La Fondation TON en pourparlers pour lancer des Stablecoins en Afrique centrale

l’Afrique position de leader mondial dans adoption de la cryptographie pourrait obtenir un coup de pouce si les efforts pour lancer un stablecoin en Afrique centrale réussissent.

La Fondation TON est en pourparlers avec les gouvernements d’Afrique centrale pour lancer des stablecoins localisés sur sa blockchain. Le Cameroun, la République démocratique du Congo (RDC) et la République du Congo portent l’initiative.

Bien que le plan ne soit pas lié aux banques centrales des pays, le ministère des Postes et Télécommunications du Cameroun était impliqué.

En RDC, le ministère de l’Économie numérique est responsable et en République du Congo, le ministère des Postes, des Télécommunications et de l’Économie numérique dirige le projet.

Des communiqués de presse récents des trois pays ont exposé leurs réflexions initiales sur les crypto-monnaies et la manière dont ils ont l’intention de les intégrer dans leurs économies respectives, la réduction des frais de transfert de fonds étant un objectif clé.

«Nous avons différents types d’actifs numériques stables: vous avez des CBDC, qui sont principalement utilisées pour les règlements interbancaires, puis vous avez des pièces stables du marché de masse grand public, comme l’USDC et l’USDT, qui sont indexées sur le dollar», une source anonyme Raconté Forbes. La RDC poursuivra une approche hybride.

« Nous n’essayons pas de remplacer une monnaie nationale, et nous ne visons pas à créer une CBDC, qui est évidemment gérée par une banque centrale », a déclaré la source.

Comme son nom l’indique, les stablecoins sont des jetons numériques soutenus par des actifs du monde réel. Ces actifs peuvent être de la monnaie fiduciaire, des matières premières ou même une autre crypto-monnaie. Ils sont conçus pour maintenir une valeur stable, leur valeur étant rattachée à l’un de ces actifs.

Le Nigeria a été le premier pays d’Afrique à lancer une CBDC

L’eNaira a été lancé par le Nigéria en octobre dernier. Il est devenu le premier pays africain à établir une CBDC. De nombreux jeunes Nigérians se sont tournés vers la cryptographie à la suite de la forte inflation subie lors de la pandémie de COVID-19.

Les trois pays partagent une monnaie et une banque centrale communes, le franc CFA d’Afrique centrale, que gère la Banque des États de l’Afrique centrale.

Le Cameroun et la République du Congo font tous deux partie de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), une union de six nations avec une monnaie et une banque centrale communes.

Outre le Cameroun, le Gabon et la République démocratique du Congo utilisent leur propre monnaie, le franc congolais.

L’intégration de Telegram, un argument de vente clé

Selon la source, le Cameroun et la RDC se concentrent sur l’adoption d’un réseau de blockchain abordable pour les transactions et facilement accessible. L’accent mis par TON sur l’intégration avec Telegram, et les avantages de distribution qu’elle apporte, est un avantage significatif.

Les premières indications indiquent que le gouvernement encouragera l’adoption de la cryptographie dans ces pays en s’intégrant au messager Telegram. Cette intégration permettra des paiements peer-to-peer cryptographiques via des bots dans l’application de messagerie.

Le concept est similaire à la capacité de WhatsApp à permettre aux résidents de l’Inde ou du Brésil d’envoyer de l’argent via l’application. La fonctionnalité de paiement P2P actuelle de WhatsApp ne prend en charge que fiat.

Le Cameroun « montre fièrement la voie »

Le ministre des Postes et Télécommunications du Cameroun a déclaré dans un communiqué de presse de TON : « Cela marque un changement radical dans le destin économique du Cameroun, alors que nous attendons avec impatience une future économie plus numérique. En collaborant avec TON pour développer un modèle financier numérique viable pour notre nation, nous ouvrons fièrement la voie en offrant à tous l’accès aux instruments financiers modernes.

Un expert de la RDC a déclaré : « Sur la base d’une évaluation minutieuse, les technologies, les produits et le stade de développement de TON nous offrent le plus grand potentiel pour réaliser nos ambitions.

On ne sait pas comment les initiatives de cryptographie de ces pays d’Afrique centrale auraient un impact ou s’intégreraient aux structures d’argent mobile existantes.

Avertissement

Toutes les informations contenues sur notre site Web sont publiées de bonne foi et à des fins d’information générale uniquement. Toute action que le lecteur entreprend sur les informations trouvées sur notre site Web est strictement à ses risques et périls.