La Reserve Bank of Australia met en garde les Australiens contre les crypto-monnaies et s’interroge sur leur validité.

  • Selon la RBA, le montant investi dans les crypto-monnaies, en particulier les monnaies mèmes comme Dogecoin et Shiba Inu, est discutable.
  • Le responsable de la politique de paiement de la RBA a mentionné que la demande spéculative du marché des crypto-monnaies est vouée à s’inverser, car il a souligné trois facteurs qui pourraient réduire leurs cas d’utilisation.

Le marché des crypto-monnaies a sans aucun doute bénéficié énormément de la demande mondiale croissante. Cette année, le bitcoin a atteint une capitalisation boursière de mille milliards et les monnaies mèmes comme le dogecoin et le shiba inu ont atteint leurs plus hauts niveaux. La demande croissante de crypto-monnaies a forcé la Reserve Bank of Australia à lancer un avertissement aux Australiens, en mettant en doute l’ensemble du secteur de la crypto-monnaie.

Lors d’un discours devant l’Australian Corporate Treasury Association, Tony Richards, le responsable de la politique de paiement de la RBA, a déclaré que les crypto-monnaies ne pouvaient pas être utilisées comme moyen de paiement. briefings sur les crypto-actifs, les monnaies stables, les monnaies numériques des banques centrales (CBDC) et la technologie des registres distribués.

Selon M. Richards, le montant investi dans les crypto-monnaies, en particulier dans les monnaies mèmes comme le Dogecoin et le Shiba Inu, est discutable et dangereux pour les investisseurs car elles n’ont pas de fonctions utiles claires.

Le récent boom dans ce domaine est peut-être mieux illustré par le fait que Dogecoin, une crypto-monnaie qui a été lancée comme une blague fin 2013, avait une capitalisation boursière implicite aussi élevée que 88 milliards de dollars US en juin de cette année. Et le jeton Shiba Inu, qui semble également dépourvu de toute fonction utile, est actuellement la neuvième plus grande crypto-monnaie, avec une capitalisation boursière d’environ 26 milliards de dollars.

Les trois facteurs qui pourraient faire s’effondrer le marché des crypto-monnaies, selon Richard Tony.

Une récente enquête de Finder Consumer Sentiment Tracker a révélé que 17 % des Australiens détiennent des crypto-monnaies et que le total de leurs avoirs s’élève à 8 milliards de dollars. Richards, cependant, trouve ces chiffres trompeurs. Selon lui, cette « soi-disant » adoption croissante de la crypto est motivée par les influenceurs et les tweets de célébrités.

Certaines enquêtes ont affirmé qu’environ 20 % de la population australienne détient des crypto-monnaies, et l’une d’entre elles a affirmé que le Dogecoin seul était détenu par 5 % des Australiens. Je dois dire que je trouve ces statistiques quelque peu invraisemblables.

Richards a en outre mentionné que la demande spéculative du marché des crypto-monnaies est vouée à s’inverser, car il a souligné trois facteurs qui pourraient réduire leurs cas d’utilisation.

Selon lui, les investisseurs prêteront bientôt plus d’attention aux décideurs politiques et aux réglementations plutôt qu’à la peur, l’incertitude et le doute (FUD), et à la peur de manquer quelque chose (FOMO). Il pense également que les gouvernements du monde entier vont bientôt sévir contre les cryptomonnaies à forte consommation d’énergie comme le bitcoin et que les autorités fiscales pourraient adopter des politiques contre l’anonymat pour lutter contre la criminalité fiscale. Il pense que ces mesures pourraient provoquer un recul massif du marché.

Sa position a été combattue par plusieurs acteurs clés de l’industrie, dont le sénateur Andrew Bragg, principale figure de proue de la promotion de la réglementation des crypto-monnaies en Australie. Selon lui, la RBA est myope en ce qui concerne les crypto-monnaies, car elle ignore l’utilité et la valeur de cette technologie pour l’économie.

Steve Vallas, PDG de Blockchain Australia, s’est également opposé à l’argument de M. Richards concernant l’orientation spéculative.

Certains régulateurs se concentrent de manière étroite et inutile sur les éléments spéculatifs du secteur. Ce point de vue ne tient pas compte de la remarquable construction d’infrastructures qui a eu lieu ces dernières années.

Source link