L’Ethereum est coercitif, le Bitcoin ne l’est pas

Les blockchains open-source peuvent-elles être coercitives ? Dans un débat récent entre Erik Vorhees et Alex Gladstein, Vorhees a affirmé que qu' »il n’y a rien dans Ethereum qui soit basé sur la coercition, point final ».

Vorhees a poursuivi en clarifiant :

« J’ai un standard assez élevé de coercition. Il s’agit essentiellement de violence physique ou de menace de violence physique, de vol ou de rupture de contrat. J’appelle ces catégories de choses coercitives. Ce qui n’est pas coercitif, c’est si vous faites partie d’un projet de logiciel libre et que la majorité de ce projet veut faire quelque chose et que vous ne le faites pas. Et donc le projet va dans une direction que vous ne vouliez pas qu’il prenne. Ce n’est pas de la coercition. C’est ce qu’on appelle les forces du marché. Je pense que les gens attribuent souvent le mot « coercition » à des choses qui sont gênantes ou désagréables ou qui leur font du tort ou leur font perdre de l’argent. Ce n’est pas de la coercition. Je réserve cela pour des interventions plus intenses… Je ne pense pas que tout ce qui se passe dans les blockchains ouvertes soit coercitif, point final, à moins qu’il y ait une sorte de fraude en cours… Je pense que les protocoles de logiciels libres ne peuvent pas être coercitifs. »

Voorhees, « What Bitcoin Did : Bitcoin Vs Altcoins 2 avec Alex Gladstein et Erik Voorhees ».« 

Source link