Messine sur les affaires Mitoglou-Moraschini : Nous avons une tolérance zéro en matière de dopage


Par l’équipe Eurohoops/ info@eurohoops.net

L’entraîneur d’Olimpia Milano, Ettore Messina, a abordé les cas de dopage de Dinos Mitoglou et Riccardo Moraschini, affirmant que le club ne tolérerait aucune utilisation de substances interdites, que ce soit intentionnel ou non.

« Je ne ferai qu’un commentaire général », a déclaré Messina lorsqu’on lui a demandé comment il avait reçu les nouvelles récentes concernant Mitoglou testé positif au dopage, après la victoire de son équipe sur le Bayern Munich. « Nous, en tant que club, croyons qu’il faut toujours faire le maximum pour concourir de la bonne manière à la fois dans le passé et aujourd’hui, ainsi que dans l’avenir en nous respectant, nos adversaires et le jeu lui-même. En ce qui concerne ce qui s’est passé avec Moraschini et Mitoglou, même si nous attendons toujours d’autres nouvelles sur Mitoglou et comment cela va se développer, pour nous en tant que club et pour le groupe que nous représentons, l’important est – à ce stade, je réaffirmons que nous avons une politique de tolérance zéro en matière de dopage, qu’il soit involontaire ou délibéré. La seule chose qui compte, c’est le fait que nous ne pouvons pas accepter le dopage.

Milano s’est séparé de Moraschini lundi (28/3), près de quatre mois après que le joueur a reçu une suspension d’un an pour avoir été testé positif au métabolite clostebol. Mitoglou a été temporairement suspendu par le club, en attendant une nouvelle évaluation de son cas.

« J’espère que Mitoglou aura une chance de s’expliquer et j’espère qu’il y a eu une erreur », a déclaré Messina. «Mais encore une fois, l’important, ce sont nos directeurs, les directeurs du club et le groupe de propriétaires que nous représentons. Je suis extrêmement mécontent, surtout pour notre personnel médical et les physiothérapeutes qui s’occupent des blessures. Car ce sont eux qui se rappellent quelles sont les règles, ce qui peut être pris, ce qu’il est absolument interdit de prendre du premier jour à la fin de la saison, et ils sont attentifs à tout. Donc, si ces choses arrivent hors de là, que ce soit involontairement, à cause de la malchance ou délibérément, ce que je ne sais pas parce que je ne suis pas la police pour enquêter sur l’affaire, c’est quelque chose qui me dérange beaucoup, qui nous dérange beaucoup . Et surtout, cela nous dérange que cela puisse être, même de très loin, associé au personnel médical qui travaille avec les joueurs du matin au soir tous les jours avec une extrême attention.