L’idée géniale du PGA Tour pour lutter contre la menace saoudienne

Si les principaux circuits de golf veulent vraiment développer le jeu, ils doivent commencer par le bas, écrit Alex Perry.

Bonjour. Bienvenue à l’édition de cette semaine de The Slam. Et, oui, nous parlons toujours de ces fichues ligues de golf indépendantes. Désolé pour ça. Vous pouvez partir maintenant, je ne serai pas blessé.

Comme promis dans le titre, le PGA Tour a trouvé un moyen génial de contrer les plans de la Super Golf League, soutenue par les Saoudiens, et de la Premier Golf League, soutenue par les Saoudiens, qui insistent pour ne pas l’être, d’organiser des événements mixtes, sans coupe, avec de grosses sommes d’argent dans le monde entier, en organisant ses propres événements mixtes, sans coupe, avec de grosses sommes d’argent dans le monde entier.

D’après Eamon Lynch de Golfweekle PGA Tour organisera entre quatre et six – donc, cinq ? – chaque saison en Europe, en Asie et au Moyen-Orient, à partir de 2023 ou 2024, selon le sérieux des rivaux.

Lynch a ajouté que sa taupe dans le camp du PGA Tour lui a dit qu’il n’y a « rien de ferme sur les formats pour le moment, mais un format par équipe est certainement l’une des idées sur la table ».

N’avons-nous pas déjà un bon événement par équipe ? Bien sûr, j’en ai regardé une récemment.

« La source », note Lynch, « a comparé les nouvelles épreuves à un championnat du monde de golf amélioré qui garantira la richesse des joueurs d’élite indépendamment de leurs performances. »

Indépendamment de leurs performances. Une des phrases les plus inefficaces jamais tapées sur un clavier.

Je comprends que les meilleurs du monde sont ceux qui ont des yeux sur le jeu, mais l’une des plus belles choses du golf, et d’autres sports individuels d’ailleurs, c’est que ce que vous gagnez dépend en grande partie de la façon dont vous jouez.

Où est la joie de voir, par exemple, Brooks Koepka se balader à Dubaï, finir dernier d’un groupe de 60 joueurs, avant de rentrer chez lui plus riche de dizaines, voire de centaines de milliers de dollars ?

Il n’y a absolument aucune satisfaction pour qui que ce soit. À part Koepka, bien sûr.

Nous semblons être arrivés à la conclusion que « développer le jeu » signifie des expositions fades qui ne servent qu’un seul but.

Pensez-vous que l’amateur de golf occasionnel va se brancher sur le Sanderson Farms parce que quelques jours auparavant, il a vu certains top-tenners déjà incroyablement riches gonfler leurs comptes en banque aux Emirats ?

Et combien de personnes connaissez-vous qui se sont mises au golf parce qu’elles ont regardé Dustin Johnson faire une bombe de 400 mètres sur une piste déserte ?

Je l’ai déjà dit et je le répète : Investissez dans le jeu de base. C’est là que les gens commencent à jouer au golf.

Il est ironique que Lynch ait annoncé cette nouvelle la même semaine où Martin Trainer a terminé parmi les cinq premiers à l’Open de Houston, après avoir mené pendant une bonne partie du tournoi.

Trainer a remporté l’Open de Porto Rico en février 2019 et avant cette semaine, il n’avait réussi que six coupes depuis – une série misérable qui l’a fait chuter à la 1 310e place du classement. Vous vous souvenez peut-être aussi que son caddie s’est une fois qualifié lundi pour un événement avant de battre son patron de sept coups.

Ce sont les histoires pour lesquelles nous revenons semaine après semaine. Parce que pour des gars comme Trainer, il n’y a pas… indépendamment de à ce sujet.

Alors qui a gagné cette semaine…

Trainer était en tête au moment d’aborder la dernière ligne droite dimanche, mais Jason Kokrak est arrivé en 31e position pour remporter son troisième titre du PGA Tour en 13 mois.

Rappelons qu’il n’avait gagné aucune fois en 233 départs avant cela.

En Floride, quel classement au Pelican’s Women’s Championship sur le LPGA Tour. Dans un dernier trou dramatique où personne ne semblait vouloir gagner, la numéro 1 mondiale Nelly Korda a battu Lydia Ko, Lexi Thompson et Sei Young Kim dans un play-off.

En parlant d’événements par équipe soutenus par l’Arabie Saoudite, le quatrième et dernier événement des Aramco Team Series sur le Ladies European Tour a vu la Danoise Emily Kristine Pedersen et son équipe composée de Hannah Burke, Krista Bakker et de l’amateur Ahmed Al Subaey triompher avec un score de 51-under-par.

Le tournoi individuel a été marqué par le drame de l’adolescente Pia Babnik qui a arraché la gloire à la dernière minute.

Pendant ce temps, dans l’avant-dernier événement de la saison du circuit européen – et, en fait, de l’histoire du circuit européen – le Danemark a remporté une nouvelle victoire, Joachim B Hansen ayant battu Bernd Wiesberger et Francesco Laporta au championnat de Dubaï.

Quoi qu’ils fassent à la Danish Golf Union, ça marche.

Le circuit des champions s’est conclu de façon spectaculaire, Phil Mickelson remportant son quatrième titre en six départs lors du championnat de fin de saison (au nom ridicule) de la Charles Schwab Cup, tandis que Bernhard Langer, à l’âge de 64 ans, a pris la tête du classement de la saison.

Ces gars-là.

Bon, c’est assez de moi pour une autre semaine. Vous pouvez me suivre sur Twitter si c’est votre truc, ou lisez d’autres éditions de The Slam si vous vous ennuyez.

Jouez bien.

S’abonner à NCG

Source link