Étude du FMI : l’utilisation de la cryptographie est plus élevée dans les pays corrompus

Le Fonds monétaire international (FMI) a appelé à davantage de réglementation concernant l’industrie de la cryptographie, soulignant l’utilisation répandue de ces actifs numériques dans des pays qui peuvent être considérés comme corrompus ou qui appliquent des contrôles de capitaux stricts.

Avec une capitalisation boursière de plus de 2 000 milliards de dollars, le secteur s’est étendu au-delà du champ d’application des réglementations dans plusieurs pays.

Cette absence de réglementation uniforme a été une source de préoccupation majeure pour les autorités mondiales, y compris le FMI. Alors que des pays comme les États-Unis ont développé un cadre qui empêche le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme et la fraude via la cryptographie, plusieurs pays manquent d’un tel cadre.

Une récente étude du FMI pointe vers une possible corruption

Une étude récente du FMI interrogé 55 pays, constatant que les actifs cryptographiques « peuvent être utilisés pour transférer les produits de la corruption ou contourner les contrôles de capitaux ». Allant de 2 000 à 12 000 répondants de chaque pays, les participants à l’étude du FMI ont été interrogés s’ils utilisaient ou possédaient des actifs numériques en 2020, faisant écho à une exercice précédent où le FMI a appelé à des réglementations cryptographiques plus cohérentes à travers les frontières internationales.

L’année dernière, le FMI a publié une article de blog qui notait comment la crypto interagissait avec le système financier traditionnel, notant que les décideurs avaient eu du mal à surveiller les risques de ces interactions en raison du manque de réglementation.

Le FMI a également suggéré comment le secteur de la cryptographie devrait être réglementé à l’échelle mondiale, recommandant l’octroi de licences aux fournisseurs de services de cryptographie et établissant des directives et des exigences claires pour les institutions financières réglementées exposées à la cryptographie.

La FCA supprime les sociétés de cryptographie britanniques de sa liste d’enregistrement

Bien qu’il n’y ait pas encore de cadre de réglementation mondial pour la cryptographie, plusieurs pays ont redoublé d’efforts pour réglementer la cryptographie. Au Royaume-Uni, la Financial Conduct Authority (FCA) a été à l’avant-garde de la réglementation de la cryptographie, annonçant récemment que cinq entreprises ont été ajoutées à sa liste approuvée de fournisseurs de services de cryptographie dans le pays.

Depuis 2020, l’organisme de surveillance britannique a exigé que les fournisseurs de services de cryptographie soient agréés dans le pays avant de fonctionner, et les entreprises non officiellement enregistrées à la date limite du 31 mars précédemment ordonnée seraient contraintes de fermer. De même, les États-Unis s’efforcent actuellement de fournir un cadre réglementaire plus clair, mais ont encore du mal à fournir la clarté nécessaire.

Actuellement, le récent décret exécutif du président Biden sur la cryptographie apportera, espérons-le, une clarté indispensable à long terme. L’Union européenne (UE) prend également des mesures pour fournir des orientations sur la manière dont les actifs numériques devraient être réglementés.

Cependant, il existe encore de nombreux pays, comme l’Inde, où la cryptographie n’est pas réglementée. Bien que le pays ait imposé une taxe sur la cryptographie, il n’a pas encore mis en place de cadre réglementaire sur la manière dont l’industrie devrait fonctionner.

Que pensez-vous de ce sujet ? Écrivez-nous et dites-nous!

Avertissement

Toutes les informations contenues sur notre site Web sont publiées de bonne foi et à des fins d’information générale uniquement. Toute action que le lecteur entreprend sur les informations trouvées sur notre site Web est strictement à ses risques et périls.