L’adoption de la blockchain par les gouvernements manque de confiance, mais peut être résolue : Banque mondiale

  • La Banque mondiale a présenté les qualités de la technologie blockchain et les obstacles qui freinent son adoption par les gouvernements.
  • La banque propose également une approche à « trois couches » pour surmonter les difficultés identifiées.

La blockchain et la technologie du registre distribué (DLT) ont trouvé plusieurs cas d’utilisation dans un large éventail d’industries au niveau mondial. Cependant, la technologie a encore des étapes à franchir avant que son pouvoir de transformation puisse être ressenti par les gouvernements.

Selon un rapport du 2 décembre blog par le Groupe de la Banque mondiale, la blockchain offre aux gouvernements de nouveaux moyens d’organiser les processus et de traiter les informations.

Au cours des dernières années, les gouvernements de plusieurs pays ont expérimenté l’application de cette technologie inédite à une grande variété de fonctions et de services, notamment l’enregistrement foncier, la délivrance de diplômes, les soins de santé, les marchés publics, les chaînes d’approvisionnement alimentaire et la gestion des identités.

Malgré ces réalisations louables, l’institution financière note que certains facteurs humains et institutionnels sont nécessaires pour une adoption plus large de la blockchain par les gouvernements, le plus important étant la confiance. L’inventeur du bitcoin, Satoshi Nakamoto, a privilégié la confiance lorsqu’il a proposé le bitcoin et son grand livre de comptes, plutôt que les billets de banque. Cette vertu est une « superpuissance » et elle donne à la blockchain un « avantage relatif par rapport aux autres outils et technologies utilisés dans le traitement des transactions et des informations. »

En outre, la banque souligne les qualités de confiance de la cryptographie et du réseau distribué de la blockchain. Parmi celles-ci, citons le fait que son grand livre est inviolable, qu’il ne peut être annexé et qu’il est immuable, avec des transactions confirmées et validées.

Blockchain et les fléaux des systèmes économiques traditionnels

Citant l’économiste Kenneth Arrow, lauréat du prix Nobel, la Banque mondiale souligne que le manque de confiance est très préjudiciable aux systèmes financiers.

« Pratiquement toutes les transactions commerciales comportent en elles-mêmes un élément de confiance, certainement toute transaction effectuée sur une certaine période », écrit Arrow.

Le manque de confiance, selon la banque, mine les échanges financiers à plus d’un titre. Les transactions deviennent de plus en plus difficiles, ce qui augmente les coûts de surveillance et de transaction. En outre, la surveillance des contrats devient inefficace et il devient difficile de sanctionner les contrats rompus. Tous ces inconvénients sont balayés par la technologie blockchain, qui « favorise non seulement la confiance mais aussi l’improvisation ».[ing]l’efficacité des processus ».

Un autre facteur qui freine l’adoption de la blockchain, est le manque de compréhension de la technologie elle-même. Les aspects comprennent les protocoles DLT tels que Hyperledger et Quorum et les options de réseau telles que public et privé. D’autres sont la sécurité et les mécanismes gouvernementaux, les informations à inclure et celles à exclure, les investissements initiaux et les coûts d’exploitation annuels. Tous ces éléments doivent être pris en considération lors du développement de la technologie blockchain pour les zones où la confiance sociale fait défaut.

Le paradigme des « trois couches

En conclusion, la Banque mondiale propose un cadre de conception et de mise en œuvre à « trois couches », afin d’éviter tout problème potentiel entre la technologie et son application prévue. Ce cadre comprend la couche sociale, la couche de données et la couche technique. La couche sociale comprend les acteurs humains et les aspects sociaux tels que les incitations et la motivation, entre autres. La couche des données est le grand livre lui-même et ce qu’il offre en termes de convivialité, de sécurité, d’authenticité et de fiabilité. La couche technique comprend les protocoles DLT, le stockage des données et les mécanismes de consensus, entre autres. La banque considère qu’il s’agit d’un outil important pour encourager une adoption plus rapide de la blockchain et des résultats transformateurs pour les gouvernements.

Source link