Dallas Mavericks, en réponse à un procès, accuse l’ex-GM Donnie Nelson d’extorsion

Les Dallas Mavericks ont répondu vendredi à une poursuite pour licenciement abusif intentée par Donnie Nelson, accusant l’ancien directeur général de longue date d’un « long stratagème visant à extorquer jusqu’à 100 millions de dollars » et affirmant que le procès avait été précédé de demandes qu’il recevait « en effet, un chantage paiement » en échange de sa promesse de ne pas exposer l’orientation sexuelle du chef de cabinet du propriétaire Mark Cuban ou de faire d’autres réclamations pour embarrasser l’équipe.

Dallas Mavericks, en réponse à un procès, accuse l'ex-GM Donnie Nelson d'extorsion

La réponse officielle du tribunal a été à l’affirmation de Nelson selon laquelle Cuba l’avait licencié l’été dernier en représailles pour avoir signalé que le « bras droit » de Cuba, Jason Lutin, avait harcelé et agressé sexuellement le neveu de Nelson lors d’un entretien d’embauche en 2020. Le procès de Nelson a déclaré que son neveu, qui n’a pas été identifié, a été invité dans la chambre d’hôtel de Lutin lors du All-Star Weekend 2020 à Chicago et a ensuite conclu un accord avec l’équipe. Nelson a déclaré n’avoir découvert l’incident et le règlement présumés que quelques mois plus tard, alors qu’il entamait des négociations contractuelles avec Cuba. Les pourparlers ont stagné et ont finalement pris fin après avoir insisté sur la question de Lutin. Cubain a licencié Nelson en juin 2021.

Cuban a démenti jeudi les allégations de Nelson, déclarant: « Tout dans ce dossier est un mensonge ». Lutin a également nié les allégations comme un « mensonge complet ».

Dans le dossier du tribunal de vendredi, l’équipe a allégué que Nelson avait approché Cubain en août 2020 et a déclaré qu’il « était au courant de prétendues allégations scandaleuses d’un membre de la famille qu’il pourrait » faire partir « en échange d’un contrat de travail à long terme qu’il avait longtemps désiré .”

« Les représentants des accusés ont dit à Nelson que si une » agression « avait eu lieu, alors Nelson devrait immédiatement contacter les autorités », indique la réponse. « Contrairement aux déclarations contenues dans sa requête maintenant, Nelson a assuré aux défendeurs qu’il n’y avait pas eu d' »agression » et, à la connaissance des défendeurs, ni Nelson ni personne d’autre n’a jamais contacté les autorités comme les défendeurs l’avaient suggéré. Cependant, Nelson a souligné que si l’allégation devenait publique, cela causerait de l’embarras pour une équipe qui venait de traiter des allégations d’inconduite sexuelle non liées et impliquait qu’elle « démontrerait » l’orientation sexuelle de l’exécutif des Mavericks.

L’avocat de Nelson, Rogge Dunn, a déclaré vendredi dans un e-mail à ESPN: « L’allégation d’extorsion des Mavericks est totalement sans fondement et fabriquée. »

« Si cette allégation [were] vrai, les Mavericks n’auraient pas continué à employer Nelson pendant encore dix mois et auraient signalé son extorsion présumée à la police », a déclaré Dunn. « Nelson n’est pas celui qui a évoqué la confidentialité ou son silence dans les négociations. C’est quelque chose que les avocats de Cuba ont exigé lorsqu’ils ont proposé de régler la demande de représailles de Nelson – le montant final du règlement proposé par les Mavericks étant de 52 millions de dollars.

Lutin, par l’intermédiaire de son avocat, a refusé de commenter vendredi.

La réponse indique que lorsque l’équipe a pris connaissance des allégations du neveu, elle a engagé un cabinet d’avocats extérieur pour enquêter et a également informé la NBA. Selon la réponse de l’équipe, les Mavericks ont alors pleinement coopéré à l’enquête, à l’exception de Nelson, qui « a refusé de coopérer pleinement, notamment en refusant de fournir ses SMS pour déterminer l’étendue de son implication dans les allégations de son neveu ».

« De manière critique, les allégations et les descriptions de l’incident faites dans la pétition de Nelson contrastent fortement avec les déclarations contemporaines de toutes les personnes impliquées », indique la réponse. « Le neveu de Nelson n’a jamais affirmé qu’il avait été « agressé ». Les allégations réelles n’étaient pas aussi sensationnelles que le prétend la pétition. En effet, les personnes impliquées ont continué à parler fréquemment et à envoyer des SMS pendant six mois après leur première rencontre. Une fois l’enquête terminée, l’affaire a été close à la satisfaction du neveu de Nelson.

Les Mavericks, dans leur réponse, ont nié que toute mesure ait été prise contre Nelson après avoir soulevé l’incident. Au contraire, son licenciement l’année dernière était principalement lié à ses performances professionnelles, a déclaré l’équipe. La réponse indique également que Nelson avait consacré son temps et son attention à d’autres intérêts commerciaux extérieurs et qu’il avait enfreint les règlements et politiques de l’équipe et de la ligue.

« La décision de licencier Nelson n’était en aucun cas un acte de représailles », indique la réponse.

L’avocat de Cuba, Thomas M. Melsheimer, a refusé de commenter au-delà de ce qui était inclus dans la réponse au procès vendredi.

On a demandé au porte-parole de la NBA, Mike Bass, si la ligue enquêterait sur les Mavericks pour des allégations contre l’équipe et les dirigeants dans le procès de Nelson ou si l’équipe avait informé la ligue de la plainte pour licenciement abusif de Nelson déposée auprès de la Commission pour l’égalité des chances en matière d’emploi en décembre. Le procès de Nelson déclare que la ligue « n’a peut-être pas été informée » de la plainte de Nelson à l’EEOC.

En réponse, Bass a déclaré: «La période de surveillance imposée par le bureau de la ligue NBA à la suite de l’enquête sur le lieu de travail des Dallas Mavericks en 2018 était en place depuis plus de trois ans, se terminant en 2021. Nous suivrons de près l’évolution du litige et prendrons toute autre mesure appropriée. .”

Dans son procès, Nelson a allégué que Cuban lui avait offert 52 millions de dollars pour retirer sa demande de licenciement injustifié et signer une déclaration de confidentialité liée au harcèlement et aux abus présumés de son neveu. Une copie d’un règlement proposé était jointe à la poursuite.

Nelson a déclaré qu’il n’avait découvert l’incident présumé du 16 février 2020 impliquant Lutin ou le règlement ultérieur d’un montant non divulgué que cinq mois plus tard. À ce stade, selon le procès, les parties étaient engagées dans des pourparlers contractuels. Nelson a confronté Cuban et a déclaré que les activités présumées de Lutin « mettaient en danger les employés, les joueurs et l’ensemble de l’organisation des Mavericks », selon le procès. Le 18 septembre 2020, selon le procès, Cuban a envoyé à Nelson un texte retardant une autre discussion sur une prolongation de contrat, disant: «Mais honnêtement, avant de pouvoir parler, je dois en savoir plus sur ce qui se passe avec l’autre affaire. Puisque c’est lié à certaines des discussions que nous avons eues.

Le texte de Cuban, selon le procès, est une réponse à l’avertissement de Nelson selon lequel d’autres employés de Mavericks risquaient d’être harcelés sexuellement par Lutin. Le procès relie directement « la plainte de Nelson et le rapport sur les activités inappropriées de Lutin » et le retrait par Cubain d’une offre de contrat de 66 millions de dollars sur 10 ans à Nelson en septembre 2020.

Cependant, la réponse des Mavericks indique que l’offre n’a pas été retirée mais plutôt refusée par Nelson.

« Alors que la pétition de Nelson prétend bizarrement qu’il a subi des représailles de la part des défendeurs qui ont retiré le contrat de travail proposé, le fait incontestable est que Nelson l’a rejeté« , dit la réponse.

Le 16 novembre 2021, cinq mois après son licenciement, l’avocat de Nelson a envoyé à l’équipe une lettre demandant « au moins 100 millions de dollars, sinon il porterait des accusations publiques qui révéleraient l’orientation sexuelle d’un ancien cadre des Mavericks et divulgueraient également d’autres informations ». qui, selon Nelson, embarrasserait grandement l’équipe et de nombreuses personnes, y compris M. Cuban », indique la réponse.

Selon l’équipe, Nelson a alors cherché à faire monter la pression en déposant sa plainte auprès de l’EEOC. C’est à ce moment-là que l’équipe a commencé à engager Nelson dans des discussions de règlement, selon la réponse de l’équipe.

« Il est important de noter que Nelson a refusé à plusieurs reprises de s’engager dans une résolution lui demandant de déclarer qu’il ne s’était livré à aucune conduite criminelle liée à ses allégations, aux allégations de son neveu adulte ou aux autres sujets ci-dessus », indique la réponse.

Nelson a travaillé pour les Mavericks pendant 24 saisons, en tant que directeur général adjoint et entraîneur adjoint avant d’être promu président des opérations de basket-ball. Il est resté le meilleur dirigeant du basket-ball cubain pendant des années après le départ amer de son père, Don, qui a été entraîneur et directeur général des Mavericks de 1997 à 2005.