Justin Simon de Ludwigsburg déterminé à gâcher plus de plans


Par Johnny Askounis/ info@eurohoops.net

Après une pause de deux ans, le MHP Riesen Ludwigsburg est revenu en toute confiance à la Basketball Champions League pour reprendre là où il s’était arrêté. Et ce n’est pas encore fait.

Face à Lenovo Tenerife, Dinamo Banco di Sardegna Sassari et Prometey en saison régulière, progresser était initialement considéré comme un défi exigeant. Ludwigsburg a non seulement survécu, mais a dominé le groupe A en décrochant une place directe pour les huitièmes de finale et en sautant le tour des éliminatoires. Ensuite, Hapoel U-NET Holon, JDA Dijon et Galatasaray Nef ont tenté mais n’ont pas réussi à empêcher l’équipe de se rendre jusqu’aux quarts de finale.

« C’était une énorme victoire. Nous savions ce que nous devions faire en venant ici, afin de faire le prochain tour », a déclaré Justin Simon après avoir mené son équipe à la victoire à l’extérieur contre Galatasaray Nef mercredi, «Je pense que nous nous sommes simplement tenus au plan de match. Nous avons joué petit, nous avons montré beaucoup de courage toute cette série dans le jeu de groupe. C’était une grande victoire. Les gars sont intervenus avec d’autres gars blessés ou malades. Nous avons juste eu la mentalité du prochain homme. Félicitations aux entraîneurs pour l’excellent plan de match. Nous étions là-bas en train d’exécuter, de voler et de faire tout ce qu’il fallait pour y arriver.

Hors des portes, Dijon tirant sur tous les cylindres a pris ses distances avec Holon, tandis que Ludwigsburg peinait à tenir le coup face aux Lions guidés par le nouvel entraîneur-chef Andreas Pistiolis. À la fin de la journée, avec Holon se ralliant à la victoire et obtenant la première tête de série, l’équipe allemande finirait à la deuxième place quel que soit son propre résultat au Sinan Erdem Dome d’Istanbul.

Simon, 25 ans, a inscrit 18 points, un sommet dans le match, a réussi huit rebonds et a enregistré cinq interceptions contre Galata. Avec 14,7 points, 8,0 rebonds, 1,6 passes décisives, 2,1 interceptions et 1,1 blocs par match, il a ouvert la voie à toute la saison de la BCL avec son compatriote américain Jonah Radebaugh. Les deux joueurs n’étaient pas là pendant les trois premières saisons de Ludwigsburg en Ligue des champions, mais l’entraîneur-chef John Patrick était bien dans son long mandat lancé en 2013.

Plongée dans le passé et dans la campagne inaugurale de la compétition européenne des clubs, l’équipe représentant une ville allemande approchant à peine les 100 000 habitants a perdu un point d’avance sur le Final Four éliminé par Banvit. Un an plus tard, l’équipe de Patrick a atteint le Final Four mais a été maintenue à la quatrième place en perdant face à l’AS Monaco et à l’UCAM Murcia. En 2018-19, le record de 3-11 a mis fin à la course en saison régulière. Deux ans et une grande partie de la pandémie de COVID-19 plus tard avec un ensemble de joueurs modifié, mais l’objectif reste le même.

Les huitièmes de finale ont vu Ludwigsburg balayer Dijon et Galata, mais ont perdu les deux fois contre Holon et se sont contentés de la deuxième tête de série sortant du groupe I. Accueillir l’équipe israélienne quelques jours après la victoire en prolongation contre Galatasaray n’a pas aidé la semaine dernière. Un total de sept matchs entre la BCL et l’easyCredit BBL allemand jumelé à des joueurs manquants lors de plusieurs sorties brosse le tableau des deux dernières semaines. Six victoires en sept matchs tout au long de la séquence démontrent la profondeur de l’équipe, une nécessité pour des courses prolongées dans des compétitions telles que la Ligue des champions.

« Je suis très fier de mon équipe » a noté le joueur américain Patrick, « Le calendrier a été difficile ces dernières semaines. Nous avons eu des cas de maladies COVID et des blessures. En tant qu’entraîneur, vous n’êtes jamais pleinement satisfait. Mais je dois dire que l’énergie et la volonté de concourir étaient excellentes. Je pense que mes joueurs méritaient d’aller dans les huit derniers.

Le succès mène au tirage au sort des quarts de finale de vendredi. Parmi les deuxièmes têtes de série, Ludwigsburg affrontera Baxi Manresa ou U-BT Cluj Napoca, ou renouvellera la rivalité avec Tenerife. Quoi qu’il en soit, l’adversaire aura l’avantage du terrain dans la série au meilleur des trois. Une autre grande demande, mais jouer dans le Final Four de Bilbao est la prochaine étape possible pour Simon et ses coéquipiers.

« J’aime penser que notre destin est entre nos mains » mentionné le produit de St. John’s, «Nous devons sortir et jouer dur et continuer à jouer avec cette puce sur l’épaule. Nous savons que nous sommes l’une des plus petites équipes de cette compétition. Mais ce courage, nous accrochons notre chapeau en défense, j’ai l’impression que nous sommes une équipe très difficile à affronter. Lorsque nous sommes enfermés, connectés à nos missions et que les gars volent et jouent dur, je pense que nous nous donnons une grande chance chaque soir.

Crédit photo : Ligue des champions de basket-ball