Fiat toujours utilisée dans la majorité des crimes financiers, selon le rapport du Trésor américain

Malgré les nombreuses préoccupations selon lesquelles la cryptographie est un instrument du crime, un rapport récemment publié par le département du Trésor américain indique que le fiat représente toujours la majorité des crimes financiers.

Plus tôt ce mois-ci, l’évaluation nationale des risques de blanchiment d’argent, par et via le département du Trésor américain, a publié rapports triennaux qui a donné lieu à des discussions approfondies sur le blanchiment d’argent.

Les conclusions du Trésor mentionnent en détail les monnaies virtuelles, notant que le nombre d’utilisateurs et la capitalisation boursière des actifs numériques ont considérablement augmenté depuis la précédente évaluation des risques en 2018.

Cependant, ces rapports du Trésor ont révélé que la monnaie fiduciaire et les réseaux traditionnels représentent toujours plus de flux criminels que les crypto-monnaies.

« L’utilisation d’actifs virtuels pour le blanchiment d’argent reste bien en deçà de celle de la monnaie fiduciaire et des méthodes plus traditionnelles », a expliqué le Trésor américain.

Néanmoins, l’utilisation de la monnaie virtuelle pour le paiement de drogues en ligne, le blanchiment de fonds criminels et le contournement des sanctions a augmenté. Le récent rapport du Trésor américain semble s’aligner sur un récent rapport sur la criminalité de Chainalysis, qui indiquait que plus de fonds avaient été envoyés à des adresses de blockchain criminelles en 2021 que toute autre année.

Contre-intuitivement, Chainalysis a également constaté que la part de l’argent illégal dans la crypto n’est que de 0,15 % de toutes les transactions en 2021, passant de 0,62 % en 2020 à 3,37 % en 2019.

Plus récemment, à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les gouvernements occidentaux ont imposé des sanctions strictes à la Russie, mais des inquiétudes ont rapidement surgi quant au potentiel d’individus utilisant la crypto-monnaie pour échapper aux sanctions.

Les transactions P2P et les pièces de confidentialité compliquent les enquêtes

Les fraudeurs et les blanchisseurs d’argent s’engagent de plus en plus dans des transactions peer-to-peer (P2P) pour échapper aux garde-corps AML/CFT, choisissant de gérer leurs propres portefeuilles de crypto-monnaie au lieu de remettre leurs clés cryptographiques (numéros importants qui permettent aux transactions d’avoir lieu sur la blockchain) pour échanges cryptographiques.

L’utilisation de pièces de confidentialité comme Monero entrave les efforts des forces de l’ordre qui tentent de retracer les flux illicites, indique le rapport. Les criminels peuvent également utiliser des échanges cryptographiques qui utilisent des mélangeurs et des gobelets pour anonymiser la source des fonds.

Les rançongiciels ont augmenté pendant la pandémie

La pandémie de COVID-19 a déclenché une série d’attaques de rançongiciels, où les informations sensibles des victimes sont cryptées et ne seront décryptées qu’après le paiement d’une rançon.

La rançon demandée est souvent libellée en crypto-monnaies, notamment en bitcoin. Les fonds sont ensuite acheminés via des bourses de crypto-monnaie étrangères avec peu de mesures anti-blanchiment d’argent avant d’être encaissés.

Attaques de rançongiciels gagné du terrain en 2020, lorsque Chainalysis a rapporté plus de 406 millions de dollars versés aux trackers de crypto-monnaie.

Que pensez-vous de ce sujet ? Écrivez-nous et dites-nous!

Avertissement

Toutes les informations contenues sur notre site Web sont publiées de bonne foi et à des fins d’information générale uniquement. Toute action que le lecteur entreprend sur les informations trouvées sur notre site Web est strictement à ses risques et périls.