L’initiative Moon Landing apporte la neurodiversité aux NFT et soutient les associations artistiques à but non lucratif.

Les jetons non fongibles, ou NFT, sont des certificats de propriété représentant des œuvres d’art numériques, de la musique, des vidéos, des enregistrements audio, des souvenirs, etc. Ils ont rapidement gagné en popularité au cours de l’année dernière pour leur capacité à permettre aux artistes de tous les jours de créer et de vendre du contenu. En fait, OpenSea, la plus grande place de marché de NFT au monde, a récemment dépassé 1,6 milliard de dollars en volume d’échange mensuel.

Comme les œuvres d’art physiques, les NFT peuvent également être vendus aux enchères à des fins caritatives ou donnés à des groupes à but non lucratif avec de généreuses déductions fiscales. Qu’il s’agisse de financer la construction d’une école en Ouganda ou d’aider les travailleurs de la santé en première ligne, les chutes de NFT à but non lucratif peuvent jouer un rôle décisif dans l’amélioration de la société.

Dans une interview exclusive avec Cointelegraph, Lisa Slominski et Nick Dehadray, cofondateurs de Moon Landing, une nouvelle initiative pour la neurodiversité dans l’espace NFT, ont discuté de leur prochaine vente aux enchères NFT soutenant des artistes contemporains atteints de déficience intellectuelle et du studio à but non lucratif dans lequel ils travaillent. Le thème clé des pièces est celui de la culture pop et de la nostalgie, entrelacé avec des moments de lutte et de persévérance issus de la vie quotidienne des artistes. La collection est appelée NFToons, qui peut être visualisé maintenant et disponible pour enchères publiques à partir de janvier 2022.

Cointelegraph : Dites-moi, s’il vous plaît, qui sont certains des artistes derrière votre projet NFT ?

Lisa Slominski : Bien sûr, le premier projet est NFToons, qui regroupe huit artistes travaillant avec Project Onward, un organisme à but non lucratif de Chicago qui soutient les artistes ayant des déficiences intellectuelles et des besoins sociaux variés. Parmi ces huit artistes, l’une d’entre elles est une merveilleuse artiste nommée Ruby Bradford. J’ai déjà organisé des expositions avec elle, et sa pratique s’articule autour de Superman et des chats, qu’elle associe à la compassion et à l’appartenance. Pour NFToons, nous avons donc repris l’une de ses peintures emblématiques représentant Superman sous la forme d’un chat, puis nous l’avons animée, en la déplaçant hors de l’écran, et elle chante en fait la bande-son du NFT .mp4, où elle interprète en chat la chanson sur le thème de Superman. C’est donc un exemple.

Un autre artiste s’appelle Louis Demarco. Et en fait, j’ai aussi un de ses dessins là-bas (elle montre une œuvre d’art sur la cheminée derrière elle). Mais il fait des œuvres très intéressantes qui s’appellent « Words to live by ». Il fait beaucoup de travaux dans l’espace technologique basés sur des mantras qu’il se dit à lui-même. Ce qu’il a aussi fait, c’est développer son propre scénario comme dans un groupe. Il a donc développé un concept pour une émission de télévision appelée « Toasters », et c’est son propre mash-up de « Friends » et « Cheers ». Il a donc créé un épisode pilote dont nous ferons la promotion sur Twitter et Instagram, pour que tout le monde puisse le regarder. Son NFT est son dessin du décor de l’appartement de deux des personnages. Et il a également créé sa propre bande sonore pour la série télévisée. C’est donc l’audio de celle-ci.

CT : Alors, je lis le communiqué de presse. Apparemment, une partie des recettes sera reversée à une œuvre de charité ; de quelle organisation s’agit-il ?

LS : La charité est leur studio. Tous ces artistes travaillent dans un atelier d’art de jour, le Project Onward. Project Onward est une association à but non lucratif 501(c) (3) [Legal U.S. federal income tax-exempt non-profit entity] à Chicago qui soutient ces artistes handicapés. Ainsi, 80 % des ventes seront reversées à ce studio et aux artistes. Moon Landing prévoit que chaque projet soit une collaboration avec un studio à but non lucratif qui soutient les artistes handicapés. Nous travaillons avec leurs artistes pour créer des NFT et les recettes sont reversées aux artistes et aux studios. Notre deuxième projet sera réalisé avec le studio Arts Project Australia, à Melbourne.

CT : Qu’est-ce qui vous a inspiré, en particulier, à travailler avec ces artistes pour les aider à raconter leur histoire ?

LS : Bien sûr, alors j’ai en quelque sorte travaillé dans le domaine plus large de l’art contemporain de la neurodiversité pendant trois ans. J’avais l’habitude de travailler uniquement dans l’art contemporain, et j’ai travaillé pour une organisation ici à Londres, qui s’appelle Museum of Everything, et ils regardent ce que beaucoup de gens appellent « l’art outsider », qui est un terme problématique, mais, il inclut souvent une sorte d’artistes handicapés, des artistes qui sont autodidactes, des artistes de positions marginalisées. Quoi qu’il en soit, après être sorti de là et avoir commencé à travailler sur mon projet indépendant, j’ai vraiment découvert que j’étais exposé à des artistes handicapés. J’ai trouvé les œuvres d’art qui sortaient de ces studios absolument incroyables.

Et j’ai commencé à me dire, ce sont juste des artistes contemporains, même s’ils sont handicapés. Ce sont de jeunes artistes contemporains, alors j’ai commencé à les intégrer dans les expositions dont j’étais le commissaire. J’ai écrit quelques articles sur eux pour Artsy. Mais, plus précisément, ces studios, alors au niveau international, il y a probablement 30 à 50 versions différentes de ces studios à but non lucratif qui créent un développement professionnel et des environnements créatifs pour les artistes ayant des besoins sociaux et des handicaps variés pour développer une pratique créative. J’ai rencontré Nick il y a quelques années ; il a réalisé des animations promotionnelles pour certaines des expositions dont j’étais le commissaire, et ensuite, oui. En m’appuyant sur cette expérience, j’ai réalisé qu’avec son intérêt pour les NFT et la diversité créative et mon intérêt, ce serait une excellente occasion de faire quelque chose d’intéressant et de significatif dans l’espace NFT.

Nick Dehadray : Oui, je pense que ce que j’ai vu, c’est la façon dont l’espace NFT soutenait les artistes autodidactes et qu’il y avait une communauté très forte autour de cela, et c’est toujours le cas. J’ai donc pensé que cela correspondait vraiment à ce type de travail, des artistes neurodivers qui apprennent par eux-mêmes et créent de l’art pour le plaisir des autres. Il semble donc logique que les NFT puissent être un excellent espace de vente pour eux, alors que je pense que sur le marché de l’art contemporain, les prix ne sont pas vraiment élevés. Il se peut donc qu’ils aient plus de chance de vendre leurs œuvres dans l’espace NFT.

CT : C’est plutôt une question technique ; avec les prix très élevés de l’Ethereum, il peut coûter des centaines de dollars pour frapper un NFT. Allez-vous fournir un soutien financier aux artistes lors de la vente aux enchères ?

ND : Eh bien, nous allons procéder à une vente aux enchères via OpenSea. Donc la frappe sera faite par les personnes qui achètent, et nous le ferons sur Ethereum pour celui-ci, mais nous avons également considéré d’autres monnaies comme Polygon, où il n’y a pas de frais de gaz sur lightspeed. Mais pour l’instant, l’Ethereum a toujours une plus grande part d’utilisation. Il semble donc logique d’opter pour cette monnaie pour le moment.

LS : Oui, nous travaillons directement avec les studios qui s’occupent de tout cela à l’avance.

CT : Voulez-vous inclure une déclaration de mission sur votre travail ?

LS : Oui, juste deux ou trois choses pour faire suite à ce que Nick a dit. Il y a quelques parallèles, je veux dire la diversité en général, dans la sphère de l’art contemporain est une lutte, et la neurodiversité est une nouvelle lutte. Et il y a des discussions en ce moment sur, comme je suis allé à une conférence hier soir, qui s’appelait ‘Can We Be Artists?’, et qui parlait des artistes neurodivers qui se taillent un espace de perspective dans le monde de l’art. Je pense donc que l’espace NFT a la possibilité de démocratiser les choses et de créer un accès direct des créateurs au public. Il a un grand potentiel et peut vraiment élever beaucoup d’artistes qui pourraient autrement trouver des points d’accès difficiles dans le monde de l’art, ce que je trouve très intéressant. Et puis, vous savez, nous essayons d’élever ces artistes, d’élever ces organisations à but non lucratif. Nous savons que les gens dans l’espace NFT s’interrogent sur la diversité, sur la neurodiversité. Mais il est difficile de se connecter à eux.

ND : Oui, c’est l’une des difficultés que nous rencontrons. Parce qu’il y a de grands influenceurs, comme gmoney, qui font des commentaires disant que nous avons besoin de plus de diversité dans l’espace. Mais nous ne sommes pas visibles pour le moment parce que nous venons de nous lancer. Mais nous essayons d’envoyer un message à gmoney, mais il ne répond pas.

LS : Donc oui, c’est en quelque sorte ça. Évidemment, l’espoir est que NFToons soit le projet initial. Ensuite, Moon Landing poursuivrait cette initiative. Nous avons donc deux autres studios de soutien que nous avons déjà à l’esprit pour réaliser d’autres projets avec le même intérêt : travailler avec les organisations à but non lucratif pour soutenir les artistes handicapés, en les laissant créer des TNT uniques. Et les mettre à la disposition des artistes et des organisations à but non lucratif.

ND : Et c’est une assez bonne façon de les introduire à [inaudible] avec lesquelles ils ne pourraient peut-être pas travailler. Par exemple, nous nous sommes intéressés à un artiste, Terry Williams, de Art Project Australia, qui a réalisé des sculptures d’astronautes. Mais nous pouvons les numériser en 3D et, grâce à cette technique, les transformer en NFT. Et nous ne pourrions peut-être pas le faire autrement. Il y a donc de très bonnes occasions de permettre aux artistes d’utiliser des technologies qu’ils n’auraient pas envisagé d’utiliser ou auxquelles ils n’auraient pas eu accès autrement.

Référence de l’œuvre d’art : Ruby Bradford, Superman Cat, 2021 NFT, .mp4 | Redessiné dans le style de Cointelegraph