebook exécute le métaverse alors que 93 % approuvent les jeux play-to-earn : Sondage

Facebook collecte des données dans le métaverse

Soutenant les affirmations d’Andy Yen, l’Electronic Frontier Foundation (EFF) convient que les casques de réalité virtuelle et les lunettes de réalité augmentée, entre autres appareils, facilitent la collecte de données. Ainsi, les entreprises peuvent envahir les maisons, les pensées et les vies, contrairement à ce que représente l’EFF.

L’EFF est fier de profiter de la liberté des personnes dans l’espace numérique. Par conséquent, il craint que les données collectées et utilisées pour la publicité ciblée ne provoquent une « psychographie biométrique ». Des tiers pourraient monétiser la fondation craint que des informations ne soient recueillies sans un accord formel.

Pendant ce temps, en Chine, le Metaverse fait le tour de diverses manières. Comme Facebook, WeChat est la plate-forme de médias sociaux en Chine, avec plus d’un milliard d’utilisateurs et 850 millions d’utilisateurs actifs. La plate-forme rassemble des informations sur les utilisateurs en grande quantité et le gouvernement a accès à tous les détails et contenus.

En janvier, Reporters sans frontières (RSF) a sévèrement critiqué la politique de confidentialité de WeChat. RSF a imploré les journalistes de se protéger contre la surveillance chinoise lors de leurs reportages in situ, déconseillant de télécharger des applications comme WeChat et TikTok.