Le projet de devenir un «centre de crypto-actifs» pourrait bien être le gouvernement britannique qui couvre ses paris

Dans un début occupé à avril 2022 pour le chancelier britannique, Rishi Sunak annoncé son intention de faire du Royaume-Uni une « plaque tournante mondiale pour la technologie des crypto-actifs ». En termes simples, cela signifie qu’il souhaite que le pays soit un endroit attrayant pour les entreprises de crypto-monnaie.

Pour le gouvernement, cela nécessite un équilibre réglementaire délicat entre la prévention de la criminalité financière et la protection des consommateurs, et la possibilité pour les crypto-monnaies de prospérer. Si tout se passe comme prévu, un engagement accru avec le secteur pourrait donner un coup de pouce bienvenu à l’économie britannique.

C’est bien sûr le début, et de nombreuses banques centrales et économistes restent incertains du rôle que les crypto-monnaies devraient jouer dans la composition financière d’un pays. Mais les plans de Sunak comportaient des propositions accrocheuses, notamment la suppression des barrières fiscales et le développement d’un jeton non fongible (NFT) avec la Royal Mint.

Mais l’élément clé était une proposition visant à intégrer un élément particulier des jetons numériques, les stablecoins, dans le champ d’application de la réglementation bancaire britannique existante. Les stablecoins sont largement considérés comme étant à l’extrémité la plus sûre du secteur, où la volatilité notoire des crypto-monnaies comme le bitcoin (BTC) est remplacée par quelque chose de plus stable en termes de prix.

Ainsi, là où la valeur du bitcoin découle uniquement des niveaux de confiance et de demande, les pièces stables sont généralement adossées à d’autres actifs. Habituellement, cela signifie des devises traditionnelles (généralement le dollar américain), mais certaines sont liées à des matières premières comme l’or. Quoi qu’il en soit, l’objectif est le même : maintenir leur valeur aussi proche que possible de la constante, ce qui rend les pièces stables plus utiles en tant que moyen d’échange fiable.

Les Stablecoins ont peut-être également attiré le gouvernement britannique car ils offrent des transactions rapides, à faible coût et sans frontières. Cela permet aux utilisateurs d’effectuer des transactions mondiales rapides avec des particuliers et des entreprises, sans avoir à échanger des devises contre un appel d’offres local.

Les autres facteurs attrayants des stablecoins incluent leur transparence, en ce sens que chaque transaction est enregistrée et visible publiquement. Ils sont également (en grande partie) sous contrôle centralisé, de la même manière que les banques traditionnelles contrôlent les comptes des clients.

Il est donc logique que, alors que le Royaume-Uni se lance dans les crypto-monnaies, ce sont les pièces stables qui ont le plus d’attrait. Une approche alternative serait d’introduire une monnaie numérique de banque centrale, comme le fait la Chine, mais cela prend du temps et coûte cher. Un espace stablecoin bien réglementé impliquera au moins le Royaume-Uni dans le secteur tandis que le La Banque d’Angleterre décide s’engager ou non dans sa propre monnaie numérique.

Crypto cryptique

Mais le manque de détails sur les propositions britanniques – à quoi ressemblera la réglementation et ce qu’elle espère gagner – reste une préoccupation. Il en va de même pour son récent manque de progrès dans ses relations avec une grande partie du monde financier moderne.

Par exemple, il y a eu des promesses depuis 2015 concernant régulation des cryptoactifsavec peu au-delà questions fiscales et prévention du blanchiment d’argent à venir – et les deux ont eu un impact restrictif sur le secteur.

L'investisseur vérifie le téléphone pour les détails du marché.
Les investisseurs ont besoin de protection. Shutterstock/insta_photos

Le régulateur britannique des services financiers, quant à lui, a récemment indiqué qu’il se concentrait davantage sur la prévention des risques que sur l’aide à la technologie cryptographique. s’épanouir. Peut-être alors, le Royaume-Uni n’est-il pas aussi accueillant pour l’innovation et la technologie cryptographique qu’il le prétend.

Le Trésor n’a pas non plus fourni de détails clairs sur ce que la réglementation des pièces stables impliquerait réellement. Pourtant, pour encourager une utilisation plus large des stablecoins, il faudrait au moins mettre en place une sorte de système d’enregistrement et un mécanisme d’indemnisation des consommateurs en cas de défaillance du stablecoin. Sans cela, un stablecoin pourrait en effet échouer, causant des dommages majeurs à l’économie, au secteur de la cryptographie au sens large et aux investisseurs individuels.

On peut également se demander dans quelle mesure le Royaume-Uni peut devenir un leader mondial de la cryptographie, car les pièces stables les plus performantes sont toutes liées, dans une certaine mesure, au dollar américain. (Bien que cela puisse changer à mesure que les Etats Unis et UE adopter des positions plus dures sur les crypto-actifs.)

Le Royaume-Uni pourrait bien espérer s’implanter davantage dans le monde relativement sûr (et contrôlable) des pièces stables et profiter des avantages potentiels de la livre en tant que monnaie de base. Mais en réalité, il faudra bien plus que les mesures annoncées jusqu’à présent pour faire des progrès significatifs. Ils sonnent plutôt comme une vague tentative de ne pas se laisser distancer par d’autres pays, sans trop s’engager en termes d’investissements et de ressources.La conversation

Cet article est republié de La conversation sous licence Creative Commons. Lis le article original.