Gemini reçoit une licence pour fournir des services de monnaie électronique en Irlande

L’échange de crypto-monnaie Gemini a a reçu une licence de monnaie électronique de la Banque centrale d’Irlande. C’était la 18e organisation à recevoir la licence, et la première depuis octobre 2020. Gemini a rejoint des titulaires de licence tels que Coinbase, Stripe, Square et Meta.

La licence de monnaie électronique, pour laquelle Gemini a postulé début 2020 et reçu le 14 mars, lui permettra d’émettre de la monnaie électronique, de fournir des services de paiement électronique et de gérer des paiements électroniques pour des tiers. Cela permettra également à l’entreprise de passeporter ces services vers les pays de l’Espace économique européen, qui sont membres de l’Union européenne, l’Islande, le Liechtenstein et la Norvège. Gemini fournit déjà des services d’échange dans ces pays.

Gemini fournit également des services de change et de monnaie électronique au Royaume-Uni, grâce à son autorisation par la Financial Conduct Authority de ce pays.

Le pays est de plus en plus conscient de la nécessité d’une réglementation des crypto-monnaies. Le comité des finances de l’Oireachtas D’accord d’envisager une réglementation en février lorsqu’elle a demandé des documents d’information à la Banque centrale et à l’administration fiscale du fisc. La Banque centrale déjà applique Lois européennes anti-blanchiment d’argent pour les fournisseurs de services d’actifs virtuels.

L’Irlande a connu une présence croissante dans la cryptographie au cours de la dernière année. Gemini a ouvert son bureau de Dublin début 2021 et a embauché Gillian Lynch, ancienne cadre de la plateforme bancaire irlandaise Leveris et Bank of Ireland, à la tête de l’Irlande et de l’Europe. Kraken et Ripple (XRP) ont également choisi le pays comme base européenne, et Binance (BNB) a ouvert trois filiales en Irlande en septembre.

En février, Gemini a rejoint Coinbase et Block dans le cadre du Crypto Council for Innovation. À l’époque, la bourse avait déclaré avoir dépensé 120 000 dollars pour des activités de lobbying aux États-Unis au cours du second semestre 2021.