L’eNaira gagne lentement en popularité après son lancement, malgré quelques problèmes.

Le lancement de la deuxième monnaie numérique de banque centrale au monde, ou CBDC, connaît des débuts difficiles. La semaine dernière, le Nigeria a lancé sa CBDC eNaira après que les Bahamas aient été le premier pays au monde à en lancer une, connue sous le nom de Sand Dollar, l’année précédente.

Dans une déclaration citée par le média local The Nation, le gouverneur de la Banque centrale du Nigeria (CBN), Godwin Emefiele, a déclaré qu’il y avait « un intérêt écrasant et une réponse encourageante ». De même, le président Muhammadu Buhari estime que l’eNaira pourrait générer une activité économique supplémentaire de 29 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie, citant la possibilité de paiements directs des aides sociales du gouvernement via la monnaie numérique.

Selon Emefiele, depuis son lancement le 25 octobre, 33 banques, 2 000 clients et 120 commerçants se sont inscrits sur la plateforme. L’application est disponible sur Apple et Android. Plus de 200 millions de eNaira (602 959 dollars) ont depuis été émis à destination des institutions financières du pays.

Mais si les responsables gouvernementaux sont optimistes quant aux perspectives, le lancement ne s’est pas fait sans heurts. Le porte-monnaie électronique eNaira Speed Wallet de la CBN s’est brièvement déconnecté peu après son lancement sur les magasins d’applications tels que Google Play. L’application a été supprimée pour faciliter une mise à jour après avoir été téléchargée plus de 100 000 fois, avec des critiques contradictoires. Les utilisateurs se sont surtout plaints de dysfonctionnements et de l’impossibilité de faire fonctionner plusieurs fonctions de l’application. Elle est actuellement disponible sur à nouveau. Comme rapporté par par Peoples Gazette, la CBN a également plagié un avertissement légal pour l’eNaira d’un fabricant d’équipement américain.

Le mois dernier, dans une enquête menée à l’adresse par Finder et compilée par le Straits Times, 24,2 % des personnes interrogées au Nigeria ont déclaré posséder des crypto-monnaies, ce qui place le pays au premier rang mondial pour l’utilisation des devises numériques. La Malaisie se classe deuxième (18,0 %) et l’Australie troisième (17,7 %). Les États-Unis se classent en 10e position, avec 10,4 % des adultes possédant des crypto-monnaies.

Source link